L'App Tracking Transparency aurait déjà coûté 20 % de leurs revenus aux annonceurs

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
14 juillet 2021 à 12h33
8
iPhone privacy © © Apple
© Apple

Introduit avec iOS 14.5, l’App Tracking Transparency (ATT) commence déjà à montrer ses effets. Cette nouvelle « barrière » à suivi publicitaire sur les appareils Apple aurait déjà, selon Brian Bowman, PDG de Consumer Acquisition, largement rebattu les cartes du marché.

À la tête d’une entreprise justement spécialisée dans le marketing sur mobile, Brian Bowman prêche bien entendu pour sa paroisse. Mais d’après ses dires dans les colonnes de VentureBeat, les annonceurs ont déjà dû renoncer à 15, voire 20 % de leurs revenus depuis l’arrivée de l’ATT.

Le pire est à venir pour les annonceurs

En les empêchant d’avoir accès à l’IDFA (Identifier for Advertisers), qui les autorise à suivre le parcours des utilisateurs et utilisatrices d’iPhone sur différentes applications et, in fine, de comprendre leurs préférences pour leur proposer de la publicité ciblée, l’App Tracking Transparency n’est rien de moins qu’une gigantesque épine dans le pied des annonceurs.

Depuis le déploiement d’iOS 14.5, seuls 20 % des utilisateurs et utilisatrices appuient sur « oui » lorsque leur téléphone leur demande s’ils souhaitent recevoir de la publicité ciblée. Une victoire, se vante Apple, pour la protection des données personnelles , mais une situation des plus critiques pour les entreprises dont le business repose justement sur la collecte et la revente de ces mêmes données. Mais le pire serait encore à venir d’après Brian Bowman. Le gros des retombées ne pourra être estimé que lorsque le taux d’adoption d’iOS 14.6 (la dernière version) dépassera les 80 %.

L'homme d'affaires estime ainsi que, si les revenus moyens de ces entreprises est en baisse de 15 à 20 % depuis avril dernier, certaines accusent déjà de pertes de l’ordre de 40 %. Faute de pouvoir proposer à un ciblage précis à leurs clients (et donc de plus grande valeur pour eux), ceux-ci s’en détournent en faveur de plates-formes comme TikTok , Facebook ou Google, qui expérimentent sur leurs algorithmes pour s’adapter à ces contraintes.

Davantage de ciblage publicitaire sur Android

Avec ces mesures, et l’arrivée prochaine de l’iCloud Private Relay, iOS fait désormais office de repoussoir pour les annonceurs qui, on l’a dit, ont de plus en plus de difficultés à accéder à des données pertinentes pour offrir du ciblage publicitaire. Conséquence logique de ce changement de paradigme, les courtiers en données reportent leur attention sur Android, bien moins regardant en la matière.

Au début du mois de juillet, le Wall Street Journal rapportait que les dépenses des annonceurs sur iOS avaient chuté d’un tiers sur un mois, alors qu’elles avaient connu une augmentation de 10 % sur Android entre le 1er juin et le 1er juillet.

Pour rappel, 72,8 % des smartphones dans le monde tournent sous Android. Mais paradoxalement, l’App Store d’Apple génère beaucoup plus d’argent que le Play Store. Au premier trimestre 2021, 20 milliards de dollars avaient été dépensés sur l’App Store aux États-Unis, contre 11,4 milliards sur Android.

