Test Hisense PL1 : le Laser Cinéma pour une expérience grandeur nature à la maison

Matthieu Legouge
Par Matthieu Legouge, Spécialiste Image.
Publié le 17 mai 2023 à 11h40
© Hisense
© Hisense

Hisense porte de larges ambitions avec sa gamme de Laser Cinema, représentée cette année par le vidéoprojecteur à ultra-courte focale Hisense PL1. Avec pour objectif de s’afficher comme une solution plus efficace qu’un téléviseur pour profiter d’un grand écran et d’une expérience cinéma à la maison, le PL1 a plus d’un tour dans sa poche pour séduire les utilisateurs exigeants que nous sommes. Image 4K sur une taille de projection allant de 80 à 120 pouces, pic lumineux annoncé à 2 100 lumens, Dolby Vision et Atmos, technologie MEMC … regardons de plus près ce que le Laser Cinema signé Hisense a dans le ventre.

Les plus
  • Grande image cinéma bien calibrée
  • Support HDR10 et Dolby Vision
  • Très bon contraste natif (sur toile ALR)
  • Gestion de mouvements efficace
Les moins
  • Chauffe et bruit de ventilation
  • Luminosité divisée par deux en mode cinéma
  • Gestion de mouvements indispensable

Chez Hisense, il y a le Laser TV… et le Laser Cinema ! La principale différence réside d’abord dans la taille de projection. Si un produit comme l’Hisense Laser TV L5VG est livré, au choix, avec un écran technique de 88 ou de 100 pouces, le Hisense PL1 peut quant à lui projeter son image sur un mur blanc comme sur un écran de projection spécial ultra-courte focale. Le fabricant recommande d’opter pour une diagonale comprise entre 80 et 120 pouces et nous assure que la luminosité reste élevée même avec cette diagonale très généreuse d’un peu plus de 3 mètres.

Autre différence de taille par rapport à un Laser TV : les métadonnées dynamiques. À vrai dire, Hisense reste pour le moment le seul à proposer le Dolby Vision sur ses projecteurs laser à ultra-courte focale, avec le PX1-Pro et le PL1. Côté fiche technique, ce dernier s’équipe d’une source lumineuse mono laser bleu avec roue chromatique, là où le PX1-Pro fait appel à un triple laser RGB. Enfin, le PL1 profite d’une puce DMD 0,47 et d’un traitement XPR 4K (x4) pour restituer son image en 4K Ultra HD. Côté optique, son ultra-courte focale à un rapport de projection 0,25:1. Terminons par évoquer la lampe laser X-Fusion, Hisense annonce une durée de vie de 25 000 heures, une belle performance pour un équipement de ce type.

Fiche technique Hisense PL1

Résumé
Système d'exploitationVidaa U 6.0
Entrées vidéoHDMI (x2)
Résolution native4K Ultra HD
Luminosité2100 Lumens
Norme HDRDolby Vision
Caractéristiques techniques
Système d'exploitationVidaa U 6.0
Type de puceQuad Core
Consommation annoncée200W
Consommation en veille0.5W
Connectiques
Entrées vidéoHDMI (x2)
Sorties audioAudio numérique S/PDIF Optique, Audio stéréo (2x RCA)
Connecteur(s) additionnelsUSB 3.0 Type A, USB 2.0 Type A
Connectivité
Wi-FiOui
BluetoothOui
EthernetOui
Projection
Résolution native4K Ultra HD
Résolution d’affichage16/9
Luminosité2100 Lumens
Durée de vie de l'éclairage25,000h
Taux de contraste natifN.C
Taux de contraste dynamiqueN.C
Norme HDRDolby Vision
Lens shift horizontaleOui
Lens shift verticaleOui
Caractéristiques physiques
Hauteur12mm
Largeur335mm
Profondeur531mm
Poids8.5kg
Haut-parleurs2 x 15 W

Ce test a été réalisé sur un projecteur Hisense PL1 prêté par le constructeur pour l'occasion, accompagné d'un écran ALR déroulable de 100 pouces.

© Matthieu Legouge pour Clubic

Un appareil à la fois compact et encombrant

De conception robuste, le PL1 est un appareil relativement compact avec une hauteur contenue à 12 cm et une profondeur d’un peu plus de 33 cm. L’intérêt d’un tel projecteur est évidemment de ne pas avoir à réaliser une installation au plafond ni de lui trouver une place au centre du salon avec son cortège de câbles traversant la pièce. Avec son optique ultra-courte focale, le PL1 se positionne au pied de l’écran ou du mur sur lequel on souhaite projeter l’image.

