Déverrouiller un Galaxy S10 avec une fausse empreinte c'est possible... mais compliqué

Nathan Le Gohlisse Contributeur
09 avril 2019 à 19h17
0
S10 capteur.jpg
Crdédit : DarkShark/Imgur

Lancé le mois dernier, le Galaxy S10 embarque sous son écran OLED un capteur d'empreintes à ultrasons. Suffisamment pointu pour détecter le rythme cardiaque et le débit sanguin de l'utilisateur, ce capteur n'est toutefois pas aussi sécurisé qu'il n'y paraît.

Véritable creuset de technologies, le Galaxy S10 dispose à la fois d'un système de reconnaissance faciale et d'un lecteur d'empreintes digitales reposant sur la technologie 3D Sonic de Qualcomm. Si la fiabilité de la reconnaissance faciale sur le terminal est hautement sujette à caution en termes de sécurité, il semble que le capteur d'empreintes de l'appareil puisse également être berné... à condition de se donner du mal. En effet, un utilisateur d'Imgur, DarkShark, est parvenu à déverrouiller son Galaxy S10 en utilisant une empreinte imprimée en 3D.

La technologie 3D Sonic de Qualcomm, un peu plus perméable que prévu

Pour parvenir à ce déverrouillage, DarkShark explique avoir simplement pris en photo (avec son S10) l'une de ses empreintes, déposée sur un verre de vin. Un léger traitement de l'image sur Photoshop lui aura permis d'isoler l'empreinte et d'en retoucher le contraste. Le résultat final a toutefois dû passer par 3DS Max afin d'apporter du relief à l'empreinte avant impression 3D.

Cette dernière étape a été exécutée par DarkShark sur une imprimante 3D résine AnyCubic Photon LCD, précise jusqu'à 10 microns, indique l'intéressé. 13 minutes d'impression plus tard, une empreinte digitale viable était déposée sur une fine plaque de résine.

Le reste de l'opération se passe sur le dernier flagship de Samsung. En pressant suffisamment cette empreinte factice contre l'écran de l'appareil, ce dernier s'est déverrouillé au bout du troisième essai. À noter toutefois qu'une pression assez importante a dû être appliquée. Cela laisse à penser que le capteur a potentiellement détecté un rythme cardiaque au travers de la plaque de résine et des gants portés par DarkShark au moment du test.

Une opération relativement complexe, qui demande du matériel

Comme le note, Android Police, le capteur d'empreinte digital du Galaxy S10 reste suffisamment sécurisé pour le commun des mortels. Et pour cause, le procédé détaillé par SarkShark prend du temps, nécessite du matériel relativement coûteux pour être exécuté correctement et n'est pas nécessairement à la portée du premier voleur de données venu.

Cette expérience tend cependant à démontrer qu'un mot de passe (suffisamment complexe pour ne pas être deviné) reste probablement la méthode la plus sûre de sécuriser un mobile. Il y a quelques mois, une expérience similaire avait été tentée, cette fois pour mettre à l'épreuve l'efficacité des systèmes de reconnaissance faciale de plusieurs smartphones. Exception faite de l'iPhone X, l'ensemble des mobiles testés affichait les limites de ce système... pour des conclusions renvoyant également à l'utilisation d'un mot de passe.

0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top