Test Redmi Note 8 Pro : design et autonomie béton à prix cassé

Pierre Crochart Contributeur
25 octobre 2019 à 18h00
0
La note de la rédac
Un nouveau cycle s'entame. Maintenant que Realme est officiellement lancé sur le Vieux Continent, Xiaomi s'est trouvé un adversaire redoutable sur le segment de l'entrée de gamme.

Attaqué en ses terres par un concurrent né de la dernière pluie, Xiaomi dégaine, par l'intermédiaire de sa filiale Redmi, un smartphone susceptible de garder l'avantage.

Toujours gage d'une grande qualité sur leur segment d'entrée de gamme, les Redmi Note se divisent cette année (comme absolument tous les smartphones de 2019 en fait) en deux versions. Une classique (officiellement indisponible en France), et une « Pro » - qui nous intéresse aujourd'hui.

Alors, Redmi a-t-il toujours la côte, ou vaut-il mieux aller voir du côté de ce séduisant voisin venu s'installer juste à côté ?

Redmite Note 8 Pro test
Le Redmi Note 8 Pro dans sa version blanche. © Pierre Crochart pour Clubic

Le Redmi Note 8 Pro est déjà disponible, au tarif de 249€.

Redmi Note 8 Pro : la fiche technique

On commence à connaître la chanson. La version Pro du Redmi Note 8 est plus grande, plus performante et plus autonome que ne l'est le modèle classique. On remarque aussi qu'il change de crémerie en ce qui concerne la plate-forme utilisée. On passe ici d'un Snapdragon 665 sur le Note 8 à un Helio G90T de chez MediaTek. Un SoC que nous n'avions pas encore eu l'occasion de mettre à l'épreuve, et qui nous a agréablement surpris — nous y reviendrons.

 Redmi Note 8 Pro
Écran6.53" LCD IPS (19.5:9)
FHD+ (395 ppp)
Ratio écran-corps : 85%
SoCMediaTek Helio G90T5 (12 nm) : 2x 2.05 GHz + 6x 2.0 GHz & GPU Mali G-76 MC4
RAM6 Go
Stockage64 Go ou 128 Go (UFS 2.1), extensible via microSD jusqu'à 256 Go
Batterie4 500 mAh
APN avant20 MP (ƒ/2.0 0.99 µm)
APN arrièreGrand angle (64 MP ƒ/1.7 0.8 µm)
Ultra grand-angle (8 MP ƒ/2.2 1.12 µm)
Macro (2 MP ƒ/2.4 1.75 µm)
Profondeur (2 MP ƒ/2.4 1.75 µm)
Vidéo2160p@30 ips, 1080p@30/60/120 ips, 720p@960 ips
Prise jackOui
ÉtanchéitéNon
Charge18 W (inclus). Incompatible avec la charge sans-fil
ConnectivitéBluetooth 5.0, Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac, NFC
Dimensions161,4 x 76,4 x 8,8 mm
Poids200 g
ColorisBlanc, noir ou vert
Prix249€

Vous ne manquerez pas de remarquer que, pour 249€, le Redmi Note 8 Pro se dote d'une fiche technique très, très intéressante. Outre son écran de belle taille et sa batterie gargantuesque, on note surtout la présence d'un capteur photo 64 mégapixels signé Samsung. Le même qui équipe justement le tout récent Realme X2, tient donc.

Redmi Note 8 Pro test
© Pierre Crochart pour Clubic

Dans la boîte, pas de chichis. Mais l'attirail habituel d'un smartphone signé Xiaomi. Un adaptateur secteur 18 W et son câble USB-A vers USB-C, une paire d'écouteurs en jack 3.5 mm, une coque en silicone transparent.

Acheter le Redmi Note 8 Pro

Le plus beau smartphone à ce niveau de prix

Présenté ici dans sa version blanche, le Redmi Note 8 Pro n'est ni plus ni moins qu'un smartphone magnifique. Malgré son étiquette tarifaire particulièrement basse, le constructeur n'a pas lésiné sur les finitions, et offre ici un produit de toute beauté.

