Essai Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid : l'hybridation légère tout en beauté

21 septembre 2021 à 15h47
16
Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic

Le constructeur nippon, qui a fêté ses 101 ans en début d’année, continue de prendre le marché à contre-courant avec ses technologies pas tout à fait comme les autres. En plus de son design original, la septième génération de la Mazda3 propose une évolution majeure sous son capot avec la motorisation 2 litres atmosphérique optimisée e-Skyactiv-X. Révolutionnaire, celle-ci promet ni plus ni moins de combiner les avantages des motorisations essence, diesel et hybride.

Comme tous les constructeurs, Mazda doit électrifier sa gamme à marche forcée pour se mettre en conformité avec les réglementations européennes de plus en plus drastiques sur les émissions de CO2. Après le lancement de son premier modèle 100% électrique MX-30 en 2020, le constructeur japonais a prévu de développer une vaste gamme de PHEV à partir de 2022 qui reposera sur son architecture multisolutions Skyactiv. En attendant, il continue de promouvoir l’hybridation légère à travers sa technologie M-Hybrid couplée à des motorisations maison innovantes.

Mazda n’en est pas à son coup d’essai en matière d’innovations technologiques. Il s’était notamment illustré avec son fameux moteur rotatif qui a équipé bon nombre ses des modèles par le passé et qui lui a permis d’être le premier constructeur japonais à remporter les 24 heures du Mans en 1991. Depuis 2011, Mazda développe de nouvelles technologies moteur « e-Skyactiv-G » pour les essences et « Skyactiv-D » pour les diesels, qui promettent une réduction de plus de 20 à 30% de carburant et de rejets d’émissions de CO2.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic

e-Skyactiv-X : Mazda réinvente la logique de combustion

Cette année, le constructeur a fait évoluer ses technologies pour développer la toute nouvelle mouture de son bloc moteur « e-Skyactiv-X ». Selon le constructeur, il s’agirait d’une solution révolutionnaire à la fois plus puissante et plus efficiente coûtant de surcroît moins cher à fabriquer qu’un moteur diesel ou hybride. Outre le Mazda CX-30, ce nouveau quatre cylindres 2.0 litres de 186 ch équipe les versions 2021 de la Mazda3. Le tarif de la compacte s’élève à 33 700 € pour le modèle de base et à 34 700 € pour notre modèle d’essai doté de la finition Exclusive.

Le constructeur a lancé cette année, en avant-première mondiale, la quatrième génération de cette motorisation rebaptisée « e-Skactiv-X » pour l’occasion. L’e-Skyactiv-X est un moteur à essence à combustion spontanée (comme sur les diesels) sur lequel les ingénieurs de Mazda ont greffé un allumage par compression à étincelle fourni par une bougie.

Baptisée SPCCI (Spark Controlled Compression Ignition), cette technologie permet de contrôler parfaitement la combustion spontanée en utilisant un mélange d’air-carburant extrêmement pauvre (beaucoup d’air et peu de carburant). Résultat, le moteur consomme moins de carburant qu’un moteur traditionnel tout en réduisant la production d'émissions. Installé sur les Mazda3 et CX-30, il combine la puissance à haut régime d’une essence avec la faible consommation et le couple élevé d’un diesel.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic


Mazda M Hybrid : l'hybridation légère

Comme la précédente génération de la Mazda3, le véhicule est équipé d’un système de microhybridation « Mazda M Hybrid » qui se compose non pas d’un moteur électrique, mais d’un alternodémarreur associé à une batterie lithium de 24 volts. Ce dernier se charge de convertir l’énergie cinétique générée durant les phases de décélération en électricité pour assister le moteur thermique pour le démarrage, les accélérations et le roulage. Il sert également à alimenter les systèmes électroniques du véhicule tels que les phares, le système d'infodivertissement, la climatisation, etc. Complètement transparente, cette hybridation ne nécessite ni de recharger le véhicule, ni d’adopter un mode d’écoconduite spécifique.

