Etude : la suppression des DRM pourrait faire baisser le piratage

10 octobre 2011 à 12h29
0
00FA000003897646-photo-drm.jpg
Une étude menée par les universités de Rice et de Duke tend à démontrer que la suppression des DRM des fichiers vendus en ligne pourrait contribuer à faire baisser le piratage. Une conclusion qui va à contre-courant des réflexions menées par les ayant-droits.

A l'heure où les différentes industries du divertissement, musique, cinéma et jeux vidéo en tête, verrouillent de plus en plus leurs produits à l'aide de DRM, une étude menée conjointement par deux universités américaines tend à démontrer que les verrous numériques favoriseraient plus le piratage qu'ils ne l'endigueraient. Les professeurs de marketing Dinah Vernik de l'université de Rice et Devavrat Purohit et Preyas Desai de l'université de Duke ont utilisé un système de modélisation analytique pour examiner la façon dont le piratage est influencé par l'absence ou la présence de DRM.

Les chercheurs ont ainsi constaté que si les DRM rendent le piratage des fichiers bien plus difficile, ces derniers ont également un impact négatif auprès des « utilisateurs légaux qui n'ont aucune intention de faire quelque chose d'illégal », souligne le premier rapport de l'étude.

« Seuls les utilisateurs légaux paient le prix et souffrent des restrictions » expliquent les chercheurs. « Les utilisateurs illégaux ne sont pas affectés, car les produits piratés n'ont pas de restrictions de DRM ». Un constat somme toute logique, et qui se vérifie souvent en pratique : on peut prendre pour exemple les contraintes rencontrés par les joueurs de certains jeux vidéo, obligés d'être connectés en permanence pour jouer et valider leur copie légale en ligne.

« Dans de nombreux cas, les restrictions DRM empêchent les utilisateurs légaux de faire des choses aussi naturelles que des copies de sauvegarde de leur musique » ajoute Dinah Vernik, qui lance alors une triste conclusion : « En raison de ses inconvénients, certains consommateurs choisissent de pirater ». Dans cette logique, proposer du contenu payant exempt de verrous numériques permettrait de contenter les consommateurs tout en enrayant leur frustration. Par ailleurs, l'étude démontre également que « la diminution du piratage ne garantit pas une hausse des profits.»

Des constations qui apparaitront évidentes aux yeux de beaucoup, mais qui sont ici réalisées avec des outils d'analyses spécifiques donnant ainsi du poids à des théories souvent évoquées par les consommateurs eux-mêmes : l'absence de DRM est d'ailleurs un des points présents dans le manifeste du projet Don't Make Me Steal, plutôt orienté cinéma.

Les chercheurs à l'origine de l'étude espèrent que cette dernière interpellera les secteurs qui exploitent les DRM et les poussera à remettre leur utilité en question, à l'heure où le DRM universel Ultraviolet semble sur le point d'être lancé.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top