Netflix : les nouveaux défis du n°1 de la SVOD

TP avec Relaxnews/AFP
19 avril 2016 à 11h34
0

Les abonnés continuent d'affluer vers Netflix. La plateforme américaine a gagné 6,74 millions de comptes au premier trimestre. C'est un record. Le service de SVOD rassemble désormais 81,5 millions de clients, dont 42 % à l'international, où il met actuellement les bouchées doubles - en a témoigné sa récente convention à Paris.

Financièrement, Netflix a vu son chiffre d'affaires grimper de 24 % à 1,96 milliard de dollars comparé à l'année passée et son bénéfice net monter de 17 % à 28 millions de dollars. Toutefois, les prévisions pour le trimestre en cours s'avèrent décevantes. L'entreprise s'attend notamment à un chiffre d'affaires stable comparé au trimestre écoulé, quand les analystes espéraient jusqu'ici le voir grimper au-dessus de la barre des 2 milliards de dollars.


Netflix avait annoncé au début du mois de janvier son arrivée simultanée dans 130 nouveaux pays. Ajouté à la cinquantaine où il était déjà présent, cela lui permet d'être désormais présent presque partout dans le monde. Une des exceptions notables est la Chine, où le groupe se contente d'indiquer qu'il « poursuit ses discussions ».

Cette période de croissance à tous crins, Netflix en entrevoit la fin. Au deuxième trimestre en effet, Netflix n'espère gagner que 2,5 millions d'utilisateurs, dont 2 millions à l'étranger. Un coup de frein jugé décevant.


03E8000008309366-photo-netflix-reed-hastings.jpg
Selon Netflix recenserait 600 000 abonnés en France début 2016, dont 20 % en gratuit - Crédit : Netflix.

La concurrence attaque

Lors de la présentation de ses résultats du premier trimestre, le groupe a invoqué des comparaisons difficiles à l'international, où il avait profité l'an dernier de son arrivée sur deux gros marchés anglophones, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. « Les investisseurs vont probablement s'inquiéter et se demander s'il y a quelque chose au-delà des comparaisons difficiles qui cause ceci », ont prévenu dans une note les analystes de Sterne Agee CRT.

Aux États-Unis, Netflix s'apprête à étendre la hausse de prix à ses anciens abonnés, alors qu'elle était jusqu'ici réservée aux nouveaux - une décision qui avait considérablement freiné le recrutement de clients d'ailleurs.


Même si la société dit que cela n'aura qu'un « impact modeste », Amazon vient de mettre « un peu de pression supplémentaire » pour qu'il gère bien cette inflation, soulignent les analystes de RBC dans une note : le géant de la distribution en ligne vient en effet de modifier la tarification de son propre service de vidéo en streaming.

Diffusion mondiale

En plus de l'abonnement annuel actuel, qui recouvrait aussi d'autres contenus numériques et le coût des livraisons des commandes réalisées dans les boutiques d'Amazon, Prime Video est désormais également proposé aux États-Unis de manière indépendante et sans engagement de durée, avec un prix mensuel jugé compétitif.


08416174-photo-netflix-1q2016.jpg
En 2017, Netflix pourrait bien compter autant de membre à l'international qu'aux États-Unis - crédit : Netflix.


Qu'en pense Reed Hastings, le patron de Netflix ? Face aux analystes, il a juste relevé le nombre important de concurrents existants. « Nous voyons beaucoup de croissance sur le marché de la télévision en ligne en général et c'est naturel que tout le monde vienne, parce qu'ils réalisent que l'avenir, c'est la télévision par Internet ».

La priorité est donnée aux contenus diffusables dans le monde entier, surtout pour les productions originales, ce qui différencie Netflix de nombreux acteurs, selon Reed Hastings, concentrés sur leur marché local. Sa première production française, la série politique Marseille avec Gérard Depardieu, aura ainsi une sortie mondiale le 5 mai.

Pas de direct

Ted Sarandos, en charge des contenus chez Netflix, dit ne pas avoir l'intention de se lancer sur le créneau de la vidéo en direct en ligne, qui suscite actuellement beaucoup d'appétits, notamment pour les événements sportifs.
Netflix va en revanche faire du « presque en direct » avec un nouveau talk-show, Chelsea (deuxième trimestre) pour lequel il rompra avec son habitude de diffuser tous les épisodes d'une nouvelle production de front.


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Coronavirus : le traçage numérique
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
ESET commercialise un antivirus dédié aux terminaux Linux
Covid-19 : Dyson (aussi) va produire des respirateurs durant la crise
scroll top