Euro 2016 : des problèmes de réseau Free Mobile sur certains stades ?

20 mai 2016 à 11h43
0

Free Mobile considère que les obligations appliquées par certains propriétaires de stades de football sont trop lourdes. Selon Le Figaro, l'opérateur vient de remettre en question cet accord, en particulier pour le stade de Matmut-Atlantique de Bordeaux. Ce dernier doit accueillir cinq rencontres de l'Euro 2016.

L'opérateur considère que le financement des infrastructures mobiles est trop important et aurait même demandé qu'Orange lui rembourse une partie des frais avancés. Le nœud du problème résiderait dans le prix du loyer que doit régler un opérateur pour qu'il puisse y acheminer ses propres infrastructures. Loyer qui aurait été largement augmenté.

Orange, SFR et Bouygues Telecom auraient donc accepté de payer un loyer élevé, mais pas Free Mobile. Désormais l'opérateur historique, en charge du déploiement réseau dans 6 des 10 stades de la compétition, craint que son concurrent ne décide de faire volte-face sur une bonne partie des installations.

0258000008448110-photo-euro-2016.jpg


Du côté des clients, il y a peu de risque d'être réellement privé de connexion mobile. Free pourrait à nouveau s'appuyer sur le contrat d'itinérance le liant avec Orange. A moins que l'opérateur décide de ne pas faire appliquer cet accord pour les stades dans lesquels les matchs auront lieu.


A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Après l'affaire du FBI, Apple protège un peu mieux son smartphone
Windows Phone chute : 0,7% de part de marché mondiale, contre 85% pour Android
Amazon se prépare à payer 400 millions d’euros d'arriérés d'impôts
Waze et sa communauté arrivent enfin sur Android Auto
Orange et SFR épinglés par l'Arcep sur la 2G
Google voudrait
Microsoft planche sur son bot assistant pour Bing
Cortana : Microsoft amorce les notifications d'Android sur Windows 10
Bolloré a encore de l’appétit pour avaler Gameloft
La Poste va se mettre à l'analyse prédictive
Haut de page