Osmosis : la nouvelle série française sur Netflix mêle amour et technologie

le 28 mars 2019
 0
Osmosis
© Netflix

Netflix lance sa troisième série française ce vendredi 29 mars. Ce projet de science-fiction possède un budget confortable et de solides ambitions pour donner un coup de fouet à la production hexagonale.

Osmosis est une série attendue au tournant. Troisième production hexagonale soutenue par Netflix, le service de SVOD devra faire oublier les tentatives ratées que constituaient l'hilarant polar politique Marseille et la comédie romantique Plan Cœur, qui n'ont pas marqué les esprits, hormis pour de mauvaises raisons.

Une série de SF ambitieuse dans le paysage télévisuel hexagonal


Le projet est une adaptation de la web-série homonyme diffusée par Arte en 2015. Elle met en scène un futur proche, où la technologie permet de trouver le partenaire idéal grâce à une série d'algorithmes et de nano-robots implantés sur des volontaires. Paul (Hugo Becker) et Esther (Agathe Bonitzer), frères et sœurs et créateurs de ce programme baptisé Osmosis, devront affronter les conséquences du développement d'un tel dispositif.

Entre romance et thriller, Osmosis possède de solides points forts comme un budget d'1 million d'euros par épisode et Audrey Fourché (scénariste de Borgia et Les Revenants) officiant comme showrunner.

Osmosis est également l'une des très rares tentatives de faire de la science-fiction, un genre traditionnellement boudé dans nos contrées au profit de comédies plus familiales et consensuelles.

Des premiers avis mitigés


À l'occasion du festival Series Mania à Lille, les deux premiers épisodes de la série ont été diffusés en avant-première. Les critiques sont unanimes quant à la qualité visuelle d'Osmosis, avec une ville de Paris futuriste parfaitement représentée et une réalisation léchée, dont « quelques belles idées de mise en scène » selon les critiques de Première.

Ils regrettent cependant, comme le site Écran Large, une « ambition peu mesurée » dans ses premiers chapitres et des acteurs qui semblent perdus entre les différentes intrigues développées par les scénaristes, malgré un ton progressiste assumé et une diversité des sexualités abordée frontalement.

The Verge ajoute également qu'on ne peut s'empêcher de penser à Black Mirror (également sur Netflix) quant à son traitement de la technologie et de ses possibles dérives, sans toutefois être aussi vindicatif dans sa peinture d'une société aliénée par le progrès.

L'intégralité de cette première saison sera mise en ligne ce vendredi 29 mars. Netflix a déjà annoncé plusieurs autres projets pour l'année 2019, développés en France et en exclusivité pour la plateforme SVOD.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
La version gratuite de YouTube Music arrive sur Google Home... avec de la pub
Mediapart révèle que l'ancien dirigeant de l'Ecole 42 aurait trempé dans des malversations financières
Le Honor 20i, qui devait être présenté le 21 mai, fuite sur un site de vente
Les puces 5G by Apple ne seront probablement pas une réalité avant plusieurs années
La Tesla Model 3 est la voiture qui se vend le mieux en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse
Lime vous indiquera bientôt si vous êtes trop saoul pour grimper sur une trottinette
Mega Drive Mini : SEGA confirme dix nouveaux titres (et pas des moindres)
Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
scroll top