Comparatif des meilleurs lecteurs vidéo gratuits pour Windows et MacOS

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
06 octobre 2016 à 17h51
0
Sur PC ou Mac les lecteurs vidéo alternatifs ont toujours leur utilité, ne serait-ce que pour être sûr de pouvoir lire n'importe quelle vidéo sur n'importe quelle plateforme. En sortant des lecteurs intégrés à Windows et macOS, voici une sélection de nos lecteurs préférés, des classiques incontournables aux pépites qui gagnent à être connues.

VLC : le lecteur à tout faire

Créé par des étudiants de l'Ecole Centrale de Paris, VLC est en fait la partie lecteur (le C de client) d'une solution de diffusion en streaming, VideoLAN, qui intégrait autrefois un composant serveur, VLS. Les deux ont fusionné depuis, et le projet a évidemment dépassé de très loin son cadre scolaire initial.

En fait, la partie lecteur de fichiers vidéo de VLC, déjà bien fournie, n'est qu'une des multiples facettes de ce que l'on peut faire avec ce logiciel, qui incluent pour rappel :

  • La lecture de DVD et même de certains Blu-ray
  • L'enregistrement de l'écran
  • La lecture de flux TV et radio
  • L'abonnement à des podcasts
  • La conversion de fichiers vidéo entre différents formats

0320000008559256-photo-vlc-1.jpg


La lecture vidéo, qui nous intéresse ici, est très complète, notamment grâce à la gestion de nombreux formats de fichiers (MPEG-1/2, DivX, MPEG-4 ASP, XviD, 3ivX, H.264 / MPEG-4 AVC, Cinepak, Theora, WMV, VC-1, Sorenson...). La même exhaustivité se vérifie sur les pistes audio. VLC se distingue aussi par la multitude de filtres et effets audio et vidéo que l'on peut appliquer aux fichiers, pendant la lecture, ou même de manière permanente, utile pour réorienter une vidéo capturée par erreur en mode portrait par exemple.

0320000008559258-photo-vlc-2.jpg


VLC gère tous types de sous titres et propose plusieurs fonctionnalités permettant de les recaler avec l'image, tout comme les bandes-son d'ailleurs.

08559260-photo-vlc-3.jpg


La contrepartie de cette pléthore de fonctionnalités et d'outils peut résider dans une certaine complexité perçue par le grand public. Tout d'abord, il faut rappeler que sans toucher aux options, VLC est tout à fait utilisable comme un lecteur vidéo lambda. Si vous souhaitez aller plus loin, en revanche, vous trouverez quantité de ressources sur le web, à commencer par nos 20 trucs et astuces pour VLC.


Media Player Classic Home Cinema (MPC-HC) : léger et performant

Media Player Classic est né de la volonté de proposer une alternative à ce qu'était devenu Windows Media Player, en conservant une interface minimaliste, dans la lignée des premières versions de WMP. Depuis, le projet a été abandonné par son développeur original, mais plusieurs dérivés sont nés, dont Media Player Classic Home Cinema, ou MPC-HC pour les intimes.

0320000008559252-photo-mpc-hc-1.jpg


L'intérêt principal de MPC-HC, c'est sa légèreté : ses développeurs se targuent de sa compatibilité avec « n'importe quel processeur équipé d'instructions SSE, y compris votre vieux PC de 1999 ». Nous n'avons pas été vérifier jusque-là, mais une chose est sûre : sur n'importe quel PC moderne, il se lance en une fraction de secondes, et sur notre configuration de test (Intel Core i7-2600 à 3,4 GHz, 8 Go de mémoire vive), il avale du MKV 4K en 60 images par seconde sans broncher, fichiers sur lesquels VLC est à la peine.

0320000008559254-photo-mpc-hc-2.jpg


Sans chercher à s'aventurer sur le terrain de VLC pour ce qui est des fonctionnalités annexes, il est tout à fait exhaustif sur son cœur de métier : filtres audio et vidéo, gestion complète des sous-titres, lecture DVD, voire BD, et une compatibilité de formats de fichiers irréprochable.