Redmite Note 8 Pro test
Le Redmi Note 8 Pro est magnifique en blanc. © Pierre Crochart pour Clubic

Affichant un coloris blanc nacré rappelant quelque peu le Galaxy Note 10; le Redmi Note 8 Pro puise aussi son inspiration du côté de OnePlus pour l'équilibre visuel du châssis.

Redmi Note 8 Pro test
Le capteur d'empreintes est situé juste sous les modules photo © Pierre Crochart pour Clubic

Au dos, on retrouve donc le quatuor d'appareils photo alignés à la verticale au centre. Les différents modules surplombant un capteur d'empreintes idéalement placé. Le logo Redmi s'affiche quant à lui sur le bas du téléphone dans un alignement similaire.

Redmite Note 8 Pro test
© Pierre Crochart pour Clubic

Très légèrement incurvé, le verre du dos rejoint un cerclage en plastique tentant d'imiter avec plus ou moins de réussite un aluminium chromé. La tranche droite du téléphone laisse apparaître le bouton Power ainsi que la réglette de volume. Son opposé viendra loger la carte SIM et l'éventuelle carte microSD qui peut y être ajoutée.

Redmite Note 8 Pro test
© Pierre Crochart pour Clubic

La tranche inférieure comprend le port jack, USB-C ainsi que l'unique (et vraiment pas terrible) grille de haut-parleurs.

L'avant du smartphone ressemble à s'y méprendre à celui du OnePlus 7T. On retrouve une encoche en forme de goutte d'eau plutôt discrète, ainsi que des bordures assez contenues de part et d'autre de l'écran. Le tout apparaît plutôt équilibré, et renforce cette agréable impression d'un produit qui, malgré son tarif, n'est pas bas de gamme.

Redmi Note 8 Pro test
© Pierre Crochart pour Clubic

Côté gabarit, nous sommes en présence d'un smartphone assez généreux. En comparaison d'un OnePlus 7 — puisqu'il en reprend les lignes — le Redmi Note 8 Pro est tout à la fois plus large, plus long et plus épais. Il reste utilisable à une main en se livrant à une petite gymnastique pas forcément agréable.

Redmi Note 8 Pro test
Le Redmi Note 8 Pro reste utilisable à une main... parfois. © Pierre Crochart pour Clubic

Un écran confortable, mais imparfait

Les smartphones haut de gamme de Xiaomi mis à part, le constructeur ne nous a jamais éblouis par la qualité de ses écrans sous la barre des 300€. On ne s'étonnera donc pas de voir celui du Redmi Note 8 Pro se contenter d'une appréciation « passable » sur son bulletin.

Doté d'une diagonale de 6,53 pouces, l'écran du Note 8 Pro affiche une définition FHD+ pour une densité de pixels de 395 ppp. C'est largement suffisant pour ne plus distinguer les pixels lorsque l'on tient le smartphone en main.

Redmi Note 8 Pro test
L'écran est bien défini, mais mal calibré. © Pierre Crochart pour Clubic

Là où le bât blesse, c'est davantage du côté de la calibration. LCD oblige, la dalle manque de contraste. Un paramètre qui peut heureusement être amélioré via les réglages d'affichage, mais qui ne saurait corriger des défauts inhérents à ce type de technologie. Plus gênant : la calibration de l'écran n'est pas tout à fait au point.

Redmi Note 8 Pro test
Les couleurs sont très froides © Pierre Crochart pour Clubic

Le smartphone affichera ainsi par défaut des couleurs très froides, très bleues. Une nouvelle fois, il est tout à fait possible de jouer de la roue chromatique dans les réglages afin de rééquilibrer tout ça, mais nous sommes bien conscients que 99% des utilisateurs ne s'embarrassent pas d'un tel exercice.

Aussi pour repasser du côté des points positifs : la dalle choisie par Redmi est très lumineuse. Culminant à 500 cd/m2, elle reste ainsi parfaitement lisible sous le soleil. Elle pourra néanmoins se faire un poil agressive au réveil alors que vous êtes encore plongés dans l'obscurité.

