Bouygues Telecom et facturation d'emails : une erreur de calendrier

Par
Le 14 mai 2012
 0
Branle-bas de combat ce week-end chez les partisans de la neutralité du Net, suite au tweet d'un représentant de Bouygues Telecom distinguant l'email de l'Internet. L'opérateur vient de publier une réaction officielle, mais elle ne correspondrait pas aux faits.

00f0000002978540-photo-logo-bouygues-telecom.jpg

En cause, la requête d'un étudiant en informatique, Clément, bénéficiant d'un forfait bloqué Universal Mobile incluant notamment l'Internet illimité, qui apprend que son crédit s'est soudainement épuisé en raison de l'envoi d'emails depuis la France.

L'échange se fait par messages privés, « tourne en rond » selon l'étudiant, jusqu'à ce que le conseiller clientèle Bouygues Telecom réponde publiquement : « Internet et les emails sont deux choses distinctes, que vous le vouliez ou non. :-) » Le conseiller justifie effectivement la facturation par l'envoi d'emails, au travers d'un client exploitant le protocole standard SMTP, et non au travers d'un webmail et d'un navigateur Internet. Or si le filtrage de protocoles gourmands comme le peer-to-peer peut se défendre à l'heure où les réseaux cellulaires sont encombrés, celui des emails est en revanche plus difficile à justifier.

Une erreur de calendrier

Sur son blog Tout sur Bouygues Telecom, l'opérateur reconnait que les propos du conseiller furent « maladroits », mais il prétend qu'ils sont sans rapport avec les faits. Une « première analyse » du dossier, puisqu'il semble qu'il faille plusieurs analyses pour s'assurer d'un point aussi simple, aurait révélé que la facturation était le fruit de connexions depuis l'étranger, où l'étudiant se trouvait avant et après les faits.

Un représentant de Bouygues Telecom nous assure quant à lui qu'il ne fait de toute façon plus aucune distinction entre le surf et l'email, au moins depuis novembre 2009, ni depuis la France ni depuis l'étranger.

Problème : Clément a souscrit son forfait bloqué Universal Mobile, incluant 1 h 30 d'appels, les SMS illimités et l'Internet illimité bridé à partir de 500 Mo pour 24,90 euros/mois... au mois d'août 2009. Le service client vient de lui confirmer que l'envoi d'email par SMTP est bel et bien facturé avec cette offre, que la facturation est donc légitime encore aujourd'hui, et que sa seule solution est de changer d'offre.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top