COVIDSafe, pendant australien de StopCovid, est un échec un mois après son lancement

02 juin 2020 à 17h44
8
COVIDSafe

L'application australienne de suivi de contacts, téléchargée 6 millions de fois, n'a identifié qu'un seul cas contact en plus d'un mois.

Alors qu'en France, StopCovid prend son envol à compter du mardi 2 juin, l'Australie peut faire un premier bilan de son application de contact tracing, COVIDSafe, mise à disposition du public depuis la fin du mois d'avril. Et en un peu plus d'un mois, l'outil, bien que téléchargé plus de 6 millions de fois (sur une population de 25 millions d'habitants), n'a pas semblé montrer une efficacité monstre.

Une inefficacité remarquée

L'application de traçage numérique australienne, COVIDSafe, n'a à ce jour recensé qu'un seul cas contact alors que 6,13 millions de personnes avaient téléchargé l'outil au 1er juin 2020. Par « cas contact », on entend une personne potentiellement contaminée par le Covid-19, qu'un utilisateur a pu croiser au cours des 21 derniers jours.

À l'instar de StopCovid, COVIDSafe fonctionne également sur la base du volontariat via la technologie Bluetooth. Une fois l'application active, celle-ci génère des identifiants, chiffrés et stockés sur celle-ci durant 21 jours, avant leur suppression. L'appli enregistre la date, l'heure et la « prise de contact » numérique, mais également sa durée et sa proximité.

Le gouvernement australien affirmait il y a plusieurs semaines que l'application serait pleinement efficace si au moins 40% des Australiens la téléchargeaient, soit 10 millions de personnes.

Une application qui est en train de faire pschitt

Même si l'Australie a encore de la marge avant d'atteindre son objectif des 10 millions de téléchargements, les 6 millions d'installations étaient censées donner un premier aperçu global de COVIDSafe. Mais alors que l'application devait être « une protection importante pour une Australie plus sûre face au Covid », selon les propres mots du Premier ministre Scott Morrison qui comparait l'outil à de la crème solaire, elle n'aura pas eu d'effet idoine.

16,4 millions d'Australiens sont équipés d'un smartphone , et nombreux sont ceux qui refusent d'installer une application dont ils doutent de l'efficacité et qu'ils considèrent comme un outil de collecte de données. Si l'épidémie a atteint un plancher bas au pays des kangourous, la courbe des téléchargements de COVIDSafe, elle, ne cesse de diminuer. Les « résultats » de l'application plus d'un mois après son lancement montrent en tout cas que seule une installation par la quasi totalité de la population semble pouvoir donner des résultats.

Au 1er juin, l'Australie recensait 7 204 cas de coronavirus, pour 103 décès et 6 619 personnes officiellement guéries.