A l'usage, ce système hybride ne fournit aucun boost électrique. Contrairement à ce que ses courbes très affutées et son regard de prédateur à l’affût peuvent laisser penser, la Mazda3 n'a rien d’une sportive. Sa motorisation très onctueuse peut faire montre d’un certain dynamisme, à condition toutefois de jouer du levier de vitesses et de rétrograder pour monter dans les régimes. Car oui, chose devenue de plus en plus rare, notre version d’essai dispose d’une boite manuelle à 6 rapports, et c’est plutôt un atout qu’un défaut sur ce modèle.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
L'e-Skyactiv-X utilise la technologie d’allumage par compression @Mazda pour Clubic

Celle-ci offre en effet la possibilité de monter beaucoup plus facilement dans les tours que la version équipée de la transmission automatique Skyactiv-Drive (une option non recommandée à 2 000 €). À l’usage, le véhicule offre un excellent agrément de conduite avec une plage d’utilisation très large allant de 1 000 à 6 500 tr/min. Malgré tout, les accélérations sont bien plus vives à haut régime (au-dessus des 4 000 tr/min), qu’à bas régime où elle manque clairement de répondant dans les reprises.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
Une boite manuelle à six rapports précise et égréable à utiliser

Plaisir de conduire à l’ancienne

En ville et sur les petites routes de campagne, on préfère le comportement dynamique des mécaniques de plus petites cylindrées associées à un turbo compresseur qui équipent la plupart de ses concurrentes compactes. On apprécie néanmoins l’excellente boite manuelle à six rapports, qui est particulièrement agréable à manier avec ses passages de vitesse légers et précis. La tenue de route est excellente avec un châssis orienté confort pour une conduite coulée. Sur l’autoroute, l’agrément de conduite est proche de celui d’une berline avec un moteur sobre qui brille à haut régime dans un silence de fonctionnement remarquable.

Durant les phases de fortes accélérations, certains apprécieront de retrouver la sonorité bourdonnante du moteur atmosphérique reléguée désormais aux oubliettes sur les diesels et les PHEV. La Mazda3 développe une puissance de 186 ch avec un couple de 240 Nm à 4 000
tr/min. Pied au plancher, la compacte abat le 0 à 100 km/h en 8,2 secondes et peut grimper à une vitesse maximale de 216 km/h. Reste à savoir si la consommation annoncée de 6,5-5,0 l/100 km (clycle WLTP) est réaliste.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic

La réponse est… oui ! Lors de nos essais sur différents parcours en ville, sur voies rapides et sur autoroutes, nous avons noté une consommation moyenne à peine plus élevée de 6,6 l/100 km. Sur un trajet d’une vingtaine de km exclusivement en ville, nous avons pu flirter sans peine avec les 5l/100 km annoncés. En fonction des modèles, les émissions de CO2 qui varient de 114 à 146 g/km (cycle WLTP) sont quant à elles proches de celles d’une hybride traditionnelle.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic

À bord de la Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid

Mazda, qui ambitionne de devenir une marque premium, se donne tous les moyens pour y parvenir. Tiré à quatre épingles, l’habitacle de la Mazda3 rappelle celui des Lexus. C’est particulièrement vrai pour cette finition Exclusive pourvue d’une superbe sellerie en cuir rouge « Burgundy » (200€ en option). L’assemblage des matériaux ne souffre d’aucun défaut, avec des inserts de cuir ornés d’élégantes surpiqures sur les panneaux de portes, la planche de bord, le volant, et le pommeau du levier de vitesse. Comme souvent avec les Japonaises, l’optimisation du poste de conduite force l’admiration. On trouve presque immédiatement la position idéale, grâce notamment à des commandes qui tombent parfaitement sous la main.

