HTC One Mini : le One se décline en 4,3 pouces

Par
Le 03 octobre 2013
 0
Quelques mois après le très bon HTC One, le constructeur taiwanais l'accompagne d'un One Mini, au design similaire mais sur un plus petit format et avec quelques compromis sur les composants. Un smartphone milieu de gamme qui promet !

000000fa06682150-photo-htc-one-mini-silver.jpg
HTC One Mini
Caractéristiques principales
Système d'exploitation Android 4.2.2
Processeur / Fréquence CPU : Qualcomm Snapdragon 400 cadencé à 1,4 GHz
GPU : Adreno 305
Mémoire / Stockage Mémoire interne de 16 Go
Mémoire vive de 1 Go
Technologie d'écran et définition Ecran 4,3" LCD IPS de 1280x720 pixels
Appareil photo 4 mégapixels avec technologie UltraPixel, autofocus et Flash LED
GPS Oui
Radio FM Oui
Batterie 1800 mAh intégrée
Dimensions 132 x 63,2 x 9,3 mm
Poids 122 grammes


Design et ergonomie


Le HTC One Mini partage de nombreuses similarités avec son grand frère, mais il ne s'agit pas exactement d'une réplique exacte du One en 4,3 pouces. En fait, seul le dos du smartphone est en aluminium : les parties métalliques qui accueillent les haut-parleurs sont désormais en plastique, et les bordures taillées au diamant laissent la place à un pourtour en polycarbonate brillant.

Evidemment, c'est moins « classe ». Malgré tout, la finition de l'ensemble reste satisfaisante même si les parties non vernies de la bordure en plastique ont visiblement tendance à marquer facilement.



Ne boudons pas notre plaisir pour autant, car cette bordure a un avantage : elle rend la prise en main du téléphone encore plus agréable : le One avait tendance à être un poil trop tranchant.

La façade du téléphone reprend la même disposition, et on retrouve ainsi 2 enceintes stéréo en haut et en bas de l'écran, et 2 touches tactiles placées bizarrement : le bouton précédent à gauche, le bouton de retour à l'accueil à droite, et un logo HTC totalement inutile au milieu.

Les boutons physiques, contrairement à ceux du One, dépassent nettement de la surface. Ils sont donc plus faciles à repérer, mais leur contact est mou. Le bouton de verrouillage, au passage, perd son émetteur infrarouge intégré.

Au dos, on retrouve un appareil photo, en façade une webcam, et aucun slot Micro SD : là encore on reprend la formule du One.

La première impression générale est plus que positive, donc : la finition et la densité du One sont conservées, mais avec un gain évident en poids et en taille, ce qui séduira les utilisateurs aux petites mains. À 122g, le One Mini pèse à peine 10g de plus qu'un iPhone 5.

Il faut cependant noter un défaut persistant depuis le One : placé sur une surface dure, le téléphone vous fera sursauter à la moindre vibration.

Composants


Forcément, le HTC One Mini n'est pas mini que par sa taille : HTC a revu la fiche technique de son téléphone « phare » à la baisse. Les coupes ne sont cependant pas aussi drastiques qu'on pourrait le penser. Si le processeur qui équipe le Mini est un Snapdragon 400, loin des performances, il n'est pas ridicule pour autant. La puce double cœur est cadencée à 1,4 GHz et intègre un circuit graphique Adreno 305.

00fa000006679778-photo-htc-one-mini-captures.jpg
00fa000006679780-photo-htc-one-mini-captures.jpg


Le GPU anime un écran SLCD 4,3 pouces d'une définition de 1280x720 pixels. Celui, full HD, du One nous avait impressionnés : toutes proportions gardées, il en va de même pour le One Mini. Du 720p sur un écran 4,3 pouces, ça donne une densité de pixels tout à fait remarquable, et les angles de vision comme le rendu des couleurs sont satisfaisants.

Le One Mini est tout aussi compatible 4G que son prédécesseur : la version commercialisée en Europe prend en charge les bandes 800, 1800 et 2600 MHz. Quel que soit votre opérateur, vous pourrez donc surfer en haut débit. Les autres circuits sans fil sont sans surprise : Wi-Fi b/g/n, Bluetooth 4.0 et GPS. Par rapport au One, on perd en revanche la puce NFC et l'émetteur infrarouge.

Côté photo, on retrouve le capteur 4 Mégapixels du One et sa technologie Ultrapixel, qui privilégie la taille des pixels par rapport à leur nombre. Une différence néanmoins : la stabilisation optique disparaît.

