Test Ultimate Ears Hyperboom : une monstrueuse enceinte Bluetooth, étonnamment maîtrisée

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
28 octobre 2020 à 12h14
1
8

Célèbre gamme d'enceintes Bluetooth Waterproof de Ultimate Ears, la Boom et ses diverses déclinaisons ont toujours suivi la voie du nomadisme. Nouveau modèle, l'Hyperboom ne modifie pas la philosophie du constructeur, mais change littéralement d'échelle de poids et de puissance, devenant un produit véritablement hybride, lourd, imposant, mais aussi surpuissant.

Une enceinte portable… de 6 kg

Devançant instantanément l’un des modèles les plus imposants du marché, excepté quelques étrangetés type karaoké, l'Hyperboom affiche pas moins de 5,9 kg sur la balance, pour des dimensions de 364 x 190 x 190 mm (hauteur x largeur x profondeur). Pour trouver un tel ordre de grandeur, il faudra se tourner vers sa principale concurrente, la JBL BoomBox 2.

Nous avons un bon gros monolithe, pas moche, mais pas spécialement inspiré côté design, et uniquement disponible en noir. Un petit peu triste donc.

Une bonne partie du volume étant alloué aux haut-parleurs et à la chambre acoustique, l’Hyperboom ne parait finalement pas si dense une
fois à bout de bras. La fabrication reste pourtant sérieuse, dans la lignée des autres modèles Boom. Seule différence, l'utilisation d'un plastique légèrement grainé, et non plus d'un revêtement type caoutchouc. Pour les déplacements, la marque a imaginé une poignée de transport en silicone, invisible une fois glissée le long de l'arrête. Son placement, assez haut, fait qu'il y a un certain déséquilibre une fois l'enceinte portée.

À la base du modèle, des petits pieds en caoutchouc pour ne pas déraper. Seule petite régression par rapport à ses petites sœurs, l'Hyperboom
n'est plus IP67 (waterproof), mais juste IPX4. Une limitation qui est, sans
doute, un problème de taille. Pour le reste, bien que… « pas très luxueuse », la finition est plus que correcte, l’assemblage plutôt sérieux.

Clairement, ce n'est pas le genre de produit que l'on peut lâcher sans peur sur un sol dur, sa structure n'étant pas aussi rugueuse que, toutes
proportions gardées, les autres modèles Boom.

 Il ne lui manque que le Wifi

Il est difficile de le concevoir au regard de sa taille, mais l'enceinte n'intègre pas de module Wi-Fi ou de prise Ethernet. Enfant de la famille Boom, l’Hyperboom reste dans la même philosophie, simplement Bluetooth. Il n'y a pas ici de notion d' enceinte connectée ou de multiroom. À 400 euros, forcément, il est difficile de passer ce point sous silence, même si elle possède quelques fonctions avancées.

La connectique, assez simple, permet d’entrevoir quelques possibilités numériques et analogiques. L'arrête arrière, que nous appelons ainsi puisque n'étant accolée à aucune face contenant un haut-parleur, camoufle les diverses prises sous un cache semi-étanche en silicone. Nous retrouvons alors :

  • La prise secteur, permettant de charger la batterie en parallèle
  • Une entrée numérique optique (Toslink), pour raccorder sur la sortie optique d'une carte son PC, ou d'un lecteur DVD/Blu-ray par exemple
  • Une entrée auxiliaire en Jack 3,5mm, pour raccorder n'importe quelle sortie analogique
  • Un port USB-A, permettant d'utiliser l'Ultimate Ears Hyperboom comme une batterie externe.  
  • Une dernière prise, micro-USB, est cachée dans un second compartiment, et réservée aux opérations de maintenance, pas pour l'utilisateur donc.

Le seul regret est ici l'utilisation d'un port d'alimentation non USB-C, fonctionnant avec une alimentation séparée (incluse), fonctionnant en 19 V et 4,74 A (90 W).

Sur l'enceinte, les commandes se limitent à du très classique, mais éprouvé. Un immense + et un immense -, tous les deux tactiles, permettent de régler le volume. Un bouton est dédié à l’allumage et
l’extinction. Le second, appelé « Magic Button », permet de mettre la piste en pause/lecture, et de naviguer sommairement via deux ou trois clics (passage de pistes), et de déclencher une playlist enregistrée dans l'application. Enfin, cerclant ce dernier bouton, un sélecteur permet de définir l'entrée. En plus de la prise optique et auxiliaire, deux entrées Bluetooth sont accessibles.

