Copie privée : les industriels saisissent à nouveau le Conseil constitutionnel

07 novembre 2012 à 11h22
0
Bis repetita. Les représentants des industriels qui siègent à la commission pour la Copie privée veulent à nouveau interpeller le Conseil constitutionnel sur la soumission des professionnels à la redevance. Une question prioritaire de constitutionnalité a donc été déposée.

00FA000005500573-photo-sfib.jpg
En février dernier, les industriels avaient saisi le Conseil Constitutionnel (via une QPC devant le Conseil d'Etat) afin qu'il tranche un litige juridique portant sur la copie privée. Ils estimaient que le système actuel, soumettant les professionnels au paiement de la redevance afin qu'ils puissent ensuite en demander le remboursement est contraire à la législation.

Les représentants considèrent en effet que ce système est contraire aux dernières décisions de justice. Ils estiment d'ailleurs que la loi impose aux professionnels d'acquitter une rémunération pour copie privée dont le droit communautaire interdit pourtant qu'ils puissent être débiteurs (conformément à l'arrêt Padawan de la CJUE d'octobre 2010). Le Conseil d'Etat avait donc logiquement exonéré du paiement de la taxe les « produits acquis par des professionnels dans un but autre que la copie privée ».

Malgré ce hiatus, le Conseil constitutionnel avait validé les dispositions de l'article 6 de la loi n° 2011-1898 du 20 décembre 2011 relative à la rémunération pour copie privé. C'est pourquoi le SFIB (Syndicat de l'Industrie des technologies de l'Information) annonce une nouvelle saisine du Conseil Constitutionnel via une Question Prioritaire de Constitutionnalité.

Les représentants basent désormais leurs arguments sur une décision du Conseil d'Etat (arrêt Canal+ du 17 juin dernier) dans laquelle la juridiction administrative rappelle que « les usages professionnels devaient être exonérés de la redevance pour copie privée » alors que la loi applicable à ce jour en France « s'est limitée à un seul remboursement ».

Dans un communiqué, le SFIB s'insurge. Maxence Demerlé, déléguée générale adjointe du syndicat estime que « tout est fait pour éviter que le remboursement ne puisse devenir effectif. Aucun système de facturation ne permet de faire apparaître clairement le montant de la dite redevance. Aucune instruction fiscale n'a été prise quant au régime de TVA applicable aux remboursements. Par un renversement de la charge de la preuve c'est aux professionnels de prouver qu'ils n'ont pas d'usage privé de leurs outils ! ».

Si la question prioritaire est acceptée, le conseil constitutionnel dispose de 3 mois pour rendre sa décision.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
OVNI : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Les salariés de Microsoft appellent leur direction à cesser d'être
En France, une campagne est lancée contre la
Sony donne le prix de ses écrans 16k : ils coûteront plusieurs millions de dollars
Airbnb : la mairie de Paris envisage d'interdire purement et simplement les locations
Huawei Mate 30 Pro : un smartphone d’exception… auquel la France n’aura droit que
La quantité d'énergie produite par les énergies renouvelables a quadruplé en une décennie
Le stade de Miami pourrait être rebaptisé BangBros Center... du nom du site pornographique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top