Taxe sur les liens Google : l'Elysée soutiendrait les éditeurs

le 29 octobre 2012 à 08h48
0
Alors que le patron de Google, Eric Schmidt est attendu ce lundi à l'Elysée, les éditeurs de presse en ligne ont été reçus par François Hollande. Ce dernier aurait d'ores et déjà expliqué que son soutien irait aux éditeurs, ouvrant la voie à une éventuelle taxation du référencement de certains liens par la firme américaine.

00FA000004214548-photo-palais-de-l-elys-e.jpg
Depuis le mois de septembre, les représentants des éditeurs de presse en ligne demandent à ce que, dans certaines conditions, une rémunération équitable soit versée aux organismes de presse lorsque des liens hypertextes permettent d'accéder aux contenus présents sur leurs sites Internet. Des études d'usages pourraient être ensuite menées afin de connaître les habitudes des internautes en matière de consultation de tels sites. Sur cette base, un droit voisin ouvrant à rémunération serait donc constitué.

Ces éditeurs ont été reçus par le Président de la République et la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti. Selon Le Figaro, François Hollande aurait même déjà dévoilé en partie son inclinaison, un participant à cette réunion expliquant que le chef de l'Etat « connaissait bien le dossier et il nous a affirmé qu'il soutiendra l'adoption d'un texte de loi dès janvier 2013 ».

Des propos confirmés par la ministre de la Culture, ce lundi matin. Interrogée par France Inter, Aurélie Filippetti a précisé qu'il était : « normal que ces grands sites participent au financement de la presse car ils font circuler sur leur réseau des sites de presse. Google est dans un logique de discussion mais le mouvement européen des éditeurs de presse nous permet de ne pas être démunis face à Google ».

De son côté, Eric Schmidt sera reçu à 17h30 ce lundi à l'Elysée et par une partie du gouvernement (notamment Fleur Pellerin) afin qu'il défende son point de vue. Si Google a déjà montré son opposition à de telles mesures, allant même jusqu'à les qualifier de néfastes pour Internet et les internautes, il pourrait infléchir sa position. En effet, des éditeurs français, allemands et italiens font désormais front commun afin d'imposer ce système de prélèvement.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : Google Services Google
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Les Google Glass 2 sont disponibles pour les entreprises
Audi se connecte aux feux de circulation en Europe, deux ans après les US
Le salaire médian d'un stagiaire chez Facebook est de... 8000 dollars par mois
Microsoft brevette un système automatisé de génération de carnet de voyage
Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
scroll top