De futurs AirPods pourraient utiliser la conduction osseuse pour améliorer l'écoute

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
29 juillet 2020 à 17h34
0

Alors que l'actualité s'emballe au sujet des futurs casque et Airpods, voici venir un nouveau brevet Apple.

Toutefois, la technologie présentée ici ne risque pas de débarquer sur le marché de si tôt, bien que son principe ne soit pas nouveau, misant notamment sur la conduction osseuse.

Du son en plein dans le crâne

En théorie, la conduction osseuse possède quelques avantages. Elle repose sur une technologie généralement électrodynamique, la même que celle utilisée par l'immense majorité des casques.

Mais, alors que les autres produits utilisent leur membrane pour agiter l'air, la membrane d'un transducteur à conduction osseuse se sert des os du crâne pour transmettre la vibration jusqu'à la cochlée, dernière étape avant la transformation de ce signal acoustique en un signal électrique (nerveux). Il existe également des enceintes à conduction, se servant d'une surface (type table) en tant que membrane, mais ce n'est pas le sujet ici.

Vieux comme le monde ou presque, le principe de la conduction osseuse en aide auditive remonte au débuts des années 20 (ici, un modèle de 1934)

Le principal avantage dans ce cas est de ne pas avoir à solliciter le tympan, ce qui permet de plus facilement transmettre un son sans être pollué par les bruits extérieurs venant sur le tympan. De même, certaines personnes souffrant d'une surdité directement liée aux tympans peuvent facilement percevoir des sons avec de tels dispositifs peu envahissants.

La marque AfterShokz en a fait une de ses spécialités, en s'orientant vers un usage très sportif, permettant même une utilisation sous l'eau (autre
avantage du produit) sans que la technologie ne devienne intrusive ou dangereuse pour le canal auditif.

Autre exemple, les moteurs haptiques du Skullcrusher de Skullcandy, exploitant la vibration de moteurs à travers le crâne, cela pour une sensation incomparable au niveau des basses.

Le skullcandy Crusher ANC, terreur des crânes

En théorie, cette technologie, directement liée à la composition des os du crâne, est plus efficace avec les basses et les moyennes fréquences qu'avec les aigus.

Dans la pratique, les choses sont justement plus compliquées, notamment du fait du manque de puissance des petits écouteurs. Si le Skullcandy Crusher réussit bien son coup, même pour une gamme très restreinte (20-80 hz environ), les modèles AfterShokz, eux, sont justement proches de l'anémie dans le bas du spectre, et pourtant les plus efficaces du genre.

Unique Melody Mest, haut de gamme à 1 400 $ utilisant la conduction osseuse via un système de résonance de la plaque arrière

De même, si cette technologie est décriée sur le plan des aigus (le brevet en question parle de problèmes à partir de 4 kHz), il existe justement des solutions prenant le chemin inverse.

Récemment, les écouteurs très haut de gamme MEST, du constructeur chinois Unique Melody, utilisaient un transducteur piézoélectrique en tant que tweeter à conduction osseuse, démarrant à partir de 8-10 kHz, et pouvant théoriquement monter jusqu'à un stratosphérique 55 kHz.

Des écouteurs multimodes audio

Dans un récent brevet, Apple met évoque un « Multipath audio stimulation using audio compressors » (stimulation audio multivoie utilisant les compresseurs audio), et présente ce principe que l'on pourrait parfaitement voir débarquer dans des écouteurs ou, de manière tout aussi simple, dans d'éventuelles lunettes AR.

Sur les différents schémas, cette dernière solution parait même la plus évidente, tant nous avons l'impression de voir une panoplie de réalité virtuelle/ réalité augmentée.

Le principe, en double transducteurs, n'est pas aussi novateur que décrit - nous avons déjà cité des exemples existants - mais pourrait se être démocratisé.

D'un côté, un transducteur dynamique viendrait se placer à l'entrée du canal pour la reproduction des aigus, ou des médiums/aigus. Placé un peu au-dessus de l'oreille, directement sur le crâne, un transducteur à conduction osseuse permettrait de gérer les fréquences graves.

Cela ouvrirait quelques horizons sonores à la marque, pour améliorer la qualité sonore ou l'immersion, voire pour une utilisation dans un cadre médical, les aides auditives étant développées via le programme MFI depuis quelques années. Toutefois, à moins d'avoir trouvé la formule magique, Apple risque bien de destiner cette technologie hybride aux casques (Airpods Studio ?) et aux lunettes, celle-ci étant pour le moment loin de faire ses preuves sur de petit écouteurs.

Source : Appleinsider

Modifié le 30/07/2020 à 11h29
5
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top