Test Bose Soundlink Revolve II : compacité et excellence d'un modèle qui innove peu

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
23 novembre 2021 à 12h04
3
Bose SoundLink Revolve II © Nerces / Pierre Crochart
© Nerces / Pierre Crochart

Quatre ans après la sortie de l’excellente Soundlink Revolve, Bose nous en présente la remplaçante. Une nouvelle version qui en réalité ne change que quelques détails et semble surtout conserver les formidables atouts de ce qui reste à nos yeux la reine des enceintes portables aux alentours de 200€ .

Bose SoundLink Revolve II
  • Du vrai son sur 360° !
  • Qualité de rendu remarquable
  • Produit sobre et design
  • Certification IP55
  • Autonomie de près de 15h
  • Entrée auxiliaire au menu
  • Latence élevée en Bluetooth
  • Toujours la charge microUSB ?
  • Pas de compatibilité aptX

Présentée à l’occasion du dernier CES – virtuel – de Las Vegas, la Soundlink Revolve II aura pris son temps pour parvenir jusqu’à Clubic. Bose lui aussi aura pris son temps pour renouveler ce premier modèle distribué courant 2017. Le constructeur s’est taillé une solide réputation et a toujours fait le choix de capitaliser sur des produits d’exception plutôt que de mettre à jour sans cesse son catalogue avec des références dans tous les sens.

Fiche technique Bose SoundLink Revolve II

Caractéristiques techniques

Microphone intégré
Oui
Mode Stereo
Non

Connectivité

Version Bluetooth
4.1
Codecs Bluetooth
SBC, AAC
NFC
Oui
Portée
9m

Batterie

Autonomie
13h
Temps de charge de la batterie
4h
Connectique
Micro USB

Caractéristiques physiques

Hauteur
152mm
Largeur
82mm
Profondeur
82mm
Poids
660g
Certification IP
IP55
Bose SoundLink Revolve II © Nerces / Pierre Crochart
Compacte, discrète, mais aussi très élégante © Nerces / Pierre Crochart

Compacte, élégante… et pratique

Au premier coup d’œil posé sur le packaging de la Soundlink Revolve II, on se dit que Bose a bel et bien décidé de « prendre les mêmes et de recommencer ». La boîte est identique à celle du précédent modèle, le conditionnement de l’enceinte l'est également. D’ailleurs, en ouvrant la chose, on voit que l’enceinte elle-même est en tout point similaire à sa grande sœur. Même aspect général, mêmes coloris (au choix, gris ou noir) et surtout mêmes dimensions. Un côté copie conforme qui n’est d'ailleurs pas pour nous déplaire : la Soundlink Revolve était un des modèles les plus élégants sur le marché.

Bose SoundLink Revolve II © Nerces / Pierre Crochart
Des commandes simples qui assurent un parfait contrôle de la bête © Nerces / Pierre Crochart

Un tout petit peu plus de 15 centimètres en hauteur pour une base parfaitement circulaire de 8,2 cm : la Soundlink Revolve II n’est pas la plus compacte des enceintes Bluetooth, mais elle est déjà remarquablement discrète. De plus, la conception même du produit lui donne un côté plus élégant que certaines concurrentes. Le choix des couleurs, la présence d’une importante grille sur toute la partie inférieure : c’est tout à fait subjectif bien sûr, mais nous avons aussi un petit faible pour cet aspect « pyramidal » avec une base un peu plus large que le sommet.

La Bose est moins cylindrique que les modèles Ultimate Ears par exemple et cette base un peu plus large lui assure une meilleure stabilité, grâce à un centre de gravité plus bas. Si le poids est contenu (660 grammes), il accroit lui aussi la stabilité grâce à sa répartition : on sent que la partie supérieure de l’enceinte est davantage « vide ». Ce sommet est dévolu aux commandes de l’enceinte, toujours aussi pratiques : mise sous tension, appairage Bluetooth, volume, sélection des sources et bouton multifonctions pour la gestion des appels ou de l’assistant vocal présent sur notre smartphone.

Bose SoundLink Revolve II © Nerces / Pierre Crochart
Le microUSB pour la recharge / le son sur PC et l'entrée auxiliaire jack 3,5 mm © Nerces / Pierre Crochart

Connectique simplifiée pour application limitée

La liaison au smartphone se fait évidemment en Bluetooth. Bose se montre ici un peu « en retard » puisqu’il n’est question que de BT4.1, même si cela ne change finalement pas grand-chose à l’usage. Autre « marque du temps », la charge de l’enceinte se fait au travers d’un câble microUSB. En revanche, nous apprécions que Bose reste fidèle à l’entrée auxiliaire au format jack 3,5 mm. Elle peut toujours dépanner, même si nous privilégierons bien sûr le Bluetooth. Là, aucun problème d’appairage et l’invite vocale (en français) est là pour nous tenir informés.

Bose SoundLink Revolve II © Nerces
Bose SoundLink Revolve II © Nerces
Bose SoundLink Revolve II © Nerces

Bose Connect est simple d'accès, mais pauvre en options : pas d'égalisation © Nerces

Il est possible d’installer l’application Bose Connect pour profiter de quelques réglages, mais il faut reconnaître que la chose est assez minimaliste. Elle permet de modifier / désactiver ces invites vocales, mais aussi accéder à l’historique des connexions ou activer le mode stéréo via l’association d’une seconde enceinte Bose, peu importe le modèle. Nous avons évoqué la charge en microUSB, celle-ci nécessite environ 4 heures pour atteindre les 100% de batterie alors que Bose annonce de son côté une autonomie un peu plus importante que sur le premier modèle.

