Japon : une greffe de cornée artificielle constituée à partir de cellules « reprogrammées »

Marion LHostis Contributrice
14 septembre 2019 à 20h20
0
Oeil

Toujours en tête du peloton en termes de technologies de pointe, le Japon signe une nouvelle avancée dans le domaine de la médecine avec une greffe de cornée artificielle. Une première mondiale.

C'est une femme d'une quarantaine d'années qui a bénéficié de cette opération hors norme. Les médecins ont pu constater une amélioration significative de sa vision.

Reprogrammer des cellules à l'état embryonnaire

L'opération est donc une réussite. La Japonaise qui a reçu la première cornée constituée à base de cellules souches reprogrammées aurait déjà recouvré une meilleure vue. C'est lors d'une conférence de presse qui a eu lieu le 29 août à l'université d'Osaka que le chercheur et ophtalmologiste Kôji Nishida, à l'origine du projet, s'est exprimé sur cette intervention qui a eu lieu un mois auparavant.

La femme en question est une quadragénaire japonaise ayant développé une maladie de la cornée qui empêche les cellules souches de réparer la membrane protectrice lorsque celle-ci est abîmée. La vision est alors altérée. Cela peut aller jusqu'à rendre aveugle la personne atteinte.

La cornée est une fine membrane transparente qui se trouve dans la partie antérieure de l'œil, devant l'iris. Son rôle principal est de protéger le globe oculaire. Pour reproduire cette membrane, le Dr Nishida et son équipe ont façonné des feuilles de cellules cornéennes à partir cellules souches pluripotentes induites, plus couramment appelées iPS, créées en laboratoire. Selon la revue Nature, « ces cellules sont fabriquées à partir de cellules cutanées prélevées chez un donneur adulte et qui sont reprogrammées à l'état de cellules-souches embryonnaires pluripotentes à partir desquelles elles peuvent se transformer en n'importe quel autre type de cellules, notamment en cellules cornéennes ».


Les Japonais à l'avant-garde

Les greffes de cornée sont de plus en plus demandées, au Japon comme ailleurs, et connaissent les mêmes problématiques que les greffes d'organe, à savoir le manque de donneurs. Les médecins prélèvent habituellement la membrane sur des donneurs décédés.

Les chercheurs japonais sont en pole position sur la connaissance et l'utilisation des iPS, et bénéficient du soutien de l'État sur ce sujet. Il faut dire que c'est un chercheur de l'Université de Kyoto qui a déterminé comment reprogrammer des cellules matures pour élaborer des iPS. Shinya Yamanaka a, pour cela, reçu le prix Nobel de médecine en 2012.

En 2018, des cellules reprogrammées on été utilisées pour traiter la maladie de Parkinson, tandis qu'en février de cette année, Hideyuki Okano, chercheur à l'Université Keio de Tokyo, a utilisé les iPS pour réparer les lésions de la moelle épinière.


De son côté, Nishida s'est vu autorisé à retenter l'opération sur quatre nouveaux patients. Si les résultats sont concluants, l'intervention pourrait être proposée en clinique dans les prochaines années.

Source : Nature
8 réponses
5 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top