© Matthieu Legouge pour Clubic

C’est justement le recul qui définit la taille de l’image, entre 21 cm pour une diagonale de 80 pouces et jusqu’à 42 cm pour atteindre 120 pouces. Le projecteur demandera quelques compromis pour être positionné correctement, et ce selon la configuration de votre pièce ou de votre salon, ou encore s’il s’agit de projeter contre un mur blanc ou un écran technique comme celui que le constructeur nous a fait parvenir. Dans notre cas, avec l’écran de projection déroulable et notre meuble TV peu profond, il a été nécessaire de placer une table basse à l’avant afin de positionner le Laser Cinema.

Par conséquent, l’encombrement sera plus ou moins important selon votre installation. L’ajustement de l’image est quant à elle assez simple du moment que le projecteur est bien placé : deux pieds à vis à l’avant de l’appareil permettent de modifier la hauteur de l’image, à droite et à gauche, et ainsi d’obtenir une projection à niveau. Pour en finir à propos de l’encombrement, il est tout de même très appréciable d’avoir un projecteur qui se place de cette manière, avec des connectiques qui peuvent être « invisibles » si vous prenez soin de réaliser une installation propre.

© Matthieu Legouge pour Clubic

Le PL1 n’en fait ni trop ni trop peu en matière de connectique. On y trouve deux ports HDMI (2.1 et 2.0) avec support de l’eARC sur le second, deux ports USB, une prise RJ45 et les habituels connecteurs antennes. Le tout est complété par une sortie audio optique numérique et les sorties audio L/R. Bien entendu, il est possible de se connecter à internet en Wi-Fi et non uniquement via le câble Ethernet ; le Bluetooth est également au menu.

© Matthieu Legouge pour Clubic

Une Smart TV … en plus grand

Du côté de la mise en service, des menus et de l’ergonomie logicielle, on retrouve un produit tout à fait comparable à un téléviseur classique avec une expérience utilisateur semblable à celle d’un modèle comme le Hisense 65U8HQ, le dernier téléviseur de la marque que nous ayons testés.

L’interface Vidaa U n’a pas bougé, ou très peu. Ici dans sa version 6.0, elle arbore un design plus moderne que par le passé et surtout plus intuitif à l’usage. Les applications disponibles sont bien plus nombreuses qu’auparavant, on profite, par exemple, de Netflix, Canal +, Prime Video, Disney+, Apple TV+ et ainsi de suite.

© Matthieu Legouge pour Clubic

Comme pour le reste, la télécommande est aussi la même que celle qui accompagne les téléviseurs Hisense les plus récents. Seul un bouton d’allumage situé sur le côté droit du projecteur subsiste. Finalement, mis à part son installation et la taille de l’image projetée, le PL1 s’utilise exactement comme une Smart TV moderne avec toutes les fonctionnalités que l’on peut en attendre.

Nos impressions

Une luminosité suffisante dans une pièce éclairée ?

Au premier allumage, difficile de ne pas être impressionné par la taille de l’image et la luminosité produite avec la vidéo de démonstration en mode magasin. On la retrouve une fois passée en mode domicile, à condition de rester avec le mode d’image Standard ou de passer dans les modes Dynamique ou Sport. Ceux dédiés au cinéma (cinéma jour, cinéma nuit, filmmaker) offrent des couleurs bien plus précises avec une différence flagrante, ils exigent cependant de se placer dans l’obscurité afin de profiter pleinement d’une belle image cinéma.

L’image reste bien visible en pleine journée, dans une pièce baignée de lumière, avec les modes Standard et Dynamique et lorsque la puissance lumineuse du projecteur est réglée au maximum. Nous restons tout de même sur notre faim tant la différence est grande en matière de contraste et de colorimétrie.

Le mode "Dynamique" est suffisant dans une pièce éclairée, mais rien ne vaut une projection dans la pénombre © Matthieu Legouge pour Clubic

Une grande image cinéma dans la pénombre

Dans la pénombre, le PL1 offre une image somptueuse si tant est que la source soit de qualité. Le contraste est bien meilleur que ce que nous imaginions, on perçoit des détails intéressants dans les zones sombres avec une restitution assez impressionnante pour un projecteur UST (Ultra Short Throw).

© Matthieu Legouge pour Clubic

Il faut également dire que le support de projection joue son rôle sur ce point, l’effet ne sera sans doute pas tout à fait le même lors d’une projection sur mur blanc. Le PL1 a deux autres grandes qualités selon nous : il y a d’abord la richesse des détails produits à partir de sources en 4K. Qu’il s’agisse de la netteté de l’image, de ses textures ou encore des couleurs produites, la projection 4K est tout simplement excellente. Nous sommes un peu moins enthousiastes concernant la mise à l’échelle à partir de résolution plus faible, encore une fois les sources vidéo de moins bonnes qualités ne sont pas autant sublimées et améliorées qu’elles peuvent l’être avec un téléviseur. On se contentera toutefois très bien de ce que le PL1 propose sur ce point avec une mise à l’échelle qui reste efficace du 1080p vers la 4K UHD.