Cela implique, ici, l'intégration de deux puces Bluetooth, presque indépendantes. À l'usage, il suffit d'appairer l'entrée Bluetooth 1 à un smartphone, et l'entrée 2 à une tablette par exemple, pour très rapidement jongler entre les flux, de manière plus rapide et plus stable qu'avec une connexion multipoint.

Il est un peu dommage de ne pas avoir proposé une expérience plus complète. L'espace important pouvait permettre de placer de vrais boutons de navigation, des raccourcis plus poussés, ou encore un réglage des basses et des aigus.

Un peu simple, mais au point

Si les contrôles présents sur l'enceinte sont assez basiques, la majorité des avantages ergonomiques de l’Ultimate Ears Hyperboom existent sur l'application dédiée : UE Boom, la même pour toutes les enceintes de la
gamme. Très épurée, cette application en fait assez peu, mais le fait bien, et cache même quelques fonctions intéressantes.

En page d’accueil, les informations d'usage, comme le niveau de batterie (pas extrêmement précis en pratique), des boutons de volume, la sélection de l'entrée, et la visualisation de la lecture en cours (si l'application connait le service de lecture). 

Un onglet « paramètres » permet d'accéder aux réglages généraux,
comme la mise à jour du produit, son renommage, et même un système d'alarme, histoire de se réveiller en musique. Pour parler musique, il est également possible de définir des playlists sur quelques services de streaming, comme Spotify et Amazon Music. Pas très avancé, mais parfois utile.

Tout en bas de l'application, un onglet permet d'accéder aux réglages sonores, c’est-à-dire à l'égaliseur, et, fonction uniquement présente sur l'Hyperboom, à un égaliseur adaptatif. Celui-ci permet, en analysant la
réponse de la pièce à la sonorité de l'enceinte (via des micro), d'adapter aux mieux sa signature.

L'appairage du produit est tout aussi rapide qu'avec un casque Bluetooth, même s'il n'y a pas ici de  Google Fast Pair. La portée, annoncée à 45 m, est effectivement très bonne. Faute d'avoir pu tester à une telle distance, le signal passe bien dans un appartement « standard ». En terrain dégagé, nous avons au moins atteint les 25 m, et le signal commençait ensuite à décrocher.

À deux c'est mieux ?

L'une des forces de l'écosystème Ultimate Ears, est son mode Party Up. Il suffit alors de posséder deux, ou plusieurs enceintes Ultimate Ears Boom, pour les synchroniser ensemble. Cela peut fonctionner en mode stéréo,
si les deux sont identiques, ou multi-appairage classique, si elles sont différentes.

Nous avons pu ici synchroniser l’Hyperboom avec une Boom 3, pour un résultat tout à fait convaincant. Il n’y a aucun décalage dans le son, et l’écart de volume est assez bien compensé.

Sur le papier, il est possible de connecter ensemble jusqu'à 150 enceintes. Une marge plutôt confortable (euphémisme).

18 h -21 h de boom boom… Avant le couvre-feu

Malgré sa puissance, l'autonomie de la Ultimate Ears Hyperboom est annoncée à 24 h, la marque précisant que cela peut énormément varier selon les usages.

Nous avons pu tester 2 fois en entier (mais pas d'une traite) l'autonomie, sans recharger, avec pour résultats respectifs 18 h et 21 h. Les 24 h sont sans doute atteignables, en diminuant le volume, tout comme 14 – 15 h est probable en montant bien le volume.

L'enfer maitrisé

Ultimate Ears n'aime pas parler de puissance, il n'y a donc aucune indication sur les amplificateurs utilisés ou les possibilités des haut-parleurs, si ce n'est une réponse en fréquence de 45 Hz – 20 kHz, qui ne
nous apprend pas grand chose.

