Écrans OLED : Samsung et LG s'en tirent à l'amiable

Par
Le 24 septembre 2013
 0
Ce mardi, Samsung a fait savoir qu'un accord amiable avait été trouvé avec LG pour mettre un terme à leur bataille judiciaire. Les deux firmes s'accusaient mutuellement de violations de brevets liées aux écrans OLED.

0104000005696204-photo-samsung-lg-oled.jpg
Les représentants de LG et Samsung
Les deux firmes sud-coréennes LG et Samsung ont choisi la voie de la sagesse pour mettre un terme à leur différend concernant des violations de brevets liés aux écrans TV LCD et OLED. Les deux premiers fabricants mondiaux ont en effet annoncé ce mardi la conclusion d'un accord venant clore la bataille judiciaire engagée.

« Il a été décidé que nous devrions l'un et l'autre porter nos efforts sur la consolidation de notre position dominante dans le monde en coopérant plutôt qu'en poursuivant des contentieux sur les brevets, coûteux à tous égards », a expliqué Samsung Display dans un communiqué, relayé notamment par Le Monde.

Le litige courrait depuis un an désormais. Au début du mois de septembre 2012, Samsung attaquait son concurrent pour la violation de 18 de ses technologies. Les accusations étaient particulièrement lourdes, le dossier constitué par la firme évoquant en effet des fuites d'informations et de l'espionnage industriel. Ce qui faisait notamment écho au vol de deux de ses écrans TV au salon IFA de Berlin, une petite semaine auparavant. Les deux firmes s'étaient par ailleurs vantées de la conception du premier écran incurvé au monde.

Quelques jours plus tard, LG répondait du tac au tac en poursuivant Samsung pour l'exploitation abusive de sept de ses technologies liées à la conception de dalles OLED et de circuits conducteurs. La plainte couvrait par ailleurs des éléments de design de certains terminaux mobiles, visant de nombreux smartphones et tablettes Samsung tels que le Galaxy S III, le Galaxy Note ou encore la Galaxy Tab 7.7. LG réclamait pour l'ensemble de ces violations 5 millions d'euros de dommages et intérêts.

Mais en février dernier, le site Yonhap News faisait savoir que les deux parties s'étaient lancées dans un processus d'accord amiable. Orchestrée par le ministère de l'économie et du savoir sud-coréen, une réunion avait à l'époque été organisée pendant 1h20 dans un grand hôtel du pays, dans le cadre d'un déjeuner. Le tout pour discuter du conflit et trouver un compromis « pour chaque problème ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top