Limite DAS : l'ANSES décèle des effets sur l'activité cérébrale des animaux et lance un appel

Alexandre Boero Contributeur
22 octobre 2019 à 13h07
0
smartphone
© Pixabay

L'ANSES recommande que des mesures soient prises pour que, avec un mobile près du corps, les utilisateurs ne soient plus exposés à des niveaux élevés.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a publié un rapport portant sur l'étude des effets sanitaires potentiels liés aux valeurs élevées de débit d'absorption spécifique (DAS) des smartphones portés près du corps. Après avoir rappelé que certains constructeurs ne respectent toujours pas les normes, l'ANSES a admis avoir décelé des effets sur l'activité cérébrale des animaux.

Des mesures DAS plus strictes depuis 2016

Souvent peu mis en avant par les fabricants de téléphones portables, le DAS permet d'évaluer la quantité d'énergie que le corps humain absorbe lorsqu'il est exposé à des ondes électromagnétiques radiofréquences. En France, la réglementation fixe la valeur limite à 2 W/kg, pour le tronc et la tête. Depuis la directive européenne « RED » adoptée en 2016, la mesure de DAS doit s'effectuer à une distance de 5 mm du corps, contre 0 à 25 mm entre 2012 et 2016. Ce qui constitue davantage un test dans des conditions d'utilisation réelles.


Mais des smartphones conformes à la précédente réglementation ne le sont pas à la nouvelle, ce qui a incité l'Agence nationale des fréquences (ANFR) à solliciter l'ANSES afin de déterminer les éventuels effets biologiques liés à des expositions à des DAS supérieurs à la valeur limite réglementaire des 2 W/kg.

Des effets biologiques sur l'activité cérébrale de rats et souris

En l'absence d'étude chez l'humain, la méthode d'évaluation a été adaptée aux animaux, souvent des rats ou des souris. Même si les éléments de preuve restent limités, et que les appareils émettaient à puissance maximale durant le test (ce qui n'est généralement pas le cas en conditions réelles), les résultats ont ainsi mis en évidence des effets biologiques sur l'activité cérébrale lorsque les sujets ont été exposés à un DAS supérieur à 2 W/kg. Certains ont subi une altération des neurotransmetteurs avec modulation du système sérotoninergique ; d'autres une altération de la mémoire spatiale ou un déficit d'apprentissage de la mémoire à long terme.


L'ANSES recommande que des mesures soient prises de manière à ce que tous les smartphones vendus sur le marché présentent un DAS inférieur à 2 W/kg. L'agence milite par ailleurs pour que les mesures DAS tronc soient effectuées au contact du corps.

Source : ANSES
Modifié le 22/10/2019 à 14h58
6 réponses
7 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Porn : Macron veut
Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Tesla Cybertruck, l’impressionnant pick-up électrique venu d’ailleurs
La loi d'orientation des mobilités (LOM) a été adoptée par le Parlement
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Droit voisin : des éditeurs de presse français portent plainte
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top