On ne regrettera en fait qu'une interface forcément austère, et un cycle de mise à jour irrégulier : la dernière date de novembre 2015. Néanmoins, à moins de tomber sur un bug bloquant, cette version nous a paru tout à fait stable et fonctionnelle sous Windows 10 Anniversary Update.


K-Lite Codec Pack : tous les codecs pour le lecteur de votre choix

Pour ceux qui souhaitent rester sur le lecteur de leur choix (GOM Player, KMPlayer, ou même Windows Media Player) et conserver une compatibilité exhaustive et à jour avec les différents codecs et formats de fichiers, le K-Lite Codec Pack est une référence depuis de nombreuses années.

Ce pack de codecs s'installe et s'associe à votre lecteur vidéo, à condition qu'il soit compatible avec DirectShow (cas de nombreux lecteurs, de WMP à Gom Player en passant par ZoomPlayer, KMPlayer ou le sus-mentionné Media Player Classic). Un mode expert permet de sélectionner précisément quels fichiers à associer à tel ou tel lecteur.

08559262-photo-klite-1.jpg


L'intérêt du K-Lite Codec Pack, c'est qu'il ne vous force pas à bouleverser vos habitudes si vous utilisez ce bon vieux Windows Media Player et que vous ne voyez pas l'intérêt d'apprendre une nouvelle interface pour lire un type de fichier non reconnu.

08559266-photo-klite-3.jpg


En revanche, sous Windows 10, K-Lite Codec Pack n'est pas compatible avec l'app Films & TV. Il faudra nécessairement passer par WMP 12, toujours présent, bien que caché, ou par un des lecteurs cités plus haut.

0320000008559268-photo-klite-4.jpg



MPlayerX : la référence sur Mac

Les utilisateurs de Linux, et autres dérivés d'Unix, connaissent bien MPlayer, lecteur vidéo en ligne de commande, sur lequel est basé MPlayerX. Depuis l'arrêt de Perian, pack de codecs pour le lecteur Quicktime, MPlayerX est plus que jamais la solution la plus simple et la plus fonctionnelle pour lire tout type de vidéo sur Mac, si on n'a pas besoin des multiples fonctionnalités annexes de VLC.

0320000008559246-photo-mplayerx-3.jpg


L'interface de MPlayerX est minimaliste mais s'adapte très bien aux dernières versions de OS X... et même de macOS, puisque le développement de l'app est très actif : une version corrective pour Sierra venait d'être publiée quand nous écrivions ces lignes. La compatibilité audio et vidéo ne nous a causé aucune mauvaise surprise : tous les formats testés sont lus sans problème, à condition d'avoir un Mac suffisamment puissant.

0320000008559244-photo-mplayerx-2.jpg


Les options ne sont pas foisonnantes : on peut tout de même ajuster sous-titres et bande-son pour corriger les problèmes de synchronisation, modifier le ratio, lire la vidéo en mode miroir, ou encore activer un filtre de désentrelacement.

Quelques gestes au trackpad (défilement vertical pour le volume, « pincer pour zoomer » pour régler la taille de la fenêtre...) complètent une solution tellement bien intégrée à OS X qu'on pourra aisément l'utiliser comme lecteur principal.


Mpv : léger et minimaliste

Issu de MPlayer, Mpv fait également dans la légèreté : tout comme MPC-HC dans sa version sans installeur, il tient dans un petit dossier d'une quarantaine de Mo. Ce minimalisme se confirme à l'usage : lancé instantanément, il fonctionne par glisser/déposer de fichiers, et peut se contrôler intégralement avec des raccourcis clavier. Si on évitera de l'utiliser pour des formats particulièrement gourmands - il peine davantage qu'un MPC-HC pour des MKV 4K -, il fera tout à fait l'affaire pour le tout venant, et peut s'exécuter sans installation, depuis une clé USB. Disponible initialement sur Linux, Mpv a été porté, depuis, pour Windows, et ne nous a posé aucun problème sous Windows 10 Anniversary.

0320000008559278-photo-mpv.jpg


Modifié le 04/02/2020 à 17h12
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top