Xavier Niel : les tarifs de Free Mobile "ne bougeront pas avant très longtemps"

19 juillet 2012 à 17h56
0
00FA000005056860-photo-free-mobile.jpg
Interviewé par Capital, le PDG de Free Xavier Niel a déclaré que les prix des offres de Free Mobile n'étaient pas destinés à évoluer dans un futur proche. « Nos tarifs ne bougeront pas avant très longtemps » a annoncé le chef de fil de l'opérateur, qui prévoit de dévoiler prochainement les premiers chiffres concernant le nombre d'abonnés à ses offres.

L'entretien accordé par Xavier Niel à Capital avait déjà fait parler de lui avant même sa publication par le magazine, qui en offrait hier un avant-goût en annonçant que Free Mobile venait de déposer plainte contre SFR pour « concurrence déloyale. » Dans les pages du magazine économique, ce n'est finalement qu'une petite partie des sujets évoqués par le PDG de l'opérateur, qui y parle également de l'avenir de la fibre optique, de l'emploi dans le secteur du mobile ou encore de ses investissements sur Internet. Néanmoins, Niel y évoque tout de même longuement l'activité de Free Mobile.

Ce dernier annonce avant tout que les tarifs des offres de Free Mobile - 19,99 euros pour l'offre tout illimité et 2 euros pour l'offre 60 minutes + 60 SMS, tarifs réduits à 15,99 euros et 0 euro pour les abonnés ADSL - ne bougeront pas. On s'en souvient, Xavier Niel avait expliqué en janvier sur le plateau de C à vous qu'une évolution des tarifs n'était pas à exclure en fonction de la situation une fois passée la barre des 3 millions d'abonnés. A priori, l'opérateur ne s'était donc pas « trompé ».

« L'itinérance par Orange ne nous rapporte pas d'argent »

Si Xaviel Niel a toujours pour objectif de dégager 50% de marge brut sur le mobile, il admet néanmoins que cela ne sera possible qu'au bout d'un certain niveau de déploiement du réseau Free Mobile. L'homme d'affaire explique que Free ne gagne pas d'argent lorsque les mobinautes utilisent l'itinérance chez Orange. « Quand nous sommes chez nous, nos marges tendancielles sont élevées » explique-t-il. Conclusion : pour améliorer sa marge sur le mobile, Free va donc devoir accélérer le déploiement de son réseau.

Néanmoins, pour le moment, il semblerait que l'opérateur se focalise sur l'amélioration de son réseau déjà en place, et notamment côté data. Car si Xaviel Niel assure que « tout est résolu depuis un moment » du côté de la téléphonie, ce n'est pas le cas côté données. L'opérateur attend « des capacités supplémentaires qui seront livrées prochainement. » Patience, donc, pour les millions de clients Free Mobile...

Enfin, notons que l'opérateur compte révéler des informations concernant son nombre d'abonnés à la fin du mois d'aout. Il s'agira de « chiffres arrêtés à la fin du mois de juin », soit après ce que des opérateurs concurrents, comme le MVNO Virgin Mobile, ont qualifié d'« Effet Free Mobile ». Ce sera l'occasion de constater ce qu'il en est des spéculations qui considèrent que Free Mobile a dépassé depuis un moment la barre symbolique des 3 millions d'inscrits.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

RIM met à jour ses outils de développement pour BlackBerry 10
Nokia a perdu 1,41 milliard d’euros au deuxième trimestre
Résultats Archos : chiffre d'affaires stable sur fond de concurrence accrue
Google Maps : mise à jour majeure des cartes dans plusieurs régions
Résultats Microsoft : revenus en hausse, mais premières pertes depuis 1986
Le BIOS d'ASRock se met à jour directement par Internet
Oracle rachète le spécialiste de l’optimisation Skire
Google prêt à dévoiler son offre de fibre optique à Kansas City
IE et Microsoft : la Concurrence européenne étend son enquête à Windows RT
Copie privée : les professionnels menacent de saisir l'Europe
Haut de page