Redmi Note 8 Pro test
L'écran est suffisamment confortable pour profiter de ses jeux ou de vidéos. © Pierre Crochart pour Clubic

Dans tous les cas, sa diagonale généreuse fait du Redmi Note 8 Pro un smartphone idéal pour le visionnage de vidéos ou le jeu. Même si, sur ce dernier point, les puristes ne manqueront pas de pester contre une encoche venant quelque peu rogner l'affichage.

MIUI fidèle à lui-même

Qu'est-ce qui ressemble plus à un smartphone Xiaomi qu'un smartphone Redmi ?

Le Note 8 Pro n'est pas marqué par des différences fondamentales avec les autres smartphones du constructeur que nous avons pu tester tout au long de l'année. Livré avec Android 9 et la surcouche MIUI 10, le logiciel du Note 8 Pro se dote de l'habituelle cargaison de bloatwares qu'il est heureusement possible de désinstaller (et pas juste « désactiver » comme chez Samsung).

Du reste, les paramètres du téléphone sont assez généreux en matière de personnalisation. On apprécie aussi la présence d'un mode sombre intégral (même si l'écran n'est pas OLED, vos yeux vous remercieront) ainsi que d'une navigation gestuelle qui n'a pas attendu Android 10 pour fonctionner comme il se doit.

Redmi Note 8 Pro test

Bien entendu, vous ne trouverez dans MIUI 10 aucun tiroir d'applications vous permettant de garder un écran d'accueil minimaliste. Xiaomi ne déroge pas à sa philosophie inspirée d'Apple, consistant à entasser les applications les unes à la suite des autres.

Pour ceux que cela irrite, allez-donc jeter un œil à notre comparatif des meilleurs launchers alternatifs sur Android pour trouver meilleure chaussure à votre pied.

Des performances étonnantes

Pourquoi diable choisir un SoC MediaTek alors que l'on ne tarit jamais d'éloges à propos des puces Qualcomm ? En réalité, Redmi signe ici un coup de maître lui permettant d'offrir à son Redmi Note 8 Pro des performances dignes d'un flagship de 2017 tout en restant très compétitif en termes de prix.

Le Helio G90T a beau être ne pas être en mesure de rivaliser avec un Snapdragon de dernière génération, il est parfaitement capable d'assurer dans les tâches les plus lourdes. Il est aussi particulièrement économe en énergie, et crée ainsi un juste équilibre entre puissance brute et gestion de la chauffe.

Redmi Note 8 Pro test
Les résultats du Redmi Note 8 Pro sur AnTuTu.

Sur AnTuTu, le Redmi Note 8 Pro crée la surprise en s'octroyant 278 802 points. C'est (beaucoup, beaucoup) plus que le Mi 9 SE, pourtant vendu 150€ plus cher dans le catalogue Xiaomi !

Redmi Note 8 Pro test
Les résultats du Redmi Note 8 Pro sur Geekbench 4 et 5.

Une très bonne première impression donc, évidemment confirmée sur Geekbench 4 et 5. Les deux versions du logiciel nous offrent des résultats comparables.

La partie graphique, assurée par le Mali G-76 qu'on ne présente plus, ne rechigne devant aucune mise à l'épreuve. S'il n'est évidemment pas au niveau du Asus ROG Phone II (toujours indétrônable à ce jour), le Redmi Note 8 Pro peut parfaitement assurer le rôle de smartphone gaming à bas coût.

Redmi Note 8 Pro test
Les résultats du Redmi Note 8 Pro sur 3D Mark et Androbench

Côté stockage, on ne s'attendait pas à des miracles. Après tout, le Redmi Note 8 Pro continue de s'équiper d'une puce UFS 2.1, et ne peut logiquement pas se hisser au niveau des concurrents équipés en UFS 3.0. Androbench nous donne à voir des débits de 527,57 Mb/s en lecture, et 209,66 Mb/s en écriture.

Ainsi, dans les faits, le smartphone de Redmi est parfaitement capable de lancer vos jeux préférés. Quelques petites concessions graphiques pourraient être nécessaires pour conserver une fluidité parfaite sur toute la ligne, mais dans l'ensemble, Fortnite aussi bien que Call of Duty : Mobile peuvent se lancer avec des réglages « Élevés » sans problème.

