En période de pandémie, faut-il avoir peur de se faire livrer des colis ?

17 mars 2020 à 12h15
0
Coronavirus

Sur Reddit, des utilisateurs se demandent si les colis en provenance de Chine peuvent être contaminés par le coronavirus SRAS-CoV-2, le virus responsable du COVID-19. Question légitime ou paranoïa ? Pour l'heure, notez qu'aucun cas de personne contaminée par un colis n'a été enregistré dans le monde.

Impressionnante, la carte interactive pour suivre la propagation du coronavirus lancée par Microsoft et Bing invite rapidement au questionnement : comment en est-on arrivé là ? Les colis sont-ils des vecteurs de transmission ?


Les colis transportent-ils des germes infectieux ?

« Le coronavirus peut-il survivre sur des articles expédiés de Chine, en surface ou dans des bulles d'emballage ? ». Cette question posée sur la plateforme Reddit continue d'empoisonner les esprits partout sur la planète. Selon le docteur Amesh A. Adalja, chercheur expert en maladies infectieuses au Johns Hopkins Center for Health Security, la réponse est non.

Tout d'abord, les coronavirus sont fragiles. On peut ainsi lire dans la FAQ du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) : « En général, en raison de la faible capacité de survie de ces coronavirus sur les surfaces, il y a probablement un très faible risque de propagation à partir de produits ou d'emballages qui sont expédiés sur une période de plusieurs jours ou semaines à température ambiante ».

En effet, la température ambiante, qui entoure donc les colis durant leurs trajets, n'est pas considérée comme propice à la viabilité du virus. L'expert en maladie infectieuses juge donc cette préoccupation « complètement déplacée » actuellement.


Le virus du COVID-19 est faible

Cependant, les recherches rapportées dans la revue MIT Technology Review peuvent légitimer ce questionnement. En effet, le coronavirus SRAS-CoV-2 peut survivre 24 heures sur une boîte en carton, tel qu'un colis Amazon. Et plus longtemps encore sur des surfaces telles que l'acier inoxydable et le plastique : au moins trois jours selon les chercheurs.

Toutefois, cela ne veut pas dire que les colis sont des vecteurs de transmission de la maladie ! Tout d'abord, les chercheurs indiquent que des études supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pleinement les moyens de propagation du COVID-19 et, pour l'instant, rien ne prouve que les objets inanimés permettent sa transmission.

Oui, les coronavirus tels que le SRAS, le MERS et le HCoV peuvent survivre jusqu'à neuf jours sur des surfaces inanimées comme le métal, le verre ou le plastique. Pour autant, aucun cas de personne contaminée par un colis n'a été enregistré. De plus, les sociétés comme Amazon mettent en place des protocoles pour garantir des colis « sains » pour leurs destinataires.

En effet, comme le précise le Journal of Hospital Infection, si les coronavirus ont la capacité de survivre plus ou moins longtemps sur une surface inanimée, ils « peuvent être désinfectés en une minute ». Le SRAS-CoV-2 est un virus très faible : un passage de gel hydroalcoolique permet de déshydrater sa couronne - sa couche de surface -, tandis que le savon lui est fatal ! On en revient donc aux bases : il suffit de se laver les mains.

Source : Tom's Hardware
7
8
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coronavirus : le traçage numérique
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
scroll top