L'entreprise 23andMe a vendu un médicament basé sur les données ADN des patients

13 janvier 2020 à 10h55
0
comprimé médicament.jpg

La société spécialisée dans l'analyse ADN 23andMe a vendu les droits d'un nouveau médicament qu'elle a développé en utilisant les données génétiques de ses clients.

La signature d'accords de vente pour un médicament qu'elle a développé, ici destiné au traitement de maladies inflammatoires, est une première pour l'entreprise 23andMe .


Des essais cliniques à venir

L'accord permettra à l'entreprise Almirall SA d'exploiter ce traitement. Pour la vice-présidente du développement économique de la firme, Emily Drabant Conley, « c'est un moment décisif pour 23andMe ». C'est en effet la première fois que la société signe un accord pour un médicament qu'elle a elle-même développé.

Le rôle précis qu'a joué l'ADN dans la mise au point du médicament n'a pas été précisé. Le produit contiendrait un anticorps monoclonal bispécifique prévu pour cibler une protéine précise dans le corps humain. Dans le cas présent, il doit bloquer les signaux émis par la famille de protéines connue sous le nom de cytokine IL-36, régulièrement associée à des maladies inflammatoires et à certaines maladies auto-immunes. 23andMe aurait déjà réalisé des tests sur des animaux, mais doit encore passer le stade des tests cliniques sur l'humain.

D'après Emily Drabant Conley, 23andMe compte expérimenter d'autres catégories de médicaments, mais entend les tester en interne avant de les céder à des entreprises tierces. « Nous émettions l'hypothèse, il y a cinq ans, que nous pouvions tirer parti de nos données génétiques pour développer de meilleurs médicaments. À présent, nous voyons cette hypothèse se concrétiser », a-t-elle déclaré.


Le marché prolifique de l'ADN

L'utilisation de données génétiques, dans différents secteurs, est de plus en plus répandue, et un nombre toujours plus important de sociétés se positionnent sur leur exploitation. L'une d'elles, FamilyTreeDNA, est même accusée d'avoir fourni les données génétiques de ses clients au FBI américain. Dans le domaine médical, l'ADN est désormais étudié pour prédire la propension d'une personne à développer des cancers ou des maladies cardiaques.

Selon Bloomberg, plus de 10 millions de personnes ont réalisé des tests ADN chez 23andMe. D'après New Scientist, plus de 80 % de ces personnes ont accepté que leurs données soient utilisées par l'entreprise pour la recherche, ou par des scientifiques essayant de déterminer les causes de maladies. Cette masse de données pourrait ainsi permettre à l'enseigne de mettre en lumière de nouveaux traitements contre certains types de maladies.

Tim Frayling, un généticien moléculaire de l'université britannique d'Exeter, se dit enthousiaste. « Le médicament est susceptible d'être le premier de nombreuses licences de la société, explique-t-il. Au fur et à mesure que la base de données génétiques de 23andMe se développe (elle a doublé au cours des deux dernières années), elle deviendra plus susceptible de fournir des informations médicalement utiles ».

Source : New Scientist.
Modifié le 13/01/2020 à 10h58
5
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Renault accuse une perte nette de 141 millions d'euros en 2019
L'Europe s'est équipée de parcs éoliens offshore d'une capacité record de 3,6 GW en 2019
Contre toute attente, les Mac auraient été deux fois plus touchés par les malwares en 2019
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Pour les USA, Huawei peut secrètement accéder aux portes dérobées des opérateurs
L'iPhone 11 Pro émet deux fois plus de radiations que la limite recommandée
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top