La justice US inculpe les administrateurs du site de partage NinjaVideo (màj)

Par
Le 26 septembre 2011
 0
Dans le cadre de l'opération « In Our sites », les autorités américaines viennent d'arrêter cinq personnes accusées d'avoir administré un site violant le droit d'auteur. La justice reproche également à NinjaVideo d'avoir tiré profit de ces partages de vidéos.

00fa000004008530-photo-ice-blocage-sites-us.jpg
Le gouvernement américain vient d'inculper trois administrateurs présumés ainsi que deux autres responsables du site de partage de vidéos NinjaVideo. Selon les charges requises, les auteurs du site auraient gagné plus d'un demi-million de dollars en trois ans en permettant la diffusion de copies illégales de films et de programmes de télévision.

En effet, NinjaVideo se rémunérait non seulement par la publicité mais proposait aussi de faire payer 25 dollars afin d'obtenir un compte Premium permettant d'accéder à un panel plus large de contenus (films, logiciels et livres numériques). Ce modèle économique aurait donc permis aux administrateurs du site fondé en 2008 d'accumuler des revenus conséquents d'autant qu'avant sa fermeture, le service accueillait jusqu'à plusieurs millions de visiteurs par mois.

Trois des personnes accusées auraient joué le rôle d'administrateurs du site. Selon Ars technica, les deux autres internautes visés par la justice auraient tenu le rôle de responsables des mises en ligne pour les Etats-Unis et pour l'Europe.

De leur côté, les Etats-Unis continuent de mener leur lutte contre les sites qui partagent frauduleusement du contenu culturel. En juillet 2010, les autorités de protection de la propriété intellectuelle (ICE) avaient fermé pas moins de 9 sites proposant de tels contenus. A l'époque, TVShack.net, PlanetMoviez.com, ThePirateCity.org, Movies-Links.TV, FilesPump.com, Now-Movies.com, ZML.com, NinjaThis.net et donc NinjaVideo.net avaient été clos.

Mise à jour : Matthew Smith, l'un des administrateurs de NinjaVideo a plaidé coupable pour certaines charges qui étaient retenues contre lui. Le fondateur de la plateforme (23 ans) reconnaît donc deux faits dont l'utilisation frauduleuse de droits appartenant à des tiers afin d'en tirer bénéfice. Par contre, sa peine ne sera connue qu'au mois de décembre confie Torrentfreak. Smith risque tout de même jusqu'à 5 ans de prison et 250 000 dollars d'amende. Les autres personnes jugées dans cette affaire devraient connaître leur sort en février prochain.

Version initiale de l'article publié le 13/09/2011 à 12h42
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top