BlackBerry accuse Facebook d'avoir violé ses brevets

Par ,
le mercredi 07 mars 2018
BlackBerry a récemment porté plainte contre Facebook et ses filiales pour avoir repris son système de messagerie instantanée.

La marque canadienne espère pouvoir nouer un partenariat avec le géant américain du web.

Violation des brevets de messagerie instantanée


Blackberry Messenger était une application de messagerie accessible sur les smartphones Blackberry qui permettait, avec du réseau wifi ou 3G, d'envoyer des messages avec accusés de réception et de lecture, des images, de faire des appels vidéos, ou encore des paiements Paypal. Ces fonctionnalités sont désormais présentes sur la plupart des systèmes de messagerie instantanée, comme ceux du réseau social Facebook et des ses filiales Whatsapp et Instagram. Or, Blackberry a annoncé le 6 février qu'il lançait une attaque en justice contre Facebook, en vertu de la défense de la propriété intellectuelle.

Facebook est accusé d'avoir violé ses brevets sur l'encodage des messages et des notifications. Cela fait plusieurs années que Blackberry essaie de régler cette affaire en privé, mais le dossier n'avançait pas suffisamment vite pour le actionnaires, qui ont entrepris l'action en justice et demandent des dommages et intérêts.

facebook messenger ban


Un partenariat entre BlackBerry et Facebook ?


La société canadienne aimerait bien profiter de cette situation pour nouer un lien commercial avec Facebook. Il propose ainsi un partenariat avec le réseau social de Mark Zukerberg pour lui permettre d'utiliser légalement ses brevets. Cette alliance pourrait relancer l'activité de Blackberry dans la messagerie, depuis son retrait du secteur téléphonique en septembre 2016.

Facebook ne semble pas prêt de son côté à laisse Blackberry rejoindre ses rangs. Il dément ainsi avoir utilisé les mêmes technologies que Blackberry et en profite pour lancer une pique à l'ancien fabricant de smartphones. Paul Grewal, directeur adjoint du service juridique de Facebook, déclare que cette attaque judiciaire « reflète malheureusement l'état des activités de messagerie », jugeant que Blackberry cherche à taxer l'innovation des autres groupes depuis qu'il n'est plus dans le marché de la messagerie. La société canadienne s'est en effet concentré depuis 2016 sur le développement de logiciels de sécurité et d'assistance aux entreprises et administrations.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36