Live Japon : technologies pour handicapés

20 septembre 2018 à 15h54
0
0140000002472872-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
On aurait pu cette semaine en rajouter sur le salon de l'électronique grand public japonais Ceatec, mais, outre le fait que les collègues l'ont largement couvert, une autre manifestation, qui se tenait la semaine précédente, a davantage enthousiasmé l'auteur de ces lignes. Il s'agissait d'une exposition consacrée aux technologies et équipements pour les soins médicaux et la rééducation.

Quelle ne fut pas d'ailleurs notre surprise et notre joie de constater qu'elle attirait tout autant de monde, des collégiens aux jeunes mères de famille en passant bien sûr par les personnes âgées et handicapées pour qui tout était aménagé. Quelque 110 000 visiteurs s'y sont en effet rendues en trois jours, en plein milieu de semaine. Et tout le monde de se mettre un instant dans la situation d'individus dépendants ou de personnel médical pour expérimenter leurs difficultés quotidiennes et l'intérêt des objets conçus spécialement pour les soulager. Dans la vieillissante société japonaise, qui se préoccupe de plus en plus des invalides, il est heureux de constater que des industriels de toute taille, œuvrant dans des secteurs éloignés de ceux de la santé, développent spécialement des technologies pour personnes souffrant de déficiences, technologies qui in fine bénéficient à tous.

Donner à un paraplégique la possibilité de se lever et d'effectuer quelques pas, tel est par exemple l'objectif de Tomohiko Takemistu, ingénieur chez Aska, une petite entreprise japonaise spécialisée dans les machines et robots industriels. Avec l'aide des pouvoirs publics, à travers un organisme de soutien à la recherche, il a conçu des jambières motorisées qui concrétisent son ambition, même si ce ne sont pour le moment que des prototypes. Toute la force nécessaire est fournie par les moteurs si la personne s'aide aussi des bras.

« La vie permanente dans un fauteuil roulant entraîne de gros problèmes physiques et psychiques. Pouvoir se dresser seul et marcher leur procure une immense joie qui est pour moi la plus belle récompense », nous confie-t-il. Le système, dont la première version a été fabriquée en 2000, n'est pas encore parfaitement au point, demeure encombrant et un peu difficile à porter, mais il est assurément très prometteur.

000000F002472874-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
000000F002472876-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg

Plusieurs autres exosquelettes, dont le déjà connu HAL de Cyberdyne (désormais produit en série), sont également en cours de développement à des stades plus ou moins avancé. Parmi eux, un système encore plus facile à porter, appelé "La Classy", et qui ressemble a une veste ou à une combinaison relativement fine, a particulièrement retenu notre attention. Dotée de capteurs, de micromoteurs et de tenseurs, elle permet de réduire de 14% les efforts nécessaires au port d'une lourde charge.

Autre curiosité : une baignoire pour handicapé conçue par la société spécialisée dans le matériel de soin et de relaxation OG Giken. Cet équipement, destiné aux hôpitaux et centres de rééducation, se divise en deux parties, avant et arrière, dont la seconde est mobile à la façon d'un fauteuil roulant. « Lorsque les éléments sont imbriqués l'un dans l'autre, le dispositif est parfaitement étanche et l'on peut ainsi l'emplir d'eau », explique un ingénieur de cette firme, démonstration à l'appui. De fait, au lieu de devoir hisser la personne dans la baignoire à l'aide d'un harnais automatisé comme ceux que proposent aussi plusieurs autres firmes, on l'y fait entrer par l'arrière sans la manipuler dangereusement, puisqu'elle assise dans la partie fauteuil.

Dans le même esprit, le géant de l'électronique Panasonic a développé un lit médicalisé qui se coupe en deux pour se transformer en fauteuil roulant. Plus connu pour ses téléviseurs, ses enregistreurs vidéo ou ses réfrigérateurs, le groupe Panasonic travaille aussi activement depuis quelques années sur des technologies et équipements pour les centres hospitaliers ou laboratoires d'analyse. Il a par exemple développé une équipe de robots qui manipulent seuls les nombreux échantillons à examiner d'une machine à l'autre.

000000F002472878-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
000000F002472880-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg

Plus récent, ce lit télécommandé entièrement automatisé permet de séparer un morceau central de la structure encombrante du lit pour en faire un véritable siège roulant électrique. « Les invalides alités ont en général besoin de personnel de soin pour passer du lit au fauteuil, avec un risque de chute. Elles souhaitent cependant être plus libres de leurs mouvements », rappelle Panasonic. Ce lit presque robotisé est en outre couvert d'une sorte de demi-toit.

A ce dernier est fixé un téléviseur sur rail coulissant qui se positionne idéalement en fonction de l'inclinaison variable du lit. Cela permet à la personne allongée de regarder l'écran sans effort ni mouvement dangereux. Le groupe dit avoir développé un dispositif d'assistance pour effectuer les manipulations de façon sûre et avec un minimum de contraintes, notamment pour convertir le lit en siège et réciproquement. Le tout se contrôle par commande vocale : "lit, peux-tu devenir fauteuil". Le fauteuil roulant sait de plus détecter et contourner les obstacles sur son chemin. Diverses technologies (capteurs, parties mouvantes) sont prévues pour ajuster le confort en fonction de la corpulence et de la position de l'usager. Outre la télévision, d'autres équipements peuvent être arrimés à la structure du lit, comme une caméra pour surveiller à distance une personne fragilisée. Ce lit a été conçu dans le cadre d'un vaste programme soutenu par les pouvoirs publics pour imaginer des équipements facilitant la vie des personnes à mobilité réduite de plus en plus nombreuses au Japon. Plus d'un Nippon sur cinq a déjà dépassé les 65 ans et la proportion d'individus âgés va croître.

