L’Etat ne lâchera pas Orange

09 juin 2016 à 10h21
0
A l'occasion d'une visite du président de la République dans un nouveau campus d'Orange, François Hollande a rappelé son attachement à l'opérateur. L'Etat, déjà actionnaire à 23% de la société, entend le rester.

François Hollande tient à rassurer. Le président de la République, à l'occasion d'une visite dans l'un des nouveaux campus dédié à l'innovation (Orange Gardens) de l'opérateur, a rappelé que la France resterait actionnaire de l'opérateur historique. Actuellement, l'Etat détient 23% du capital d'Orange, une position qui devrait rester identique.

« L'Etat est un des principaux actionnaires d'Orange et entend le rester parce que nous considérons qu'il est nécessaire pour l'entreprise qu'il y ait cet actionnariat public, même s'il y a une diversité dans le capital », a ainsi précisé le chef de l'Etat. François Hollande contredit ainsi les propos de son propre ministre de l'Economie.

Emmanuel Macron avait récemment livré sa position sur la question. Au sujet de la participation de l'Etat au capital d'Orange, le locataire de Bercy avait expliqué que l'entité publique n'avait à terme « pas vocation à rester de manière pérenne au capital » de la société. Un tel retrait du capital d'Orange aurait pu être envisagé mais uniquement d'ici plusieurs années.

08414008-photo-orange-stephane-richard.jpg

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top