Eddy Cue défend le recours aux DRM par Apple

08 décembre 2014 à 12h44
0
En procès aux Etats-Unis pour avoir imposé des verrous numériques sur ses contenus musicaux entre 2006 et 2009, Apple se défend. Eddy Cue, vice-président du groupe, en charge des services et des logiciels en ligne, estime que le recours aux DRM était justifié.

Eddy Cue monte au créneau. Interrogé par la justice américaine, le responsable d'iTunes vient défendre la stratégie d'Apple en matière de verrous numériques. Pendant plusieurs heures, le dirigeant a tenté d'expliquer à la justice les raisons pour lesquelles le groupe a décidé jusqu'en 2009 d'apposer des DRM sur les musiques achetées sur la boutique en ligne.

00FA000005393623-photo-logo-apple-gb.jpg


A la barre, Apple est au centre d'une plainte portant sur sa politique en matière de DRM sur les contenus musicaux. Une action collective conduite par des acquéreurs d'iPod entre 2006 et 2009 pointe du doigt la stratégie du groupe. Les plaignants estiment que la société a abusé de sa situation de monopole sur le marché des lecteurs de musique numérique. Ils reprochent donc à Apple d'avoir limité l'utilisation des musiques acquises sur iTunes à la seule lecture sur les iPod.

Apple a modifié sa politique en matière de DRM en 2009, les plaignants souhaitent néanmoins que la justice se prononce pour la période antérieure. Une époque que défend Eddy Cue. Interrogé par The Verge, le responsable légitime le recours aux verrous numériques par le besoin de sécuriser la plateforme de contenus musicaux, notamment au regard des obligations vis-à-vis des majors du disque. Eddy Cue précise : « si un hack était survenu, nous aurions été contraints d'y remédier dans un certain délai. Nous devions donc agir rapidement sinon les labels auraient retiré leur musique de la boutique en ligne ».

Apple aurait toutefois tenté de jouer la carte de l'interopérabilité. Le responsable explique : « Nous avons pensé dès le début au fait d'apposer nos DRM et de les licencier. Nous pensions que c'était la meilleure décision pour nous permettre de croître plus vite mais également d'élargir le marché ». Toutefois, la présence de nombreux lecteurs de MP3 sur le marché aurait rendu la tâche trop ardue.

Le procès doit continuer cette semaine. Les plaignants demandent la somme de 350 millions de dollars de dommages à la firme américaine.



A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Raspberry Pi 400 : le plus puissant de la gamme, avec, en prime, un brin de nostalgie
CES 2021 : notre récap' des meilleures tendances et annonces TV
CES 2021 : notre récap’ des meilleures tendances et annonces moniteurs PC
AWS et Arkéa Samsic s'associent pour déceler les champions cyclistes de demain grâce à la donnée
Minuit dans l'Univers, une ballade intime vers les lunes de Jupiter
Comparatif des meilleurs processeurs (2021)
Comment quitter facilement WhatsApp et migrer sur Signal en 7 étapes ?
L'année 2020 dans l'univers audio : entre timides évolutions et grandes promesses
Un étudiant retrouve 127 bitcoins (BTC) perdus depuis huit ans
Forfait mobile : toutes les promos du moment sur les forfaits 4G/5G sans engagement
Haut de page