Malgré la colère des USA, la France insiste : la taxe GAFA sera bien discutée

Alexandre Boero Contributeur
08 avril 2019 à 10h01
0
Bruno Le Maire
Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

Le patron de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, demande à la France de ne pas adopter la taxe sur les géants du numérique.

Alors que la France a officiellement lancé le processus de la taxe Gafa en déposant un projet de loi en Conseil des ministres au début du mois de mars et en le faisant voter en commission à l'Assemblée nationale, les États-Unis mettent la pression sur le gouvernement en le prévenant que l'instauration d'un tel impôt aurait de fâcheuses conséquences aussi bien pour les géants américains du numérique que pour les citoyens français. Fier de son bébé, Bruno Le Maire est pourtant décidé à aller au bout.

Les USA font planer la menace sur les citoyens français


Les parlementaires français discuteront bientôt du projet de loi sur la taxation des grandes entreprises numériques qui prévoit un taux unique de 3 % sur le chiffre d'affaires pour les sociétés qui génèrent un chiffre d'affaires annuel mondial de 750 millions d'euros dont 25 millions en France. Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, est bien décidé à aller au bout, et ce malgré la pression américaine.

Jeudi 4 avril, le secrétaire d'État américain en personne, Mike Pompeo, a « exhorté la France à ne pas adopter une taxe sur les services numériques qui aurait un impact négatif sur les géants américains de la technologie et sur les citoyens français qui utilisent leurs servies ». Les USA ne voient évidemment pas d'un bon œil l'idée de voir leurs propres sociétés taxées par ses alliés européens dans un futur proche.



Le Maire espère un accord au sein de l'OCDE


Le lendemain, vendredi 5 avril, Bruno Le Maire a rappelé depuis Bucarest, où il était en déplacement, que « d'autres États européens souhaitent aussi adapter leur propre taxation européenne, comme la Grande-Bretagne ou l'Autriche », histoire de préciser que la France n'est seule dans cet affront fait aux GAFA.

Le ministre laisse tout de même la porte ouverte à une taxation internationale, qui viendrait prendre la place de l'imposition nationale. Il la souhaite même. « Pour éviter la multiplication des taxes nationales, il faut accélérer les travaux à l'OCDE, préconise-t-il. Une taxation internationale sur les grandes entreprises numériques est la meilleure solution ».

Au-delà de la nécessité d'une taxe GAFA nationale, la France se sert d'elle comme moyen de pression pour pousser les membres de l'OCDE à s'entendre. « Dès qu'il y aura un accord à l'OCDE sur la taxation des géants du numérique, nous retirerons notre taxe nationale. C'est une incitation à aller plus vite plus loin sur la solution d'une adoption à internationale, à l'OCDE ». Bruno Le Maire rencontrera son homologue américain secrétaire du Trésor, Steven Munchin, en mai prochain à Paris pour faire avancer les discussions.


18 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top