La capacité de stockage interne de 16 Go ne peut pas être étendue par un slot Micro SD (pas surprenant : HTC a cessé d'en intégrer depuis le One X). 16 Go, dont 11 sont réellement disponibles pour l'utilisateur, c'est sans doute suffisant pour se passer d'extension dans la plupart des cas, mais une version 32 Go pour compléter le modèle de base aurait été bienvenue... En fait, c'est surtout dans la mémoire vive que HTC a taillé : 1 Go, soit 2 fois moins que sur le One, et 512 Mo de moins que sur d'autres smartphones de même gamme comme le Galaxy S4 Mini. En usage courant, on le remarque peu, mais il arrive que ça se ressente, notamment sur la bascule entre plusieurs applications.

OS et interface


Côté logiciel, on retrouve la version 4.2.2 d'Android, associée à l'interface HTC Sense en version 5. Nous avons déjà couvert Sense 5 en détail dans notre test du HTC One ; outre un nettoyage de l'interface plutôt réussi, la nouveauté principale est la page d'accueil BlinkFeed. Celle ci permet d'agréger des informations et des mises à jour personnelles (rendez vous...) ou sociales sur un écran à mi-chemin entre l'accueil de Windows Phone et l'application Flipboard.

00fa000006679750-photo-htc-one-mini-captures.jpg
00fa000006679752-photo-htc-one-mini-captures.jpg


Depuis la sortie du HTC One, Sense 5 a bénéficié d'une mise à jour qui corrige quelques petits soucis rencontrés notamment avec les applications utilisant encore les conventions ergonomiques d'Android 2.x (Facebook, notamment). Celles-ci ne disposant donc pas d'un raccourci dédié dans le coin supérieur droit pour afficher les paramètres, elles étaient affublées d'une barre d'outils réduisant l'espace disponible juste pour une touche virtuelle ! On peut désormais accéder aux paramètres de ces applications depuis un appui prolongé sur le bouton home.
00fa000006679756-photo-htc-one-mini-captures.jpg
00fa000006679754-photo-htc-one-mini-captures.jpg


HTC s'est également rapproché des conventions actuelles de Google sur 2 points : on peut lancer Google Now via un balayage vers le haut sur le bouton home, comme sur un Nexus, et afficher les interrupteurs (Wi-Fi, Bluetooth...) depuis un geste à deux doigts du haut de l'écran. En revanche, il n'est toujours pas possible de masquer Blinkfeed (pas étonnant), même si on peut définir n'importe quel écran comme page d'accueil par défaut.

D'une manière générale, même si Sense continue à aller à contre courant de Google sur plusieurs points (multitâche, disposition des touches...) et imprimer fortement sa marque, l'interface reste de loin notre « surcouche » préférée. En a-t-on encore besoin ? Rien n'est moins sûr, mais quitte à modifier en profondeur l'interface d'Android, autant le faire avec bon goût et discernement. C'est le cas ici.

Internet, multimédia et jeux

L'expérience web du One Mini est satisfaisante : on pourra trouver l'écran 4,3 pouces un peu étriqué selon les standards actuels, toutefois la définition de l'écran garantit une bonne lisibilité des polices, tandis que les zooms et défilements sont parfaitement fluides. Pas de problème particulier non plus sur le Javascript ou le chargement des pages : on constatera au pire quelques légers retards sur le rendu de certains blocs, rien de dramatique.

00fa000006679760-photo-htc-one-mini-captures.jpg
00fa000006679762-photo-htc-one-mini-captures.jpg


Côté multimédia, il faudra passer par un lecteur tiers pour disposer du décodage AC3. En dehors de cette absence, les performances sont au rendez vous : la lecture d'un MKV HD s'effectue de manière fluide, et si les haut-parleurs en façade ne sortent pas un son aussi bluffant que le HTC One, il reste néanmoins supérieur à la plupart des smartphones qui se contentent d'un petit haut-parleur au dos de l'appareil.

01f4000006679764-photo-htc-one-mini-captures.jpg


Le lecteur audio intégré propose au passage quelques originalités en plus du mode Beats Audio : il peut récupérer automatiquement les pochettes, les informations et même les paroles des morceaux écoutés.

00fa000006679770-photo-htc-one-mini-captures.jpg
00fa000006679768-photo-htc-one-mini-captures.jpg


La puce graphique Adreno 305 permet de lancer la plupart des jeux récents de manière fluide. On note quelques effets absents sur Riptide GP 2 (les éclaboussures notamment) mais pas de baisse de régime pénalisant l'expérience. Nous aurions voulu tester les performances du smartphone sur Real Racing 3, mais le jeu apparaît comme incompatible sur le Play Store.