Source : Venture Beat

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
9
_Reg24
Faudra voir les conséquences à plus long terme pour vraiment se rendre compte de la chose.<br /> Et ça peut être à double tranchant, si les annonceurs ne peuvent plus faire de la pub ciblée, mais qu’ils nous bombardent de pub en tout genre, ça ne sera pas mieux.
HAL1
La dernière phrase de l’article me semble être un peu hors-sujet. Les chiffres donnés concernent l’achat d’applications (et les achats intégrés dans celles-ci) ainsi que les abonnements, et non pas la publicité.<br /> _Reg24:<br /> Et ça peut être à double tranchant, si les annonceurs ne peuvent plus faire de la pub ciblée, mais qu’ils nous bombardent de pub en tout genre, ça ne sera pas mieux.<br /> Tout à fait d’accord. D’autant plus que, d’après ce que j’ai pu lire de la part de développeurs, les publicitaires sont simplement en train de s’organiser pour ne plus passer par l’IDFA d’Apple sur iOS, et ainsi éviter que l’utilisateur voit la fameuse petite fenêtre lui demandant au lancement d’une application s’il accepte d’être «&nbsp;pisté&nbsp;».<br /> Au final, les usagers auront l’impression que leur données ne sont pas collectées et partagées avec des publicitaires, ce qui sera bien sûr toujours le cas (les applications gratuites se reposant quasiment intégralement sur ce modèle commercial pour vivre).
NoDoubleCompte
La seule chose qui est dommage c’est qu’un bon iphone coute trop cher, du moins pour moi , sinon, je prendrais sans hésiter
sebzuki
" en faveur de plates-formes comme TikTok , Facebook ou Google, qui expérimentent sur leurs algorithmes pour s’adapter à ces contraintes" donc en clair (sans langue de bois) ils font en sorte de laisser passer les données personnelles…
norwy
C’est une bonne chose puisque la grande majorité des utilisateurs, en refusant, expriment clairement qu’ils ne veulent pas fournir leurs données personnelles.<br /> Ce n’est pas aux publicitaires de décider si c’est un problème ou pas, le droit existe pour cela.
twenty94470
Les dev vont y réfléchir à 2 fois avant de se lancer sur ios, entre la commission, les règles qui te virent comme un mal propre et maintenant la baisse de revenu…
c_planet
Salut,<br /> il y a un souci avec cet article<br /> vous confondez annonceur et régie de pub<br /> L’annonceur est l’organisation ou l’entreprise à l’origine d’une opération de communication publicitaire ou marketing qui vise à promouvoir ses produits ou sa marque.<br />
bennukem
Ce ne sera pas réellement un soucis pour pomme. Seul les apps payantes sans parasitage resteront. Expérience/confiance utilisateur sera automatiquement revu à la hausse. Le prestige de la marque aussi, on entendra partout «&nbsp;Avec pomme, c’est plus sécurisé&nbsp;». De plus, pomme n’aura plus besoin de gérer autant d’apps. Ça ne sert à rien de trop s’éparpiller dans la médiocrité.<br /> Je le vois sur mon Android. Style une app pour lire un qr code. Ca dégueule d’apps et éditeurs louches qui demandent des accès complet au téléphone.
HAL1
bennukem:<br /> Ce ne sera pas réellement un soucis pour pomme.<br /> Apple ayant bâti en grande partie le succès de l’iPhone sur les applications (le fameux slogans «&nbsp;There is an App for that&nbsp;»), et celles gratuites représentant la très large majorité des téléchargements et de ce que les utilisateurs veulent, je pense qu’au contraire ça serait un réel souci si les développeurs commençaient à se détourner en masse d’iOS.<br /> Mais en l’occurrence il n’y a quasiment aucun risque que cela arrive. Apple avait mis à disposition des publicitaires l’IDFA pour qu’ils puissent pister les utilisateurs d’iPhone et leur afficher de la publicité ciblée. Aujourd’hui, la Pomme retourne se veste, mais il existe bien d’autres moyens de collecter les informations de l’usager et de l’identifier d’une application à l’autre. Apple cherche avant tout à se donner une bonne image auprès d’une certaine partie de sa clientèle, mais elle est tout à fait consciente que les applications gratuites constituent un attrait pour sa plate-forme dont elle ne peut pas se passer.<br /> On est dans le même registre que lorsqu’elle met en avant la vie privée sur iPhone, tout en acceptant en même temps entre 10 et 12 milliards de dollars par année de la part de Google pour que ce dernier soit le moteur de recherche par défaut sur les produits pommés.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

VPN : NordVPN revient en force avec une offre à ne pas louper !
Le meilleur VPN du marché profite d'une promo folle !
Un VPN dans Edge ? Microsoft nous en dit un peu plus
Ukraine : la Russie à l'origine de la cyberattaque de Viasat pour faciliter l'invasion
Attention à certaines clés USB ! Ce malware peut prendre possession de votre PC en un rien de temps
Voici 3 offres VPN pour vous protéger à prix mini !
Microsoft corrige 74 vulnérabilités, dont 7 critiques, affectant toutes les versions de Windows
Malware : les emails vérolés affichent une hausse de 48,3% au premier trimestre
VPN : les données de 21 millions d'utilisateurs se retrouvent sur Telegram
Vous cherchez à gagner en cyberconfidentalité ? Découvrez cette offre VPN à prix réduit
Haut de page