Redmi Note 8 Pro test
Call of Duty Mobile est parfaitement fluide, même en qualité Élevée.

On le disait : la chauffe reste aussi très contenue. Même après plus d'une demi-heure de jeu, le dos de l'appareil n'atteignait pas de température inquiétante ou, du moins, inhabituelle.

Là où le Helio G90T montre davantage ses limites, c'est dans la navigation. Reposant sur les six cœurs les moins performants du package technique, ces tâches ne sont pas d'une fluidité exemplaire. Et si vous avez l'habitude de jongler rapidement entre plusieurs applications, il n'est pas impossible que vous soyez parfois agacés par un léger manque de réactivité du Note 8 Pro.

Diaboliquement endurant

Je n'ai pas été tendre avec le Redmi Note 8 Pro. Contrairement à mes habitudes, j'ai légèrement exagéré le temps passé avec lui durant mon test. Malgré cela, le nouvel appareil de Redmi s'est montré d'une docilité exemplaire et m'a permis de terminer la journée sans avoir à me soucier de l'autonomie restante.

Plus précisément, mon exemplaire de test s'est éteint au terme de 24 h d'allumage. Pas si fou, me direz-vous. Sauf que durant ces 24 heures, l'écran est resté allumé pendant exactement 11 h 9. À titre de comparaison, le tout récent Pixel 4 XL de Google fait moitié moins bien.

Sur une utilisation moins abusive de son smartphone, on peut raisonnablement penser que le Redmi Note 8 Pro pourra rester en éveil durant deux journées complètes en limitant par-ci, par-là quelques fonctionnalités. Du très haut niveau, largement à la hauteur des impressions laissées par le Redmi Note 7 en mars dernier.

Redmi Note 8 Pro test
Le Redmi Note 8 Pro est très endurant.

Par rapport à ce dernier, le Redmi Note 8 Pro dispose désormais de la recharge rapide à 18 W (contre 10 W sur le Note 7). Malheureusement, cette augmentation du voltage ne permet que de compenser la plus grande capacité de la batterie du smartphone. En 30 minutes, notre exemplaire n'avait récupéré que 36% d'autonomie, et il aura fallu compter 1 h 50 pour qu'il termine son cycle de recharge.

Des photos très correctes à ce niveau de prix

Nous reste à aborder la partie photo. Et il faut dire que Redmi met particulièrement l'accent sur ce point dans sa promo. Après tout, le Note 8 Pro est parmi les premiers smartphones à intégrer le capteur Samsung GW1 de 64 mégapixels. Alors qu'a-t-il dans le ventre au juste ?

Qu'on ne s'y méprenne pas. Exactement comme les smartphones équipés d'un capteur Sony IMX586 de 48 mégapixels, le Redmi Note 8 Pro n'utilise pas nativement les 64 mégapixels de son appareil photo standard. Il mobilise la technique dite du pixel binning pour combiner quatre pixels en un seul et créer ainsi une image plus détaillée.

Redmi Note 8 Pro test

Redmi Note 8 Pro test
© Pierre Crochart pour Clubic

Notez qu'un mode baptisé « 64 MP » existe bel et bien dans l'application Caméra, mais n'offre pas selon nous de différence visuelle phénoménale. Elle trouvera néanmoins son intérêt auprès de celles et ceux exportant souvent leurs photos sur ordinateur, sur grand écran, ou souhaitant bien entendu les développer.

Redmi Note 8 Pro test
Redmi Note 8 Pro test

À gauche en 16 mégapixels, à droite à 64 mégapixels. © Pierre Crochart pour Clubic

Autrement, le rendu des images produites par ce capteur principal est très propre. Les clichés sont généralement assez détaillés, mais le smartphone montre assez rapidement ses limites en HDR avec une difficulté chronique à exposer convenablement les zones sombres de l'image.

Redmi Note 8 Pro test
Les clichés pris au Redmi Note 8 Pro sont assez sombres. © Pierre Crochart pour Clubic

De manière générale, on notera aussi que l'exposition des photos est un peu faiblarde. Il m'est arrivé plusieurs fois de devoir jouer avec le correcteur d'exposition intégré à l'application Caméra pour obtenir une image suffisamment lumineuse.

