Télécoms : Nokia projetterait de s'allier avec Alcatel-Lucent

Par
Le 26 septembre 2013
 0
Moins d'un mois après avoir cédé sa division mobiles à Microsoft, Nokia penserait à l'avenir en envisageant une alliance avec Alcatel-Lucent. La firme pourrait même chercher à s'offrir ses réseaux mobiles.

0104000005675380-photo-nokia-logo.jpg
Nokia a recentré ses activités autour de son entité réseaux après l'annonce du rachat de sa division mobiles par Microsoft le 3 septembre dernier, contre 5,44 milliards de dollars. Cette activité pèse désormais pour 90% de ses revenus.

La priorité de l'équipementier finlandais porte désormais sur ses capacités à faire son trou dans un marché ultra concurrentiel. Pour renforcer son positionnement sur le marché américain, où il ne s'est que très peu développé, Nokia Solutions and Networks (NSN) réfléchirait en interne à la conclusion d'une alliance avec le franco-américain Alcatel-Lucent, qui dispose d'une force de frappe bien plus conséquente sur le marché, font savoir Les Echos et Reuters, citant des sources proches du dossier.

La rumeur n'est pas nouvelle, les sources faisant notamment savoir que des discussions intermittentes avaient été organisées ces dernières années, les dernières remontant à la fin de l'année 2012. Mais elle prend davantage de sens après la transaction Nokia - Microsoft. Le finlandais doit trouver les moyens de concurrencer le numéro un mondial du marché Ericsson, sans oublier bien sûr les géants asiatiques que sont Huawei et ZTE. Face à ces acteurs, NSN et Alcatel perdent pour le moment du terrain, créditant d'autant plus la piste d'une alliance.

Aucune décision formelle n'a encore été prise. Ce n'est de toute façon pas le moment pour Nokia de se fendre d'une telle annonce stratégique, alors que la vente de sa division mobiles n'a pas encore été finalisée. L'opération ne sera définitivement conclue qu'au premier trimestre 2014. Avant, Nokia doit encore passer en revue la stratégie à suivre pour les activités qui lui restent, à savoir l'équipementier télécoms Nokia Solutions and Networks, ses systèmes de navigation/cartographie et son portefeuille de brevets, faisait savoir la firme après l'officialisation de l'accord avec la firme de Redmond.

Nokia pourrait se rapprocher d'Ericsson sur les réseaux mobiles

Concrètement, ce partenariat pourrait in fine déboucher sur le rachat par Nokia de l'activité sans fil d'Alcatel. Ce qui pourrait coûter entre 1,1 et 1,5 milliard de dollars. Raison de plus pour le finlandais d'attendre l'inscription sur ses comptes des revenus de la vente de sa division mobiles. Si Nokia parvenait effectivement à s'offrir les réseaux sans fil d'Alcatel, sa part de marché sur ce segment passerait de 18% à 30%, lui permettant de dépasser Huawei et de se rapprocher significativement d'Ericsson.

Reste à connaître les intentions réelles d'Alcatel. Car le 6 septembre dernier, il annonçait la conclusion d'un contrat avec l'opérateur espagnol Telefonica, pour lui fournir son réseau 4G LTE. Le groupe se vantait alors de la prise en charge « de l'un des plus vastes projets jamais réalisés en Europe de l'Ouest ». Son montant n'a pas été communiqué, mais il pourrait en dire long sur la volonté de l'équipementier de poursuivre sur cette voie et de ne pas laisser filer aussi facilement son activité de réseaux mobiles. Et ce dans un contexte de hausse historique de son cours de bourse, de 154% depuis le début de l'année 2013.

D'un autre côté, Alcatel-Lucent souffre d'un point de vue financier. Le groupe s'est lancé dans un plan de réduction des coûts qui conduira à des suppressions de postes. Il devrait également céder pour un milliard d'euros d'actifs. Après l'annonce du contrat signé avec Telefonica, Michel Combes, le patron d'Alcatel, avait ainsi tempéré les ardeurs en rappelant « qu'une entreprise qui a perdu, depuis dix ans, 800 millions d'euros de cash par an ne peut pas se redresser sur un seul contrat commercial ». Et d'affirmer qu'un « ajustement de la structure de coûts de l'entreprise dans l'ensemble des pays, est nécessaire ». Une annonce sur l'emploi est ainsi attendue dès cet automne.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top