© Matthieu Legouge pour Clubic

Ensuite, difficile de passer à côté des performances de ce projecteur UST en matière de gestion de la luminosité, notamment avec les contenus HDR. Le PL1 profite ici d’un sérieux avantage sur ses concurrents grâce à l’exploitation des signaux Dolby Vision.

© Matthieu Legouge pour Clubic

Le bon contraste natif obtenu par le projecteur permet de tirer parti de l’HDR et de profiter d’une image qui ne manque pas de dynamisme. Les éléments les plus lumineux ressortent bien des scènes, on ne se heurte que dans une mesure très raisonnable au lissage des hautes lumières. La perte en détail reste par conséquent convenable, mais, forcément, nous sommes loin du rendu explosif proposé avec certains téléviseurs MiniLED, ni même sur la dynamique observable avec l’OLED. Quoi qu’il en soit, le Hisense PL1 nous a tout de même épatés dans sa gestion de la luminance sur les contenus HDR.

© Matthieu Legouge pour Clubic

Comme ce fut le cas avec le Laser TV d’Hisense, il est nécessaire d’activer la compensation de mouvement (Smooth Motion) afin d’éviter le judder lié au 3:2 pulldown, visible lorsque l’on sélectionne le Filmmaker Mode. La technologie d’Hisense fonctionne plutôt bien pour obtenir une image fluide en (presque) toutes circonstances dans les scènes en mouvement, ou encore sur les travellings. Il suffit de trouver le réglage qui vous convient le mieux, une échelle de 10 niveaux est à disposition, pour conserver un rendu naturel et éviter du mieux possible les microsaccades.

Audio et bruit de fonctionnement

Reste le bruit en fonctionnement … le PL1 n’est pas vraiment synonyme de silence. Les nuisances sonores liées au refroidissement de la machine restent contenues dans les modes d’images les mieux calibrés en raison d’une luminosité plus faible. En revanche, la ventilation devient bien audible avec un mode qui exploite toute la puissance du laser. Certes, le système audio du projecteur va venir couvrir ces bruits, tout dépend du volume auquel vous visionnez vos contenus.

© Matthieu Legouge pour Clubic

En parlant de l’audio, il est très appréciable de retrouver un système d’une puissance de 2 × 15 W sur un projecteur de ce type, alors que l’audio est souvent très limité sur des produits similaires. 5 modes différents sont proposés pour adapter le son aux contenus visionnés, le système est également compatible avec le Dolby Atmos, un avantage même si le rendu est clairement limité et ne peut offrir une expérience de spatialisation réellement tridimensionnelle. Les basses sont présentes, mais restent modérées ; le rendu audio nous semble bien équilibré dans l’ensemble avec le mode cinéma ; seul le souffle de la ventilation, qui revient jusqu’à nos tympans en visionnant des scènes avec des passages plus calmes ou silencieux, ternit un peu le tableau.

Le mode HDR Dynamique (à gauche), offre une image très froide. L'idéal est de se rabattre sur le mode Cinéma jour (à droite), ou Filmmaker, pour obtenir un rendu plus juste © Matthieu Legouge pour Clubic

Nos mesures

Le PL1 offre des performances bien différentes selon le mode d’image choisi. Les modes Standard et Dynamique sont clairement à privilégier pour un usage dans un environnement lumineux, leur colorimétrie est très loin de s’approcher de ce que l’on peut attendre, notamment en raison de dérives chromatiques excessives et d’une température de couleurs très froide. Heureusement, les modes Filmmaker, Cinéma jour et Cinéma nuit, sont assez fidèles à un usage cinéma. On relève, par exemple, un Delta E de 4,80 sur le mode Cinéma jour avec assez peu de dérives et une température de couleurs très proche des 6 500 K recherchés.

Quant au contraste, il oscille avec un rapport compris entre 1 500:1 et 2 000:1 selon les modes. Le mode standard affiche un meilleur contraste natif certes, mais l’image n’est pas vraiment flatteuse en termes de couleurs. Enfin, comme précisée dans les paragraphes précédents, la luminosité est divisée par deux entre les modes standard et dynamique et les modes d’images dédiés au cinéma. Hisense tient sa promesse de 2 100 lumens en mode standard, mais le PL1 n’atteint pas plus de 1 000 lumens dans les modes les mieux calibrés. Enfin, les couvertures colorimétriques sont bonnes, on relève 91 % sur le DCI-P3 et 65 % sur l’exigeant Rec. 2020.

