Chine : au tour des produits Apple d'être bannis du gouvernement

0
Le gouvernement chinois continue d'ajouter des produits étrangers à sa liste noire : c'est au tour d'Apple, dont les différents appareils sont désormais interdits au sein des autorités dirigeantes.

00FA000005878194-photo-apple-sav-chine.jpg
Les iPhone, iPad et autres MacBook ne font plus partie des produits pouvant être achetés à l'aide des fonds publics des organismes gouvernementaux chinois, rapporte mercredi Blomberg. Les autorités du pays souhaitent bannir les produits Apple de leurs différents services, car ces derniers représenteraient « des risques en matière de sécurité ».

10 types de produits commercialisés par Apple ont ainsi disparu de la liste des appareils pouvant être achetés par les différentes entités gouvernementales, et fixée par le ministère des Finances et la Commission nationale du développement et de la réforme. La décision a été prise discrètement fin juillet et n'a pas été rendue publique : l'information vient donc d'une source interne au gouvernement.

Apple rejoint une liste de plus en plus longue d'entreprises étrangères écartées par le gouvernement chinois : les Américains Microsoft et Symantec, ainsi que le Russe Kaspersky en ont déjà fait les frais. Qualcomm, de son côté, est soupçonné d'abus de position dominante, au même titre que Microsoft, qui fait actuellement l'objet d'une enquête dans le pays.

Pour Apple, la situation pourrait s'avérer problématique : l'entreprise s'est récemment vue dépassée en Chine par le géant local Xiaomi, dont les parts de marché ne font que progresser. La décision du gouvernement chinois de bannir les produits de la firme pourrait se répercuter sur d'autres secteurs : « Lorsque le gouvernement cesse d'acheter certains produits, il envoie un signal aux entreprises et aux organismes semi-publics » estime l'analyste hongkongais Mark Po. « Le gouvernement chinois veut s'assurer que les entreprises étrangères ne deviennent pas trop influentes dans le pays. »

La fronde de la Chine contre les entreprises étrangères pourrait continuer à l'avenir, le gouvernement local n'ayant pas fait de mystère concernant ses intentions de "punir" les grandes enseignes américaines.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page