Alphabet (Google) affiche une santé insolente

Thomas Pontiroli
23 octobre 2015 à 11h42
0
Google démontre qu'il est encore capable de compenser le déclin de la valeur unitaire de ses publicités en affichant des volumes énormes, malgré le contre-exemple de YouTube.

Alphabet, la holding qui chapeaute Google depuis août 2015, affiche des résultats flamboyants. Avec un chiffre d'affaires en croissance de 13 % sur un an à 18,7 milliards de dollars, non seulement le groupe dépasse les attentes des analystes, mais il se permet en plus de faire mieux qu'au précédent trimestre, alors qu'il fait face une érosion (accrue) de 16 % du prix payé par un annonceur sur ses publicités (CPC), un indicateur clé.

Les revenus publicitaires de Google ont grimpé de 13 % sur les trois mois échus - contre 11 % au précédent trimestre. Ils pèsent 16,8 milliards de dollars de chiffre d'affaires, soit près de 90 % des recettes du groupe Alphabet. Au cœur de ces bons indicateurs : le volume de clics sur les publicités, qui compense plus que jamais le déclin de leur valeur unitaire. Celui-ci a bondi de 23 % sur la période, contre 18 % en juillet.

Une raison à cela : Google a accordé plus de places à ses annonces dans les résultats de recherche effectués depuis un smartphone. Jusqu'alors, il souffrait de la comparaison avec Facebook et ses publicités natives. Générer plus de trafic sur ses sites, telle est la formule de Google pour compenser le déclin du CPC, mais cette recette ne fonctionne pas toujours, comme l'illustre l'annonce d'une offre payante sur YouTube.


0258000008217234-photo-alphabet-google-logo.jpg

La piste du payant



Malgré une audience importante estimée à 1 milliard d'utilisateurs actifs par mois, et 4 milliards de vidéos vues - autant que Facebook et Snapchat -, la plateforme de vidéo en streaming n'aurait toujours pas atteint la rentabilité, 10 ans après son rachat par Google pour 1,65 milliard de dollars. L'une des raisons : une audience trop concentrée, 9 % des visiteurs totalisant 85 % des vues, limitant la marge de manœuvre des annonceurs.

Si Alphabet dépend aujourd'hui essentiellement de Google, qui dépend de la publicité, l'ambition est de réussir à diversifier ce modèle économique. L'une des pistes envisagées est de rendre l'accès à certains sites Internet d'information... payant. C'est la raison d'être de l'expérience Contributor, dont le principe est de rétribuer ces sites partenaires, à condition qu'ils n'affichent plus de publicités. Seulement, est-ce viable ?

Baisse des dépenses



L'autre chantier est de faire décoller d'autres lignes de produits. Et c'est là la raison d'être de la holding Alphabet, pensée comme une « collection » de sociétés. Une réorganisation de grande ampleur qui va se matérialiser dans les mois à venir, avec la dissociation plus claire des différentes divisions. Jusque-là, la holding va maîtriser ses coûts : en septembre, ils n'ont progressé que de 9 %, contre 28 % en juillet.

Afin de s'attirer les faveurs de ses actionnaires pendant ce grand changement, le groupe de Mountain View a décidé d'un programme de rachat d'action - son premier - d'un montant de 5,1 milliards de dollars. Une nouvelle qui a propulsé le titre de l'entreprise au sommet du Nasdaq (744 dollars), un niveau inégalé.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Une étude montre que les cyclistes
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top