Redmi Note 8 Pro test
Redmi Note 8 Pro test

Redmi Note 8 Pro test
Redmi Note 8 Pro test

À gauche standard, à droite ultra grand-angle. © Pierre Crochart pour Clubic

Le module ultra grand-angle, passé son aspect fun, n'offre pas forcément des résultats de très bonne facture. Faiblement défini, ce capteur 8 mégapixels a bien du mal à capter suffisamment de détails dans l'image. Il produit aussi une forte diffraction et une perte cruelle de piqué sur les bords de l'image. On limitera ainsi son usage à la capture de grands paysages, et on recommandera de laisser ces clichés bien au chaud sur son téléphone. Sur grand écran, le vernis s'écaille très rapidement.

Bien qu'un mode zoom 2x soit au programme dans l'application, le Redmi Note 8 Pro n'embarque en réalité aucun téléobjectif. Ici encore, il se sert de la haute résolution du capteur 64 mégapixels pour cropper l'image, et simuler un zoom hybride. Ce faisant, il faut admettre que le niveau de détails reste très correct, mais n'échappe évidemment pas au bruit numérique.

Redmi Note 8 Pro test
Redmi Note 8 Pro test

Entièrement numérique, le zoom 2x conserve malgré tout un bon nombre de détails. © Pierre Crochart pour Clubic

Doté d'un APN spécialement dédié à la macro, le Redmi Note 8 Pro ne brille pas particulièrement dans l'exercice. S'il permet effectivement de se rapprocher jusqu'à 2 cm de son sujet, la mise au point est au mieux aléatoire.

Redmi Note 8 Pro test
Redmi Note 8 Pro test

La mise au point du mode macro est laborieuse. © Pierre Crochart pour Clubic

En mode portrait, le Redmi nouveau se débrouille plutôt bien. Son capteur dévolu à la profondeur de champ parvient de façon étonnante à dessiner une depth map plutôt précise, et à découper son sujet de façon harmonieuse.

Redmi Note 8 Pro test
Le détourage du mode portrait est plutôt réussi. © Pierre Crochart pour Clubic

À l'avant, rien de particulier n'est à signaler. Le module 20 mégapixels s'en sort avec les honneurs, et évite également l'excès de lissage ou le blanchissement artificiel des carnations.

Redmi Note 8 Pro test
© Pierre Crochart pour Clubic

En vidéo, le Redmi Note 8 Pro étant dépourvu de stabilisation optique, les résultats ne seront probants qu'en vous tenant parfaitement immobiles. Il reste possible de filmer jusqu'en 4K à 30 images par seconde, ou de faire des ralentis à 960 images par seconde en 720p.

Redmi Note 8 Pro : l'avis de Clubic

On s'étonne chaque année devant l'excellence de Redmi à proposer des smartphones à prix cassé, n'ayant pas grand-chose à envier à des modèles vendus deux fois plus cher.

Parmi les progrès notables cette année, on retient particulièrement le design — absolument magnifique en blanc — et les performances astronomiques pour un smartphone vendu 250€. L'autonomie, une spécialité de la maison, est une fois encore excellente, et vous permet de tenir deux journées complètes sans problème.

Les avancées en photo ne sont en revanche pas si impressionnantes que le laissait imaginer la fiche technique du téléphone. Un rappel nécessaire que la résolution d'un capteur ne fait pas tout. Le Redmi Note 8 Pro n'en est pas moins le meilleur smartphone que vous puissiez vous offrir à ce tarif, sur tous les aspects.

Redmi Note 8 Pro

Les plus
+ Un design très soigné
+ Des performances ahurissantes à ce prix
+ Batterie increvable
+ Des photos assez détaillées...
Les moins
- Un écran mal calibré
- Interface parfois peu réactive
- ... mais parfois mal exposées
Design
Écran
Performances
Autonomie
Photographie
4.5

Acheter le Redmi Note 8 Pro
Test réalisé à partir d'une version commerciale du téléphone
9 réponses
8 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Selon Bloomberg, un MacBook 16
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top