Etude : la suppression des DRM pourrait faire baisser le piratage

10 octobre 2011 à 12h29
0
00FA000003897646-photo-drm.jpg
Une étude menée par les universités de Rice et de Duke tend à démontrer que la suppression des DRM des fichiers vendus en ligne pourrait contribuer à faire baisser le piratage. Une conclusion qui va à contre-courant des réflexions menées par les ayant-droits.

A l'heure où les différentes industries du divertissement, musique, cinéma et jeux vidéo en tête, verrouillent de plus en plus leurs produits à l'aide de DRM, une étude menée conjointement par deux universités américaines tend à démontrer que les verrous numériques favoriseraient plus le piratage qu'ils ne l'endigueraient. Les professeurs de marketing Dinah Vernik de l'université de Rice et Devavrat Purohit et Preyas Desai de l'université de Duke ont utilisé un système de modélisation analytique pour examiner la façon dont le piratage est influencé par l'absence ou la présence de DRM.

Les chercheurs ont ainsi constaté que si les DRM rendent le piratage des fichiers bien plus difficile, ces derniers ont également un impact négatif auprès des « utilisateurs légaux qui n'ont aucune intention de faire quelque chose d'illégal », souligne le premier rapport de l'étude.

« Seuls les utilisateurs légaux paient le prix et souffrent des restrictions » expliquent les chercheurs. « Les utilisateurs illégaux ne sont pas affectés, car les produits piratés n'ont pas de restrictions de DRM ». Un constat somme toute logique, et qui se vérifie souvent en pratique : on peut prendre pour exemple les contraintes rencontrés par les joueurs de certains jeux vidéo, obligés d'être connectés en permanence pour jouer et valider leur copie légale en ligne.

« Dans de nombreux cas, les restrictions DRM empêchent les utilisateurs légaux de faire des choses aussi naturelles que des copies de sauvegarde de leur musique » ajoute Dinah Vernik, qui lance alors une triste conclusion : « En raison de ses inconvénients, certains consommateurs choisissent de pirater ». Dans cette logique, proposer du contenu payant exempt de verrous numériques permettrait de contenter les consommateurs tout en enrayant leur frustration. Par ailleurs, l'étude démontre également que « la diminution du piratage ne garantit pas une hausse des profits.»

Des constations qui apparaitront évidentes aux yeux de beaucoup, mais qui sont ici réalisées avec des outils d'analyses spécifiques donnant ainsi du poids à des théories souvent évoquées par les consommateurs eux-mêmes : l'absence de DRM est d'ailleurs un des points présents dans le manifeste du projet Don't Make Me Steal, plutôt orienté cinéma.

Les chercheurs à l'origine de l'étude espèrent que cette dernière interpellera les secteurs qui exploitent les DRM et les poussera à remettre leur utilité en question, à l'heure où le DRM universel Ultraviolet semble sur le point d'être lancé.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Gimp, l'alternative libre à Photoshop, fête ses 25 ans
Ford Mustang Mach-E : entre 340 et 483 km d'autonomie certifiée aux États-Unis
Crypto.com obtient plusieurs autorisations réglementaires pour son activité en Europe
Cyberpunk 2077 : après 175 heures, un développeur n'a toujours pas terminé le jeu
Black Friday : un PC gaming DELL G3 Inspiron avec une GeForce GTX 1650 vraiment moins cher
Cette TV LED 4K de 55 pouces est vraiment à prix cassé chez Cdiscount pour Noël
Test JBL Quantum 100 : un casque-micro sympa et bon marché
Offrez une paire d'ampoules connectées Philips Hue en promo Noël sur Amazon
Echo Dot, Fire TV Stick, Kindle : notre sélection des meilleures promo Amazon
Google lâche du lest sur le cœur de Chromium pour des forks plus innovants
Haut de page