Attention, les personnes qui mesurent plus de 1,90 mètre risquent de trouver la garde au toit un peu juste, même en jouant avec les réglages du siège conducteur. Enfin, la visibilité est excellente à l’avant comme à l’arrière. Le constructeur privilégie la simplicité et la sécurité à la modernité, et conserve de nombreuses commandes physiques notamment pour la climatisation, les assistances de conduite, le volume, etc. Les compteurs demeurent mi-analogiques, mi-numériques pour afficher certaines informations telles que les limitations de vitesse, par exemple. La Mazda3 intègre de série un excellent affichage tête haute (HUD) facile à régler et qui reste parfaitement lisible en plein jour.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic
Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini

Avec son écran non tactile, le système d’infodivertissement semble dater un peu d’un autre âge. Il bénéficie toutefois d’une ergonomie bien ficelée en combinant une interface claire avec une molette de commande et des boutons de raccourcis qui facilitent son utilisation. Le volant multifonction offre quant à lui une bonne préhension avec un panel de commandes qui s’avère là encore simple et agréable à prendre en main. Les assises sont enveloppantes et confortables, mais pour une voiture de 4,46 mètres de long, l’espace aux jambes est un peu limité à l’arrière. Le volume de 334 litres du coffre n’est pas non plus le meilleur du segment. Ceux qui recherchent une compacte familiale devront y réfléchir à deux fois.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic

Une dotation de série exceptionnelle

En plus de la fiabilité connue et reconnue de leurs véhicules, les constructeurs japonais offrent des équipements de série facturés à grands frais par la plupart de leurs concurrents occidentaux. La liste interminable d’options de la Mazda3 constitue indéniablement un argument de poids pour les clients potentiels. Outre l’affichage tête haute déjà évoqué, la belle propose un large éventail d’assistances à la conduite maison baptisées I-Activsense :

  • Aide au freinage intelligent en mode urbain (SCBS avancé) avec reconnaissance des piétons
  • Système de freinage d’urgence
  • Reconnaissance active d’obstacles mobiles (FCTA)
  • Aide au stationnement, système d’alerte du conducteur (DAA) avec caméra
  • Eclairage LED adaptatif
  • Assistant de maintien de la trajectoire (LAS)
  • Avertisseur de changement de ligne (LDWS)
  • Limiteur de vitesse avec adaptation intelligente de la vitesse couplée avec la reconnaissance des panneaux des signalisations (ISA)

Jamais intrusives, ces technologies qui renforcent énormément la sécurité et le confort au volant ont été particulièrement bien intégrées par Mazda. Le véhicule embarque également de nombreuses autres options telles que l’ouverture/fermeture des portières sans clé, une caméra à 360°, un éclairage d’ambiance à LED, Apple CarPlay et Android Auto , ou encore une assistance de démarrage en côte. Cerise sur le gâteau, la Mazda3 est livrée de série avec un système audio Bose comprenant pas moins de 12 haut-parleurs. Digne d’un véhicule premium, ce système délivre une restitution sonore à couper le souffle.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
Le véhicule intègre un système audio Bose de premier ordre

Infodivertissement : minimaliste, sans plus

Véhicule japonais oblige, l’instrumentation et le système d’infodivertissement Mazda Connect demeurent extrêmement simples. Malgré son style ultra moderne, la Mazda3 adopte en effet un combiné d’instrumentation analogique et numérique un peu vieillot et un écran central de 8,8'' TFT non tactile. Grâce à la molette de commandes très intuitive et les divers boutons physiques (à côté du levier de vitesse et sur le volant), le système est particulièrement facile à prendre en main. Il jouit en outre d'une interface graphique soignée avec un agencement des menus clair et concis.

Les fonctionnalités se résument toutefois à l’essentiel avec la navigation GPS, le téléphone, la radio ainsi que les réglages et les informations inhérents au véhicule et la micro-hybridation. Mention spéciale pour le mode de gestion assez poussé de la caméra à 360°. Ce dernier offre la possibilité de visualiser avec précision ce qui se passe sur les côtés, à l’arrière et, chose pas encore si courante, à l’avant du véhicule.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic

Une fois n'est pas coutume, le système de commandes vocales, perfectible, se montre totalement inutile. Heureusement, la présence d'Apple CarPlay et d'Android Auto (avec fil) permet d'accéder à toutes les applications multimédias et de navigation les plus populaires. Pour l’heure, la Mazda3 ne dispose pas d’application mobile dédiée. Sur ce point, les férus de technologies en seront donc pour leur frais.