Hisense PL1 : l'avis de Clubic

Conclusion
Note générale
8 / 10

Le PL1 ne démérite pas sa dénomination de « Laser Cinema » : les bandes noires le restent bien, les contenus HDR à métadonnées dynamiques sont parfaitement gérés sans réglage préalable, tandis que la colorimétrie flatte l’œil sans trop de problèmes dans les modes d’images dédiées au cinéma.

Le PL1 est finalement très polyvalent et se suffit à lui-même dans bien des situations. Par son interface en tous points similaire avec celle des téléviseurs Hisense, ses nombreuses options de paramétrages, son système audio satisfaisant (tout dépend des exigences), son mode jeu, ou encore sa compatibilité avec les signaux HDR10 et Dolby Vision. Sur ce point, le PL1 est simplement l’un des seuls projecteurs à se montrer compatible avec le Dolby Vision, un avantage certain surtout que le Laser Cinema d’Hisense est capable d’afficher une belle et grande image cinéma.

Le seul point vraiment regrettable selon nous, c’est la chauffe importante de l’appareil qui nécessite une ventilation bruyante que le volume des deux haut-parleurs ne couvrira pas toujours…

Les plus
  • Grande image cinéma bien calibrée
  • Support HDR10 et Dolby Vision
  • Très bon contraste natif (sur toile ALR)
  • Gestion de mouvements efficace
Les moins
  • Chauffe et bruit de ventilation
  • Luminosité divisée par deux en mode cinéma
  • Gestion de mouvements indispensable
Sous-notes
Qualité d'image
9
Qualité audio
8
Connectivité
8
Ergonomie
8

Toutes les mesures réalisées dans le cadre de ce test ont été enregistrées avec le logiciel CalMAN Ultimate, une sonde X-Rite i1 Display Pro Plus et un boîtier de mesure d'Input Lag Leo Bodnar.

Par Matthieu Legouge
Spécialiste Image

Pigiste pour Clubic depuis 2018, j’ai d’abord pris la plume pour parler d’actualités, avant de me spécialiser peu à peu sur les catégories PC & Gaming, notamment les écrans et périphériques, ainsi que l’image et le son, plus particulièrement tout ce qui touche au Home Cinema : les téléviseurs, vidéoprojecteurs et barres de son.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Nos experts recommandent des produits et services technologiques en toute indépendance. Si vous achetez via un lien d’affiliation, nous pouvons gagner une commission. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. En savoir plus
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (6)
Aegis

Peut-on l’accrocher au plafond ?

Wifi93

Pas mal, pas mal. Reste le bruit de la ventilation DB ? Et le prix encore un peu élevé sans compter que pour obtenir un résultat optimal, il faut acquérir une toile ALR adapté à l’engin.
A mon avis, cela finira par percer et remplacer à terme nos écrans Leds/Plasma etc. mais pas tout de suite.

batmat

non c’est un projecteur courte focale : il se place contre l’écran sur lequel il projette l’image

Palou

Exact l’ancien :wink: J’en ai vu un en démo chez Darty, pas Hisense, et j’ai été bluffé par l’image

alsaco67

Je suis étonné qu’un projecteur laser soit présenté comme une nouveauté ?

J’ai un modèle ultra courte focale depuis 2019 (XIAOMI Mijia) acheté en ligne sur BANGGOOD à l’époque moins de 1000 euros (menus anglais / mandarin mais ce n’est pas gênant en pratique puisque le lecteur de flux est en français - ordi, passerelle multimédia etc ), qui ne fait quasi aucun bruit.

Il est important d’utiliser une toile de projection dite technique avec ce type d’appareil et là encore, privilégiez un achat en ligne si vous ne voulez pas payer un prix de revendeur français …

En Chine, ils appellent ces projecteurs des « laser TV » , c’est très répandu depuis des lustres…

alsaco67

Comme dit plus bas, j’en possède un depuis 2019 , acheté à moins de 1000 euros en import. L’image est surprenante , cela ne fait pas de bruit, le son est bluffant MAIS, cela ne remplacera jamais une TV, c’est un complément génial pour se préparer dans une salle aménagée pour cela (a minima, avec très peu de lumière parasite), une séance ciné ou regarder une finale de ligue des champions par exemple.

En lumière ambiante, pour regarder les infos ou un jeu débile, bref toute diffusion ne nécessitant pas une diagonale de 3 m (mon cas) la TV me semble indéboulonnable et plus pratique.

Il faut penser aussi au recul et, petit reproche, une image qui a parfois (parfois seulement) des difficultés dans les scènes très dynamiques

L’écran doit en effet être de qualité mais là aussi : import ! les prix français sont comme tous les produits de consommation du fait de la pseudo crise, indécents. Je rentre d’Asie et bizarrement, là bas, les prix sont relativement stables …