« Un peu plus » est sans doute le mot juste dans la mesure où nous dépassons l’autonomie de la Soudlink Revolve première du nom d’à peine une heure pour atteindre près de 15 heures à un volume compris entre 50% et 75%. Dans un registre sensiblement différent, Bose a souligné un changement d’importance : l’enceinte est maintenant certifiée IP55 quand sa grande sœur se contentait de l'IPX4. En d’autres termes, la Soundlink Revolve II est protégée contre les jets d’eau en plus des éclaboussures et contre les poussières. Attention à l’immersion cependant.

Bose SoundLink Revolve II © Nerces / Pierre Crochart
Pas sûr que ce soit très utile, mais il est possible de fixer l'enceinte sur un pied © Nerces / Pierre Crochart

De belles qualités audio, sur 360°

Le nom de Revolve fait logiquement penser à la rotation et donc à la diffusion du son tout autour de l’enceinte. Bose n’a guère progressé à ce niveau, mais la Soundlink Revolve était déjà un modèle du genre avec un son réellement à 360° et c’est clairement ce qui impressionne le plus à l’usage : la position de l’enceinte dans la pièce a moins d’importance qu’avec nombre de ses concurrentes. Le son garde une belle homogénéité, mais cela se fait au prix de la stéréophonie. Pour profiter d’un son stéréo, il faut associer deux enceintes.

Bose SoundLink Revolve II © Nerces / Pierre Crochart
La restitution audio sur 360° est particulièrement efficace © Nerces / Pierre Crochart

Parlons-en du son qui, ce n’est pas une surprise, est identique à celui de la Soundlink Revolve première du nom. Il conserve cette « signature » Bose faite de basses très présentes, mais aussi et surtout très rondes, très bien définies. À aucun moment elles ne donnent l’impression d’écraser le reste des sonorités. On critiquera, comme souvent, des aigus peut-être un peu chuintants, mais ce n’est pas rédhibitoire et on préfère insister sur la qualité générale d’un son très homogène, très agréable qui, malgré la petite taille de l’enceinte, conserve une bonne présence.

On est d’ailleurs surpris par la réserve de puissance d’un modèle aussi compact qui ne sera pas effrayé par une salle de 30 mètres carrés et, même aux trois quarts du volume, le son reste de bonne tenue. S’il nous fallait regretter un point, ce serait la limitation aux codecs SBC / AAC quand l’aptX se développe. Dommage. Notons en revanche, un petit « plus » que nous n’avions pas relevé jusque-là : en plus de la recharge, la connectique microUSB fonctionne comme une carte son USB pour le PC qui peut alors utiliser la Soundlink Revolve II en tant que haut-parleur.

Bose SoundLink Revolve II © Nerces / Pierre Crochart
Une enceinte Bluetooth en tout point remarquable © Nerces / Pierre Crochart

Bose Soundlink Revolve II, l'avis de Clubic

Chez Clubic, nous avions déjà un faible pour la Soundlink Revolve, il est donc logique que nous soyons sous le charme de cette seconde version, et ce, même si Bose assure en quelque sorte le minium syndical. Côté autonomie, les progrès sont même pour ainsi dire insignifiants alors que la montée en gamme de la certification IP est une excellente chose.

Pour le reste, Bose garde donc une base particulièrement solide avec un design aussi agréable à l’œil qu’il est pratique à l’usage. Les commandes sont ergonomiques, la réserve de puissance est au rendez-vous et la polyvalence de la bête conservée (carte son USB, entrée auxiliaire). Un modèle en tout point excellent auquel on ne reproche que son tarif, mais la qualité a un prix.

Bose SoundLink Revolve II

9

Peu de changements pour cette nouvelle version de la SoundLink Revolve qui gagne un tout petit peu en résistance et en autonomie, mais perpétue surtout la réputation d'excellence d'un modèle qui a fait ses preuves. Ce n'est pas l'enceinte Bluetooth la moins chère, mais quelle qualité de son pour un format aussi compact.

Cette œuvre est pour vous si

  • Du vrai son sur 360° !
  • Qualité de rendu remarquable
  • Produit sobre et design
  • Certification IP55
  • Autonomie de près de 15h
  • Entrée auxiliaire au menu

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Latence élevée en Bluetooth
  • Toujours la charge microUSB ?
  • Pas de compatibilité aptX
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
vbond007
L’article le dit, mais là ils exagèrent chez Bose. Facile de mettre un «&nbsp;II&nbsp;» pour faire croire à une nouveauté.<br /> L’article le dit, mais là ils exagèrent chez Bose. Facile de mettre un «&nbsp;II&nbsp;» pour faire croire à une nouveauté II<br />
roboc
Aller, pas d’USB-C en 2021 → Next
xavz78
Avis aux acheteurs : se connecter au mode soirée c’est s’arracher les cheveux.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Sennheiser dévoile le HD 400 Pro, un nouveau casque ouvert pour les créateurs
Le spécialiste audio Teufel dévoile une version évoluée de sa gamme de casques nomades Real Blue
Samsung pourrait acheter des dalles OLED chez LG, vers un changement de cap pour la marque ?
Nuratrue : l'otoémission acoustique pour des écouteurs sur-mesure
Les téléviseurs Sony reçoivent une mise à jour qui officialise le VRR et le HGiG
Apple aurait pu inspirer Nothing ? C'est ce que laissent penser ces images de prototype d'Airpods
Audio-Technica dévoile les ATH-SQ1TW, de nouveaux intras disponibles dans de nombreux coloris
Nothing annonce la neutralité carbone et une nouvelle déclinaison noire pour ses écouteurs Ear (1)
Sonos dévoile accidentellement un nouveau produit via son application. L'avez-vous vu ?
Pilote de drones ? Nous vous déconseillons d'acheter un Google Pixel 6
Haut de page