L'impact écologique de l'exploitation du Bitcoin à nouveau pointé du doigt

Thibaut Keutchayan
Publié le 09 septembre 2021 à 09h18
© Shutterstock
© Shutterstock

Au rang des produits ayant un lourd bilan carbone, le Bitcoin (BTC) se place haut dans la hiérarchie. La crypto-monnaie est ainsi régulièrement décriée pour l'impact énergétique de sa production, plus particulièrement son minage.

Ainsi, alors que diverses comparaisons annuelles paraissent, le minage de bitcoins dans le monde correspondrait à une consommation d'électricité au moins équivalente à celle de la Finlande, soit 0,5 % de l'électricité mondiale engloutie, et pas toujours verte qui plus est.

Le Bitcoin, une crypto particulièrement énergivore

Les crypto-monnaies poursuivent leur essor, et le Bitcoin est loin d'être en reste. Il faut dire que l'appât du gain en attire plus d'un. Le BTC a vu sa valeur être multipliée par cent en l'espace de cinq ans, passant de 500 dollars pièce en 2016 à 50 000 USD en avril dernier. Le problème, c'est que pour avoir du bitcoin, soit il faut l'acheter, soit il faut le miner. Et c'est ce processus qui est toujours décrié.

Le minage nécessite des machines tournant en continu, autant d'énergie employée qui n'est pas nécessairement produite de manière durable. La Chine, qui vient de fortement sévir à l'égard de la crypto-monnaie en la bannissant de ses terres, constituait jusqu'à peu l'un des hauts lieux du minage mondial. Avec près de 80 % de la production de bitcoins, l'empire du Milieu se plaçait au premier plan de la problématique énergétique autour du BTC.

Majoritairement produite avec du charbon, l'électricité chinoise est (encore) loin de la neutralité carbone, même si Pékin prend des mesures drastiques pour atteindre un tel objectif à l'horizon 2060. Ainsi, le minage de bitcoins a considérablement alourdi son impact, alors que produire de nouvelles pièces demande toujours plus de calculs complexes à résoudre, le nombre de bitcoins étant fini (21 millions d'unités maximum). Alors qu'un simple ordinateur suffisait à miner en 2011, il faut, dix ans plus tard, environ 13 années d'une consommation domestique moyenne d'électrique pour en obtenir un seul, selon Business Insider.

Une consommation électrique égale à celle de la Finlande

Le fond du problème est que, parmi les données de l'enquête menée par le New York Times et reprise par Business Insider, une partie de l'analyse s'arrête à la consommation électrique brute, sans tenir compte des conditions de production de cette même électricité. Ainsi, le bitcoin est comparé à la Finlande, ou encore à l'État du Washington (États-Unis) en termes d'électricité utilisée annuellement.

Ce total représente 0,5 % de la production mondiale d'électricité (!). Un bilan dix fois plus important qu'en 2016, soit 91 TWh/an en 2021. Pour donner une donnée supplémentaire de comparaison, ce chiffre représente un tiers de l'électricité employée aux États-Unis pour climatiser les foyers chaque année.

La durabilité autour du minage de bitcoins n'est pas un enjeu nouveau. À voir maintenant si le Texas, appelé à être l'un des nouveaux eldorados des mineurs chassés de la Chine, parviendra à alléger le bilan carbone de la crypto-monnaie.

Thibaut Keutchayan
Par Thibaut Keutchayan

Je m'intéresse notamment aux problématiques liant nouvelles technologies et politique tout en m'ouvrant à l'immense diversité des sujets que propose le monde de la tech' quand je ne suis pas en train de taper dans un ballon.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
lefranstalige

Exactement les mêmes réflexions avaient été faites il y a une 20aine d’années à propos d’internet quand ce n’était alors qu’un truc compliqué et obscure pour les gems bizarres et dont l’utilité n’était pas comprise par la grande majorité des gens… comme Bitcoin aujourd’hui.

Oncle_Picsou

En plus de l’électricité consommée, qui est déjà énorme, il ne faut pas oublier que les ASICs utilisés pour miner (ou les CG pour d’autres coins), ça ne pousse pas dans les arbres.
Le bilan écologique total de la chose est donc encore bien pire qu’annoncé.

Pronimo

C’est vrai que la planète est déjà mal barrer et il faut toujours en rajouter…

Numerique

Quelqu’un sait-il quelle est l’empreinte carbone de la pollution publicitaire absolument TOUT supports confondus?

MattS32

Absolument pas, car à cette époque la consommation électrique d’Internet était faible…
La consommation électrique d’Internet a explosé avec l’explosion de l’utilisation, et en particulier avec l’arrivée du cloud et du streaming.

Mais la consommation électrique d’Internet rapporté à son poids réel dans l’économie et à la proportion de la population mondiale qui l’utilise reste infime par rapport à celle des cryptos…

philouze

le débat est très différent : le Bitcoin a introduit un truc totalement nouveau : la compétition par preuve de gâchis (d’énergie et de ressources) comme processus de « validation d’unicité » .

Dans un monde ou on cherche a optimiser l’informatique, à exploiter les machines endormies, à utiliser le cloud en mode coopératif… la prood-of-waste, qu’elle soit par calculs délirants de solutions toutes juste par milliards (pour n’en conserver qu’une à la fin !) ou en flinguant des montagnes de disques durs, est réellement à contre-histoire.

Qu’on se comprenne, le problème n’est pas « la crypto » ou « la logique de blockchain », mais uniquement dans CE système de validation.

On est en 2021, des dizaines de cryptos ont démontré que les autres types de preuves sont non seulement plusieurs millions (oui oui) de fois moins énergivores, mais en plus incomparablement plus rapides (plusieurs milliers de fois).

Cardano/ADA en tête bien sûr, mais aussi Stellar, Tezos, Neo, Iota, et maintenant Solana, bientôt le fork d’Ethereum.

Dans un monde contraint en ressources, sous la menace d’un réchauffement climatique, où l’on fait attention à l’empreinte environnementale des composants, toutes les validations par « compétition de preuve de gâchis » devraient être interdites.

benben99

En plein réchauffement climatique, faut être irresponsable pour utiliser et miner des bitcoins.

C’est l’une des inventions les plus stupide des dernières décenies.

Et le pire c’est qu’il y a une montagne de poissons qui entrent dans la pyramide en pensant s’enrichir sur le dos de ceux qui entrerons dans la pyramide après… La bonne vieille arnaque pyramidale à la sauce 2.0.

N’importe qui qui a la moindre connaissance en investissement sérieux ne toucherait pas au bitcoin meme avec une pole de 50 pieds.

benben99

En effet, tous ces mineurs pourissent la vie des gamers et détruisent l’environement.

En France, on devrait imiter le gouvernement Chinois et banir toutes ces crypto-« monnaies ». Ca sera bénéfique pour l’environement et ca va empecher bien des gens de perdre toutes leurs économies dans un délire pyramidal.

zeebix

Comparer internet au bitcoin fallait oser, bravo.

lefranstalige

On en rediscutera quand l’Euro et le dollar n’auront plus de valeur avec l’inflation incontrôlée qu’on commence à voir et qui est dû au fonctionnement du système monétaire en place depuis 1971…