Huawei : le Sénat adopte définitivement la loi 5G, qui va renforcer le contrôle des équipements réseaux

29 juillet 2019 à 06h38
10
Huawei
© Veja / Shutterstock.com

Après une première lecture positive au Sénat fin juin, les Sages ont définitivement adopté la proposition de loi « Huawei », visant à renforcer la sécurisation des réseaux mobiles 5G.

La proposition de loi visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobiles, dite « loi 5G » ou « loi Huawei », entrait dans la dernière phase avant son adoption définitive. Après le vote positif de l'Assemblée nationale le 10 avril puis une première lecture devant le Sénat le 26 juin, les Sages de la chambre présidée par Gérard Larcher ont définitivement adopté les conclusions de la commission mixte paritaire, le mercredi 24 juillet. Clubic vous détaille ce que cette loi va changer.

Une loi qui défavorise implicitement Huawei

Après que les sénateurs et les députés ont trouvé un accord sur cette fameuse loi Huawei, les choses vont manifestement changer pour les équipementiers, et en particulier, vous l'aurez compris, pour le géant chinois. De façon implicite, et sans citer une seule fois Huawei, le texte prévoit de limiter l'influence de la firme de Shenzhen sur le déploiement des équipements de la technologie de la cinquième génération.


Huawei semble ici payer des suspicions de longue date, provenant d'abord des États-Unis, qui accusent la société d'être une espionne au service du gouvernement chinois. Ce dernier est ainsi suspecté, par ce biais, de pouvoir librement exploiter les données des utilisateurs qui transitent par les équipements de la firme de l'empire du Milieu.

Le Premier ministre pourra trancher

La loi impose une mesure inédite pour les équipementiers. Désormais, ces derniers devront obtenir une autorisation officielle provenant du Premier ministre ou de ses services, s'ils veulent déployer leurs logiciels et équipements 5G sur le territoire. La proposition de loi initiale était motivée en partie par le risque que représente la technologie pour la sécurité des réseaux.


Les opérateurs mobiles vont devoir soumettre leur demande officielle au Premier ministre, qui aura ensuite deux mois pour adresser sa réponse. La loi prévoit qu'une fois octroyée, l'autorisation sera valable pour une durée maximale de huit ans. Elle pourra être refusée par l'État s'il « estime qu'il existe un risque sérieux d'atteinte aux intérêts de la défense et de la sécurité nationale. » Si les contours et la liste des équipements concernés par la loi n'ont pas été précisés, la loi prévoit que tout manquement sera puni de cinq ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende.

Source : Sénat
Modifié le 29/07/2019 à 08h53
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
9
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

For Honor et Alan Wake seront gratuits sur l'Epic Games Store à partir du 2 août
St. Noire, le projet de jeu de société augmenté par Alexa du fondateur d'Atari
Vidéosurveillance excessive : l'école 42 est en conformité avec la loi, confirme la CNIL
Les trois prochains iPhone, prévus en 2020, devraient supporter la 5G
Star Wars Jedi: Fallen Order se joue comme Sekiro, selon ses développeurs
Vous ne savez pas faire vos cocktails, mais vous savez les boire ? Il y a un robot pour ça
Le bot de OUI.sncf est désormais accessible aux utilisateurs d'iOS via Messages
Des chercheurs ont créé une peau artificielle réagissant 1000 fois plus vite que la peau humaine
Des maires américains décident de ne plus céder aux ransomwares qui gangrènent les USA
Quand un artiste se prend au jeu de transformer les navigateurs en Pokémon
Haut de page