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini

Fiche technique

Fiche technique Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid

Dimensions

Longueur
4,46 m
Largeur
1,79 m
Hauteur
1,43 m
Volume de coffre
330 litres
Poids à vide
1 320 kg
Nombre de places
5

Motorisation

Moteur thermique
2.0L e-Skyactiv-X
Cylindrée
1 759 cm3
Capacité de batterie
24 V
Puissance totale cumulée
186 ch
Couple total cumulé
240 Nm

Performances

0 à 100 km/h
8,2 secondes
Vitesse maximale
216 km/h
Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid © Jérôme Cartegini
©Jérôme Cartegini pour Clubic

Verdict : faut-il craquer pour la Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid (2021) ?

Outre un design élégant et ultra affûté, le nouveau millésime de la Mazda3 a de nombreux atouts à faire valoir. Grâce à sa motorisation sophistiquée et innovante et son système hybride léger, elle se présente comme une bonne alternative aux diesels et aux modèles hybrides. À condition de ne pas avoir le pied trop lourd, elle est capable d’approcher le faible taux de consommation d’un diesel tout en limitant ses rejets d’émissions de CO2.

Sécurisante et confortable, c’est une voiture très agréable à conduire au quotidien. Elle jouit en outre d’une finition impeccable avec des matériaux de grande qualité dignes d’une véritable premium. Sans oublier un équipement de série complet comprenant des technologies de sécurité parfaitement intégrées, des phares LED adaptatifs, des jantes alliages de 18'', une caméra à 360°, un système sans clé, un affichage tête haute, ou encore un système audio Bose de très haut vol. Au regard de sa prestation, notre modèle d’essai Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid Exclusive (34 700 €) n’a vraiment pas à rougir face à la concurrence.

Depuis son lancement au mois de septembre 2020, le constructeur en a écoulé 254 exemplaires. Le modèle 186 chevaux représente 26% des ventes de l'ensemble des Mazda3 en France. Les versions les plus vendues sont les Mazda3 5 Portes 2.0L e-Skyactiv-X 186ch en finition Sportline & Exclusive.

Prix et équipements

Mazda3 e-Skyactiv-X M Hybrid (2021) : 34 700 €
Prix du modèle hors options : 33 700 €
Prix total des options : 1 000 €

Principales options du modèle de test

  • Peinture métallisée « Machine Gray »: 800 €
  • Sellerie en cuir rouge « Burgundy » : 200 €

Principaux équipements de série

  • Affichage tête haute projeté (ADD)
  • Accoudoir central AV avec rangements
  • Aide au freinage intelligent en marche AR (SCBS AR)
  • Aide au freinage intelligent en mode urbain (SCBS avancé) avec reconnaissance des piétons
  • Aide au stationnement AR
  • Apple CarPlay / Android (avec fil)
  • Auto Assistance au démarrage en côte (HLA)
  • Bas de caisse inférieur AR « Black Gloss »
  • Caméra 360°
  • Ciel de pavillon noir
  • Climatisation automatique
  • Éclairage d'ambiance intérieur à LED
  • Système de freinage d’urgence
  • Gestion automatique des feux de route (HBCS)
  • Jantes alliage 18" « Black »
  • Limiteur de vitesse avec adaptation intelligente de la vitesse (ISA) couplé à la reconnaissance des panneaux de signalisation (TSR)
  • Ouverture/fermeture intelligente des portes
  • Phares à LED avec fonction antibrouillard intégrée
  • Radar de stationnement AV
  • Reconnaissance active d'obstacles mobiles en marche AV (FCTA)
  • Régulateur de vitesse adaptatif
  • Système audio Bose avec 12 HPMazda
  • Signature de calandre « Dark Metallic »
  • Système de microhybridation « M hybrid »

Malgré le développement rapide des technologies, l’autonomie est toujours l’une des pierres angulaires pour les acheteurs de voitures électriques, qui redoutent la panne sèche. Pour rassurer les automobilistes, les constructeurs en font un argument de communication de poids. Et certaines valeurs crèvent le plafond. Voici notre classement.
Lire la suite

