Brouillage des fréquences TNT par la 4G : les opérateurs devront-ils payer ?

Par
Le 05 septembre 2011
 0
Depuis l'annonce des conditions d'obtention des licences pour le très haut débit mobile, le sujet du brouillage de certaines fréquences TNT (Télévision numérique terrestre) par la 4G oppose opérateurs, l'Arcep et les autorités. Chaque partie rejette la responsabilité du paiement des travaux destinés à éviter que des utilisateurs voient un écran noir sur leur téléviseur...

00fa000003943292-photo-logo-rh.jpg
Le feuilleton continue. Bouygues et les services du ministère de l'Economie numérique ne semblent toujours pas être sur la même longueur d'onde au sujet des brouillages causés par la 4G. Selon l'opérateur, certaines fréquences destinées au très haut débit mobile entreraient en conflit avec les fréquences TNT. A en croire Bouygues, 20 % des foyers seraient concernés. En juin dernier, un plainte avait donc été déposée puis abandonnée devant le Conseil d'Etat.

De son côté, l'Arcep a déjà confirmé l'existence de tels brouillages mais pas dans les mêmes proportions. Lors d'un point avec la presse, le régulateur des télécoms a précisé que des tests menés sur la 4G avaient montré que ce brouillage existait bel et bien mais il ne concernerait qu' « entre 150 000 et 500 000 TV en France ».

Afin de trouver une solution, le ministre de l'Economie numérique Eric Besson a donc affirmé que ce risque ne touchait que 2 % des foyers. Il a également tenu à rappeler au Figaro que le gouvernement mettrait en place « un numéro de téléphone unique, avec un petit centre d'appels, pour que les particuliers puissent signaler ces éventuelles interférences sur leur téléviseur et obtenir la mise en relation avec l'opérateur responsable ». Le dispositif devrait être financé par les opérateurs, « à raison de 2 millions d'euros par an pendant cinq ans » ajoute le ministre. Contacté, Bouygues explique prendre acte de cette décision du gouvernement

Toujours est-il que cette manœuvre de Bouygues n'est pas la seule concernant l'appel d'offres sur les licences 4G. Free a déjà contesté la procédure d'attribution de ces licences en estimant que seul les « gros » opérateurs pourront faire l'achat de telles fréquences mobiles. En attendant le dénouement de ces affaires, la date des premiers dépôts de candidatures approche. En effet, pour la bande des 2,6 GHz, les opérateurs ont jusqu'au 15 septembre pour proposer un montant et ainsi acquérir certains des quinze premiers blocs de fréquences.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Technologies et politique

scroll top