01f4000006679766-photo-htc-one-mini-captures.jpg


Photos et vidéos


Le capteur Ultrapixel du HTC One nous avait laissé sur notre faim : le smartphone se montrait effectivement assez réactif, même en faible luminosité, et offrait un rendu des couleurs satisfaisant. Seul bémol : les images manquaient tout de même un peu de détails et surtout, leur faible définition les rendaient inexploitables hors du web, et difficiles à recadrer.

0258000006679934-photo-htc-one-mini-photo-scene-exterieur.jpg

012c000006679936-photo-htc-one-mini-photo-scene-exterieur-detail-1.jpg
012c000006679938-photo-htc-one-mini-photo-scene-exterieur-detail-2.jpg


Le HTC One Mini obtient des résultats à peu près similaires. On perd au passage la stabilisation optique du One, et on constate, pour le reste, les mêmes qualités et défauts. C'est propre, les couleurs sont fidèles... En revanche, ça reste du 4 Mégapixels : ça sera parfait pour le web et les réseaux sociaux... Et c'est à peu près tout.

0258000006679928-photo-htc-one-mini-photo-scene.jpg

012c000006679930-photo-htc-one-mini-photo-scene-detail-1.jpg
012c000006679932-photo-htc-one-mini-photo-scene-detail-2.jpg


Les vidéos 1080p sont en revanche de bonne qualité : fluides et précises avec une restitution du son tout à fait correcte.



Performances


Nous évaluons les performances du HTC One Mini en le soumettant à une série de tests, réalisés avec la dernière mise à jour disponible, en l'occurrence Android 4.2.2, accompagnée des derniers patchs de HTC Sense 5. Les résultats sont obtenus à partir d'une moyenne de 3 mesures. Tous les tests ne sont pas disponibles sur tous les mobiles, ce qui explique l'absence de certains modèles dans les graphiques.



Le Snapdragon 400 du HTC One est une une puce suffisamment performante pour assurer une expérience fluide et réactive, qui montre tout de même ses limites par rapport à des SoC plus récents. Le One Mini ne démérite pas pour autant : s'il peut apparaître en retrait sur les tests graphiques, en pratique il s'en tire assez bien sur la plupart des jeux testés. Notons tout de même que le HTC One Mini fait partie des smartphones qui, selon Anandtech, seraient optimisés pour obtenir un meilleur résultat sur 3D Mark.

Autonomie


L'autonomie du One Mini est dans la moyenne des smartphones actuels : avec un usage courant (surf 4G, appels, synchronisation mail et réseaux sociaux, lecture audio...), nous avons pu tenir à peu près 15h, soit assez pour une journée de travail, mais pas non plus de quoi se passer d'une recharge nocturne quotidienne.

Lors de notre test d'autonomie vidéo, qui consiste à lire un film 720p au format H264 avec le lecteur par défaut, nous réglons l'écran au maximum et le volume à 50%. Le Wi-Fi est activé et le Bluetooth désactivé.

benchmark : 288-3310


Dans ces conditions, le HTC One Mini tient environ 7h, un résultat comparable à l'iPhone 5c ou au HTC One premier du nom.

Conclusion


000000a005507331-photo-award-coup-de-coeur.jpg
HTC nous avait impressionnés avec le One, qui reste un des meilleurs smartphones haut de gamme actuels. Sa déclinaison Mini ne démérite pas : dans l'ensemble, HTC a su faire les bons compromis qui permettent de conserver l'essentiel de ses qualités.

Si le design voit le plastique gagner un peu de terrain sur l'aluminium, la finition demeure d'un très bon niveau. La fiche technique souffre également de quelques coupes, pas suffisamment pour compromettre l'expérience utilisateur. Celle-ci s'avère toujours satisfaisante, notamment grâce à l'interface Sense 5, qui profite en outre de quelques corrections bienvenues depuis la sortie du HTC One.

Reste quelques déceptions comme le capteur photo, selon nous en-dessous de ses promesses, et les performances qui peuvent être sensiblement handicapées par la quantité de mémoire vive. À 450 euros nu (prix conseillé), le One Mini n'est pas le smartphone le moins cher du marché, mais il représente au final un bon compromis entre qualité de fabrication, fonctionnalités et confort d'utilisation.

HTC One Mini

Les plus
+ Design et finition réussis
+ Qualité de l'interface Sense
+ Ecran précis et agréable
+ Compatible 4G
Les moins
- 4 Mégapixels, c'est peu...
- Plus de NFC
- Pas de version 32 Go
Fonctionnalités
Finition
Ergonomie
Autonomie
Performances
3


Modifié le 17/09/2018 à 10h52

Les dernières actualités Smartphone Android

scroll top