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
14
Uss344
Erreur sur l’article et contresens.<br /> « La liste interminable d’options de la Mazda3 »<br /> justement il y a aucune option …il fallait faire la liste interminable des équipements.<br /> Ce qui explique l’auteur une ligne avant
Stef_R
Belle voiture, intérieur de qualité et élégant. Ca change des voitures françaises.<br /> Petit reproche sur la visibilité arrière (montants entre la custode et le hayon) angle mort très important, et peu de protection de la carrosserie.
glandeuranon
Le skyactiv-X, cette petite révolution sur les moteurs essence dont personne n’a rien à faire, c’est tellement triste.<br /> En même temps je comprends, les citronnault Pipo et autre constructeurs de saucisses d’outre-Rhin sont désormais hors compétition, ils n’ont peut être pas envie que cela s’ébruite.
fredolabecane
Voilà une belle voiture qui pourrait bien me réconcilier avec les auto modernes! bravo Mazda!
seiya-91
ce 3/4 arrière digne d’une camionnette de chantier.<br /> Cet angle mort… quel est le fou qui a pu valider ça…<br /> quel dommage, tout le reste est parfait…<br /> et le hayon ! merci de faire des «&nbsp;berlines/citadines&nbsp;» avec hayon.
JoeJoe507
Elle est canon ! Mauvaise visibilité arrière, mais sinon pas grand chose à redire
Blackalf
Stef_R:<br /> Petit reproche sur la visibilité arrière (montants entre la custode et le hayon) angle mort très important<br /> seiya-91:<br /> ce 3/4 arrière digne d’une camionnette de chantier.<br /> Cet angle mort… quel est le fou qui a pu valider ça…<br /> Ca fait des années que je lis ce genre de choses, et je pose toujours les mêmes questions : qui se retourne sur son fauteuil pour regarder dans cette direction, qui règle son rétro intérieur dans cette direction ?<br /> Un angle mort est une zone dans laquelle on ne voit rien, ce n’est donc pas le cas puisque le rétro droit permet de voir dans cette zone et que la surveillance des angles morts est aussi de plus en plus répandue (même la citadine Mazda 2 en a) . <br /> Et juste pour rire, comment les conducteurs d’aujourd’hui s’en sortiraient-ils avec ce genre de voiture, que j’ai possédé dans ma jeunesse (Datsun 120A, inutile de dire qu’on ne voyait pas grand-chose dans les rétroviseurs de type obus). ^^<br /> image733×357 54.3 KB<br /> Par contre, je ne suis pas d’accord avec la phrase «&nbsp;transmission automatique Skyactiv-Drive (une option non recommandée à 2 000 €)&nbsp;».<br /> Pourquoi «&nbsp;non recommandée&nbsp;» ? la bva 6 à convertisseur de couple hydraulique (fabriquée par Mazda) est irréprochable, douce, rapide, jamais un à-coup*, toujours sur le bon rapport. Sur un forum Mazda, tous ceux qui en ont une se demandent d’où sort cette opinion qu’elle ne serait pas bien. <br /> Ce que j’en sais, c’est qu’en 2016 j’ai essayé en solution automatique (obligé, car ma femme a un problème au genou gauche) des Toyota Yaris 3, Ford Fiesta, Hyundai i20, Skoda Fabia, VW Polo… et que j’ai finalement opté pour la Mazda 2, elle a maintenant 4 ans 1/2 et je n’ai jamais regretté mon choix. ^^<br /> un proprio de Mazda 2 a changé récemment pour une Skoda Scala à boîte DSG, il dit beaucoup regretter la bva de la Mazda, la DSG ayant beaucoup de à-coups à basse vitesse en ville et dans les manoeuvres.<br />
power971
La seule voiture que je veux. Tôt où tard, je l’aurai.
madforger
La principale option qu’il manque à ce modèle c’est : «&nbsp;de l’espace pour les places arrières&nbsp;» !
Bezenman78
Très joli véhicule, surtout dans ce coloris gris, que le rouge de la sellerie cuir vient compléter judicieusement. Comme indiqué précédemment, la rétro-vision en 3/4 arrière ne doit pas être idéale, sauf à s’habituer aux caméras 360°. Pour le reste, c’est du tout bon, apparemment.
