Angela Merkel prône l'indépendance européenne en matière de données

Ludwig Gallet
19 août 2013 à 14h53
0
La chancelière allemande Angela Merkel est préoccupée par les moyens dont dispose l'Europe en matière de technologies de l'information. Elle a appelé samedi à une réelle prise d'initiative pour s'affranchir de la dépendance aux solutions américaines et chinoises.

0104000005938840-photo-angela-merkel.jpg
Depuis l'éclatement du scandale PRISM, au début du mois de juin, l'Allemagne se montre comme l'un des pays les plus engagés vis à vis des autorités américaines. En un peu plus de deux mois, la Chancelière Angela Merkel a demandé des comptes à deux reprises sur la portée des programmes d'espionnage américain. Elle réclamait à l'époque une « plus grande mesure » dans les moyens mis en oeuvre par la NSA.

Depuis, les révélations se sont succédé. Pour la chancelière, il est temps de « s'affranchir de la dépendance envers les technologies américaines et chinoises ». Dans une interview accordée au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, elle explique ainsi qu'« assurer un niveau allemand de protection des données est toujours plus difficile quand ces données sont transportées par des entreprises étrangères avec des technologies non européennes, tant dans le soft que dans le hardware. » En ce sens : « nous devons ensemble, les Européens, travailler pour surmonter notre dépendance face aux Américains et aux Chinois et proposer des technologies puissantes ».

Angela Merkel se dit aujourd'hui « préoccupée par la question des capacités dont nous disposons dans le domaine des technologies de l'information, en Allemagne et en Europe par rapport aux autres ». La chancelière y voit désormais la troisième priorité de son mandat, derrière l'emploi et le développement démographique.

Washington n'a pas convaincu

Début juin, les États-Unis lui avaient répondu en disant « entendre les inquiétudes » exprimées par la chancelière, avant de promettre d'aborder la question lors d'une rencontre prévue le 18 juin dernier. Ce jour-là justement, Barack Obama avait justifié les programmes de surveillance américains, assurant que les autorités « ne fouillaient pas dans les e-mail des citoyens américains et européens ». Une déclaration largement mise à mal aujourd'hui, notamment depuis les révélations concernant XKeyscore, capable, aux dires de la NSA, de surveiller « à peu près tout ce qu'un internaute fait sur le Web ».

Et d'évoquer par la suite un programme « limité et circonscrit », dédié à la lutte contre le terrorisme et le trafic d'armes. « Nous continuerons à discuter de la question de l'équilibre et de la proportionnalité et nous nous sommes entendus sur un échange d'informations plus poussé entre le ministère de l'Intérieur allemand et les autorités concernées aux Etats-Unis », avait à l'époque répondu la chancelière.

Quinze jours plus tard, nouveau scandale. Des révélations de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel ont fait état d'une surveillance de bureaux d'organismes de l'Union européenne. La NSA aurait déployé du matériel permettant l'écoute de représentants communautaires à Washington ainsi qu'aux Nations Unies. Ce qui aurait permis de connaître non seulement le contenu d'appels téléphoniques mais également d'e-mails et autres documents officiels.

Enfin, la presse indiquait qu'un immeuble hébergeant le Conseil européen à Bruxelles avait été surveillé. Difficile, dans ces conditions, de se justifier par l'indispensable lutte contre le terrorisme.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top