Etats-Unis : un test du système de défense antimissile réussi

Par
le 31 mai 2017 à 15:18
 0
Les Etats-Unis ont réussi à arrêter et détruire un missile balistique intercontinental. Ce succès laisse entendre que les Américains seraient capables de se défendre en cas d'agression nord-coréenne.

Les Etats-Unis arrêtent et détruisent un missile balistique intercontinental



Un missile intercepteur au sol lancé depuis la base aérienne Vandenberg au sud de la Californie, a percuté et détruit une cible lancée depuis les Iles Marshall, a annoncé la Missile Defence Agency (MDA) ce mardi 30 mai 2017. Il s'agit du premier test du système de défense antimissile américain contre un missile balistique intercontinental.

Ce test visait à montrer que les Etats-Unis sont capables de se défendre contre une attaque de missile en utilisant le système Ground-based Midcourse Defense (GMD). Il avait également pour objectif de tester un composant mis à jour du dispositif. Le GMD est un système de déploiement mondial de capteurs dans la mer et dans l'espace : ces capteurs peuvent détecter un lancement de missile hostile et suivre la trajectoire du missile en vol. L'information fournie par le GMD permet, en théorie, aux centres de contrôle situés aux Etats-Unis de guider un missile intercepteur afin qu'il percute l'arme de l'ennemi pendant qu'elle est toujours dans l'espace et l'anéantisse.

01F4000005876530-photo-la-cor-e-du-nord-pr-pare-ses-missiles-pour-frapper-les-etats-unis.jpg


Un système de défense anti-missile perfectible



Mais dans le fonctionnement du GMD certaines failles demeurent. En effet, seuls 10 des 18 tests d'interception ont été couronnés de succès. Par ailleurs, d'après une information du LA Times, un test réalisé en janvier 2016 a été qualifié de succès alors qu'en réalité, l'intercepteur avait dévié de sa course à cause d'un dysfonctionnement de propulseur.

Même si la MDA affirme que le dernier test réalisé est réussi, ce succès est peut-être à relativiser, d'autant plus que l'agence est toujours en train d'analyser les résultats. Néanmoins, ce test a permis de montrer que les Etats-Unis sont capables de se protéger contre une attaque de missile balistique intercontinental à petit échelle, comme celle que la Corée du Nord pourrait être capable de lancer un jour. Mais ni la Corée du Nord, ni le système de défense anti-missile des Etats-Unis ne sont vraiment prêts. En effet, dans la mesure où plusieurs intercepteurs peuvent être nécessaires pour détruire une tête nucléaire ennemie, le GMD doit encore être testé dans une situation où plusieurs intercepteurs sont lancés en même temps. Mais une telle expérience n'est pas prévue avant la fin 2017, voire 2018.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Incriminé pour son manque de réactivité, voire son inertie face au live diffusé par un terroriste lors de la fusillade de Christchurch, le réseau social Facebook promet de perfectionner son IA pour détecter les vidéos à caractère terroriste.
21:33 | Facebook
En pleine conférence à la Game Developers Conference, Tim Sweeney, patron d’Epic Games, a fait pleuvoir les annonces concernant le futur de sa boutique lancée en fin d’année dernière.
21:04 | Jeux vidéo
Alors que les écrans percés se généralisent peu à peu après la déferlante de « notchs » observée en 2018, Samsung confirme une fois encore sa volonté d’en finir avec ce genre de solutions.
20:35 | Samsung
L’horloger suisse présente une montre connectée qui enregistre les performances des golfeurs et leur donne des informations adaptées pour améliorer leur jeu, dont une cartographie 3D du parcours.
Dans le domaine spatial, les retards sur le calendrier initial d’un programme sont légion, ce qui reste assez compréhensible compte tenu de la complexité d’un lancement, de la conception d’un lanceur ou d’un moteur de fusée.
19:37 | Espace
La plateforme, lancée le 18 mars, répond aux questions posées par les Européens dans le cadre des élections qui vont avoir lieu au mois de mai. Mais sa mission ne s’arrête pas là.
19:08
Malgré sa présentation retentissante durant la Game Developers Conference cette semaine, Stadia, le service de cloud gaming signé Google, suscite encore beaucoup d'interrogations chez les joueurs.
Nvidia lance son nano-ordinateur équipé d’un processeur ARM et d’un GPU Maxwell, un kit de développement proposé pour seulement 99$ (87 €). Il ambitionne de conquérir, à l’instar du Raspberry Pi, un marché de > intéressé par le deep learning et les réseaux de neurones artificiels.
18:10 | Mini-PC
Les opérateurs mobiles ont une "fâcheuse" tendance à prolonger les offres sur les forfaits mobiles et on ne va pas s'en plaindre ! Bouygues ne déroge pas à la règle et annonce le prolongement de son offre B&YOU 40 Go à 9,99€ par mois. Et parce qu'on ne s'en lasse pas, faisons une nouvelle fois le tour de cette offre !
18:00 | Bon plan
Une pétition en ligne visant à abroger l’article 50 été victime de son succès en obligeant le site hébergeur à fermer momentanément
La filiale sportive de Mercedes accélère sa transition vers l’électrique : l’ensemble de sa gamme aura le droit à des versions hybrides rechargeables au cours des prochaines années.
Si la version française de la plus grande encyclopédie du monde se pose des questions, d’autres versions européennes ont décidé de baisser pavillon, face à la réforme du droit d’auteur.
Après une année 2018 catastrophique en termes de ventes, la division mobile de Sony est entrée en profonde introspection. Au sortir de cette remise en question naquirent les Xperia 1 et Xperia 10 : représentants respectifs du haut et de la moyenne gamme du constructeur.
Samsung continue de pousser ses pions sur le marché de la mémoire vive. Après avoir entamé la production de puces 12 Go en LPDDR4X, le géant coréen annonce aujourd’hui, par l’intermédiaire d’un communiqué (via TechPowerUp), avoir développé une troisième génération de DRAM DDR4 8 Gb, gravée en 10 nm (1z-nm).
D’abord connu sous le nom de XMBC avant de devenir Kodi, le célèbre lecteur multimédia a toujours tenu à rester libre suivant les principes de l’open source, de ses premières lignes de code à aujourd’hui.
scroll top