Winamp pourrait être racheté à temps et ne pas disparaître

20 décembre 2013 à 17h44
0
Normalement programmée pour le 20 décembre, la disparition de Winamp pourrait ne pas avoir lieu : AOL serait actuellement en train de finaliser le rachat du programme par une entreprise.

04088346-photo-winamp-android-logo-mikeklo.jpg
C'est le site TechCrunch, par ailleurs propriété d'AOL, qui annonce la nouvelle : Winamp serait sur le point d'être revendu, et le logiciel ne devrait finalement pas disparaître du paysage en cette fin de semaine. Depuis quelques temps déjà, des rumeurs de rachat circulent sur la Toile, le candidat le plus sérieux évoqué étant Microsoft. Le média ne donne cependant pas de précision concernant l'entreprise qui serait sur les rangs pour acquérir à la fois Winamp et Shoutcast, un service de streaming également acquis par AOL lors du rachat de Nullsoft en 1999, vendu 80 millions de dollars à l'époque.

Pour l'heure, Winamp est toujours disponible en téléchargement sur son site dédié, mais la journée du 20 décembre ne fait que commencer outre-Atlantique. Une annonce pourrait avoir rapidement lieu, même si AOL se refuse actuellement à tout commentaire.

Télécharger Winamp pour Windows.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coronavirus : le traçage numérique
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
scroll top