Nicolas_Charlier
Petite correction la boite auto de mazda est variateur cvt .<br /> Effectivement sur une pression même modérer sur accélérateur, sa mouline et sa fait bcp de bruit.<br /> Surtout dans une monter longue et irrégulier et dans les dépassement sur auto route. c’est un peux pénible
Blackalf
Non, les bva Mazda sont des modèles à convertisseur de couple hydraulique et certainement pas des CVT. Avant d’acheter une voiture neuve, je ne me contente pas de mesurer la taille du coffre ou tâter si les plastiques sont durs…je l’étudie et je l’analyse à fond. ^^<br /> Un peu de lecture pour ceux qui ne connaissent pas les différences entre les différents types de boîte auto :<br /> http://www.fiches-auto.fr/articles-auto/fonctionnement-d-une-auto/s-886-fonctionnement-et-types-de-boites-automatiques.php<br /> Bva6 Mazda :<br /> http://www.latribuneauto.com/reportages-239-5140-une-nouvelle-boite-automatique-a-six-rapports-mazda.html<br /> Le concept Skyactiv de la marque :<br /> Le Guide de l'auto<br /> Le Skyactiv, c'est quoi au juste?<br /> La méthodologie est peu conventionnelle, mais comme Mazda le dit, cela caractérise bien leur manière unique de conception. Leçon technique des maîtres… Le moteur bleu intégré dans la 3, la nouvelle technologie Skyactiv de Mazda, apporte son lot...<br />
Nicolas_Charlier
Pas besoin d’être agressif .<br /> Au passage j’ai cette voiture donc je sais quelle comportement elle a.<br /> C’est tres similaire a la boite cvt a train épicycloïdale de toyota .
Blackalf
Agressif ? je crois qu’il te faut revoir la définition du mot agressivité, ainsi d’ailleurs que tes connaissances sur les boîtes de vitesses : il n’y a pas de trains épicycloïdaux dans la CVT de Toyota, son fonctionnement est basé sur un rapport entre deux poulies qui change constamment, d’où le nom Continuously Variable Transmission.<br /> Yaris 3 1.5 CVT :<br /> https://www.youtube.com/watch?v=eTjQxA6nKhM<br /> Mazda 2 1.5 bva6, vraiment rien à voir question comportement :<br /> https://www.youtube.com/watch?v=SM_B57qJhRg
Palou
Blackalf:<br /> il n’y a pas de trains épicycloïdaux dans la CVT de Toyota, son fonctionnement est basé sur un rapport entre deux poulies qui change constamment<br /> Tout à fait, le même système (un variateur) que sur les Mobylettes (ou presque)
SympathixLeGaulois
Vivement cette motorisation dans les autres modèles de la gamme, devant changer mon CX-5 d’ici 1 à 2 ans, j’espère que cela sera généralisé. Ils font des véhicules au top, tant finition que qualité mécanique. J’ai un CX-5 2.0L SkyActiv-G 165ch, une conso controlée de 7L/100 sur un SUV essence, chapeau Mazda (et je ne suis pas forcément tendre avec la pédale de droite …).
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Opibus annonce le premier bus électrique conçu et fabriqué en Afrique
Stellantis accélère sa stratégie autour du marché de la voiture d'occasion
Yamaha dévoile EMF, un scooter électrique futuriste à batterie interchangeable signée Gogoro
L'Autopilot de Tesla sera au coeur d'un procès crucial en février
En 2021, Tesla bat les constructeurs allemands en Allemagne... mais Volkswagen n'est pas loin
Tesla vante la puissance de calcul de ses véhicules... mais il faut un Raspberry pour y profiter de CarPlay
Les draisiennes électriques sont désormais légales, direction les pistes cyclables
Le retour de la Fiat Panda se fera en électrique, et pas cher, selon Olivier François
Dès cet été, il vous sera possible de fermer/ouvrir votre Hyundai avec votre iPhone
Volvo Trucks : la nouvelle génération de camions électriques est VNR
Haut de page