Source : The Guardian

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
8
stbx00
Avec un centaine de décès je trouve déjà extraordinaire d’avoir convaincu 6M d’Australiens d’installer l’appli…<br /> Je ne sais pas si c’est la même techno Bluetooth qu’en France qui a été utilisée mais quand je vois la galère que c’est parfois de faire fonctionner le BT du smartphone avec des véhicules j’ai peur quant à l’efficacité du process…
molotofmezcal
C’est avant tout que le COVID ne circule plus beaucoup autant en Australie qu’en France pour le moment.<br /> Mais comme pour le reste, ça restera toujours utile comme 1ere expérience , en cas de nouvelle crise sanitaire. C’est cruellement ce qui a manqué aux pays occidentaux, l’expérience.<br /> StopCovid aura des résultats sensiblement similaires à COVIDsafe, mais là n’est clairement pas le plus important. Même si pour avoir un bon retour d’expérience il est toujours mieux qu’un maximum de personne utilisent l’application (difficile à légitimer lorsqu’il n’y a plus beaucoup de risque de contamination).
stbx00
On pourrait même dire qu’il n’a jamais circuler de manière comparable par rapport à la France. 100 morts pour 25M d’habitants ça nous aurait fait moins de 300 morts au total…
blueamrtini
Ca risque de ne pas fonctionner en France si l’application n’est toujours pas disponible au téléchargement. 3h après sa sortie annoncée et toujours rien sur le store
azureal
Cette appli pourrait trouver son utilité dans le déconfinement. Pour certains lieux fermés comme les restaurants, les discothèques où l’on reste plusieurs heures (en général 15mn minimum de proximité dans l’algo de l’appi). Il serait alors demandé à l’entrée de l’activer, même s’il est impossible de retracer le parcours des personnes avant/après être entrées si elle est coupée ensuite.
nikon561
te presse pas, vu les authorisation que demande l’appli de toute facon (et contrairement a ce qu’a «&nbsp;promis juré&nbsp;» le gouvernement):<br /> Camera<br /> Internet<br /> Request_Ignore_Battery_Optimizations<br /> Bluetooth<br /> Bluetooth_admin<br /> Access_fine _location<br /> Access_coarse_location<br /> Foreground_Service<br /> Wake_Lock<br /> Access_Network_State<br /> Receive_Boot_Completed<br /> donc requiert bien l’acces a la localisation wifi, GSM (access_coarse_location) et GPS. (Access_Fine_Location)<br /> d’ailleur je comprend «&nbsp;bluetooth&nbsp;», par contre «&nbsp;bluetooth_admin&nbsp;» et «&nbsp;internet&nbsp;»… internet n’est pas necessaire pour envoi / reception de données mais uniquement pour creer des sockets specifiques…<br /> donc clairement, cette appli fait des trucs bien au dela de ce qui est annoncé au depart…
trollkien
Ce type d’application ne marchera nulle part. Point.<br /> (Allez sauf peut être dans le monde à Oui Oui)
mcbenny
Les Australiens sont très obéissants et pas très portés sur les problématiques de contrôle par le gouvernement, d’ou une relativement forte adoption immédiate, mais aussi très individualistes et amoureux de leur liberté, des loisirs en extérieur etc. Et dès que le gouvernement a parlé de relâcher les contraintes, tout le monde s’est totalement laissé aller, plus personne ne pense «&nbsp;COVID&nbsp;», d’ou plus de téléchargements ensuite.<br /> Seuls les magasins/restos, qui sont liés par des contraintes règlementaires de nombre de personnes, et qui sont contrôlés, eux, respectent encore les limites.<br /> Après, sur le nombre de cas et de morts, l’Australie est une île, pas sur les chemins principaux et avec une population relativement limitée, donc c’est plus facile de contrôler les entrées qu’en Europe ou aux US. La plupart des cas survenus dans le NSW (Sydney, zone la plus touchée d’Australie) ont été reliés à des croisières qui ont déversé leurs touristes (majoritairement Australiens) dans les rues. Ca aurait donc pu être encore moins.<br /> Coup de bol, les cas n’ont pas été reliés à des immigrants chinois, sinon on aurait eu droit à une vague de racisme inimaginable. Je suis persuadé que nombre d’Australiens n’attendaient que ça pour se lâcher.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Bouygues Telecom augmente de 80 % le prix du forfait B&You 20 Go
Microsoft Teams et Skype vont enfin pouvoir communiquer directement
Lenovo introduit son Mirage VR S3, casque de réalité virtuelle dédié aux professionnels
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
On connait les specs du SoC Ryzen C7 d'AMD à destination des smartphones !
iOS se met à jour et corrige la faille permettant le jailbreak
Gogoro dévoile un tout premier vélo électrique très léger : l'Eeyo 1
Samsung The Sero : la Smart TV QLED 4K
Mai 2020 : les immatriculations des voitures électriques reprennent des couleurs
Nouvelle chute de prix sur la carte mémoire SanDisk Ultra 200 Go
Haut de page