000000F002472882-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
000000F002472884-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg

Le spécialiste des sanitaires high-tech nippon, Toto, connu pour ses WC électroniques (siège chauffant à rabat automatique, jet d'eau, système de séchage voire dispositif d'analyse) a pour sa part conçu toute une gamme de toilettes, lavabos et accessoires spéciaux pour soulager l'entourage et la vie des personnes dépendantes qui culpabilisent souvent. Il a aussi imaginé un fauteuil roulant percé qui vient se positionner au dessus de la cuvette en reculant. De fait, il est possible d'installer la personne dessus en un endroit spacieux avant qu'elle n'aille aux toilettes, au lieu de la transférer dangereusement en la faisant pivoter d'un fauteuil roulant conventionnel sur le siège, faute de place pour positionner ce dernier à côté des WC. Toto a aussi pensé à une télécommande sans fil qui peut être placée où l'on veut dans la salle de bain ou la cuisine (sur la paillasse, sur le sol, etc.) et qui permet d'ouvrir et fermer des robinets dédiés simplement par une légère pression de la main, du pied, du coude ou du genou, en fonction des possibilités de chacun.

000000F002472886-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
000000F002472888-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg

Un équipementier du secteur automobile nippon, Okada, a quant à lui fabriqué des toilettes robotisées qui se soulèvent pour qu'une personne à mobilité réduite ait moins de difficultés à s'y asseoir et s'en relever et qui sont dotées d'un bras qui essuie la personne avec du papier. « Donner la possibilité à quelqu'un de semi-invalide d'aller seul aux toilettes, c'est une façon de préserver le plus possible son intimité », assure un représentant de cette entreprise.

Manger avec les autres sans être tributaire d'eux est aussi une attente forte des handicapés. L'une des plus importantes sociétés japonaises de sécurité privée, Secom, a développé et teste avec des volontaires un bras robot qui se pose sur la table et qui manipule une cuiller-prince capable de saisir un à un les aliments sur un plateau-repas spécial divisé en quatre compartiments (un pour chaque type d'ingrédient) afin de les apporter jusqu'à la bouche.

000000F002472890-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
000000F002472892-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg

Par ailleurs, face au risque de chute brutale, la petite firme Prop propose un gilet sans manche "airbag" qui, en apparence, n'a rien de spécial mais d'où surgit un coussin gonflé d'air en cas de basculement soudain, pour protéger la nuque, le dos et le bas du corps d'une personne. Cette même entreprise, qui fournit des matériels de sécurité pour les ouvriers de chantier, vend aussi des coussins gonflables pour les passagers de fauteuils roulants ainsi que des barres de maintien pneumatiques.

Autres technologies surprenantes: les dispositifs qui permettent aux handicapés de lire, d'utiliser un ordinateur ou de commander une télé et de mieux communiquer avec leur entourage.
Exemple: un étonnant système de commande vocale pour un ordinateur. Tout peut être effectué avec des mots, y compris déplacer très précisément le pointeur sur l'écran, naviguer dans les fenêtres, surfer sur internet, lancer un logiciel ou écrire. Pour ce faire, en se référant à des axes en bord d'écran, l'utilisateur dicte les coordonnées verticale et horizontale où il veut positionner le curseur. Ensuite, il commande l'action (cliquer, etc.). La compréhension et la précision du système sont impressionnantes et l'on ne peut que féliciter leurs développeurs en observant un jeu homme totalement handicapé et à la diction difficile recouvrer le sourire en le testant.

000000F002472894-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
000000F002472896-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg

Dans un domaine voisin, étaient présentés plusieurs appareils pour tourner les pages d'un livre. Le plus abouti était sans doute celui de Live Plus, qui se manipule par simple pression de deux boutons (au besoin avec des accessoires à utiliser avec la bouche). Il tourne les pages d'ouvrages de différentes dimensions, y compris celles de magazines. Panasonic a pour sa part créé une loupe électronique qui, non seulement permet de lire en direct, mais aussi de mémoriser des pages. Très convaincante.

D'autres appareils donnent la possibilité d'écrire sans les mains en sélectionnant les caractères de syllabaire en dirigeant de la tête un pointeur laser fixé à des lunettes, ou bien en répétant autant que nécessaire l'action qui consiste à interrompre une énumération automatique de caractères quand est prononcé le bon phonème pour créer des mots et des phrases.

Enfin, pour finir, signalons un jeu sur console DS créé par la société Star-Fish et destiné aux muets comme à leur entourage pour apprendre le langage des signes de façon ludique.

000000F002472898-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
000000F002472900-photo-live-japon-technologies-pour-handicap-s.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Quoi de neuf en jeux vidéo ce samedi ?
[Vidéonaute] Prise en main du smartphone Nokia E75 sous Symbian S60
Warpzone 23 : SOS, Gérard est perdu à Shibuya !
Revue de Web : les nouveautés du Ceatec 09
FIFA 10 vs. PES 2010 : le duel sur PC
Clubic Week : l'Elysée pirate, l'internaute s'étale
Office Starter 2010 sera gratuit mais financé par la pub
3 éditeurs de PDF abordables pour PC en test
Dailymotion : Levée de 15 M€ et des projets dans la VOD
Craigslist porte plainte contre des spammeurs
Haut de page