La topologie du produit est de type deux voies :

  • 2 haut-parleurs basses/médiums de 11,5 cm de diamètre,
    placés sur deux faces adjacentes
  • 2 haut-parleurs d'aigus de 2,54 cm, avec la même
    disposition sur les faces adjacentes
  • 2 radiateurs passifs en rectangles arrondis de 9 x 19 cm, placés
    sur les deux dernières faces

La disposition des haut-parleurs fait que le son n'est pas diffusé à 360°, mais plutôt à 180°, en stéréo, utilisant deux arrêtes par canal. À ce titre, l'Hyperboom crée un champ moins immersif que des enceintes omnidirectionnelles, mais cela lui permet d'être plus cohérente, plus adaptée à la lecture de vidéo également.

Nous ne nous attendions pas à un raffinement sonore particulier, et pourtant le résultat est plutôt étonnant, à défaut d'être un sommet de pur audiophilie (terme qui, déjà, n’a pas vraiment de sens).

Très dépendant de la surface sur laquelle elle se trouve posée, l'Hyperboom peut osciller entre un certain équilibre (surface peu
propagatrice) et des basses un peu plus franchement mises en avant (type table en bois). La puissance reste très importante, suffisante pour n'importe quel salon ou petit espace extérieur, mais pas aussi incroyable que sa taille le laissait penser.

Manquant très légèrement d'extension dans les aigus, ce qui aurait permis une aération encore supérieure, l'Hyperboom conserve une scène sonore cohérente et très détaillée, s'adaptant bien à tous les styles. À l'inverse, sa maitrise des basses est très impressionnante, bien des enceintes actives purement sédentaires n'ont pas cette profondeur ni cet impact.

Un modèle qui dépasse le cadre d'un son festif ? Oui clairement. Il est d'autant plus dommage de se limiter au Bluetooth, qui plus est au seul codec SBC, même si l'Hyperboom n'a tout de même pas la richesse technique de très bonnes enceintes alimentées.

Loin de se limiter à son rôle de caisson portatif, elle se révèle étonnamment mesurée et douce si besoin, ni agressive ni étouffée, une
sonorité particulièrement musicale en somme. Certains préfèreront encore un peu plus de clarté et de détails, comme ce qui existe sur les modèles connectés Sonos (difficilement comparable donc).

En somme, pas de reproche particulier sur le son, même à ce prix-là. Le choix de la stéréo, par rapport à un rendu 360°, est un choix assumé.

L'avis de Clubic sur la Ultimate Ears Hyperboom

Enceinte Bluetooth de tous les superlatifs, l'Hyperboom de Ultimate a clairement de la puissance à revendre, mais va bien plus loin que le simple modèle festif. Très chère, elle n'en reste pas moins impressionnante,
parfaitement valable comme une enceinte de salon. Dommage de ne pas avoir intégré de fonctions réseaux, et de présenter une figure si austère.

Ultimate Ears Hyperboom

8

Enceinte Bluetooth très gros format, l'Hyperboom de Ultimate Ears n'en est pas moins très maitrisé sur le plan sonore. Puissante mais équilibrée, permettant un vrai rendu stéréo, et compatible avec le système PartyUP de la marque, l'enceinte ne pêche vraiment que par son absence (volontaire) de fonction réseau, et son design très peu inspiré.

Les plus

  • Bonne sonorité
  • Rendu Stéréo
  • Double puce Bluetooth
  • Système de synchronisation UE

Les moins

  • Aucune fonction réseau
  • Design très triste
  • Diffusion directionnelle

Fabrication/ Design 6

Ergonomie 7

Fonctions 8

Son 8

1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Tech For Good : Amazon et Apple ne veulent pas s'associer à l'initiative française pour une tech plus éthique
Black Friday Amazon : les 7 meilleures offres high-tech du moment
Le prix des écrans Samsung chute sur Amazon : notre sélection des meilleures offres
Black Friday Week : le TOP des bons plans high-tech chez Amazon et Cdiscount
Le Conseil de surveillance de Facebook saisi de ses premiers cas, et deux concernent la France
Ce lot de 3 ampoules Philips Hue sur Amazon est à un bon prix pour Noël
Black Friday Week : l'écran PC gaming Samsung 27'' LED à prix cassé
Avis PureVPN 2020 : une nouvelle mouture en demi-teinte
Black Friday : le SSD interne Samsung 860 EVO 2 To à prix cassé chez Amazon
Black Friday Week : le Casque Bose QC35 est au meilleur prix sur Cdiscount
Haut de page