Amazon continue de laisser ses employés souffrir malgré les blessures et arrêts de travail

06 avril 2019 à 20h49
16
Entrepot

Le géant du e-commerce est régulièrement accusé de ne pas prendre soin des employés de ses centres de distribution dans divers rapports et témoignages.

Alors que l'activité dans les entrepôts d'Amazon aurait entraîné la mort de plusieurs travailleurs depuis 2013, la société fait face à un troublant témoignage relayé par The Guardian. Nos confrères britanniques ont dévoilé une enquête dans laquelle ils font état des conditions de travail difficiles au sein des locaux de la société et du manque de considération, de suivi et d'accompagnement financier dans les soins des salariés.

Renvoyée sur le terrain malgré la nécessité d'une opération

Michelle Quinones, 27 ans, a pris son poste de préparatrice de commandes en juillet 2017, dans un centre de distribution américain d'Amazon, situé à Fort Worth, au Texas. Pendant plusieurs mois, la jeune femme s'affère à remplir ses objectifs en respectant les taux obligatoires de commandes fixés par ses supérieurs.

Seulement, Michelle a commencé à souffrir des symptômes du syndrome du canal carpien (douleurs, engourdissements, picotements du poignet aux doigts). Elle est alors redirigée vers le centre médical interne d'Amazon, qui la renvoie malgré tout plusieurs fois sur le terrain. En novembre 2017, le syndrome prend de l'ampleur et impose alors à Michelle Quinones une opération du poignet pour réparer ses tendons, ce que l'assureur des accidents du travail d'Amazon n'a autorisé qu'en février... 2019, après une année devant les tribunaux.

Pas de reclassement proposé

« Cela fait 17 mois que ça dure. J'ai fini par tout perdre. J'ai perdu mon appartement. J'ai dû rentrer chez moi dans le New Jersey », a déclaré Quinones, qui a également dû laisser tomber l'université. La jeune femme indique avoir été contrainte de retourner travailler, sans qu'aucune tâche moins douloureuse pour son poignet et sa main, autrement dit un reclassement, ne lui soit proposée avant décembre 2018. Juste avant l'audience devant le tribunal.

Amazon, qui avait engagé un enquêteur privé pour surveiller son employée et tenter de bloquer les demandes d'indemnisation, indique suivre « toutes les lois sur l'indemnisation des travailleurs des États du Texas, et cette affaire n'est pas différente. Michelle n'est plus employée par Amazon, mais continue à avoir un gestionnaire de cas » pour l'accompagner. Une avocate texane, Kim Wyatt, précise pour sa part représenter régulièrement des employés d'Amazon ayant des problèmes similaires.

Les cadres d'Amazon aussi touchés

Les centres de distribution d'Amazon ne sont pas les seuls à être accusés. The Guardian rapporte le cas de Ronald Ashley, Responsable des ressources humaines d'Amazon, à la situation bien plus confortable donc, en poste au siège de Seattle. En février 2016, Ronald se fracture la colonne vertébrale en chutant lors d'un voyage d'affaires. Ses médecins établissent le diagnostic du patient, qui souffre également du VIH. Amazon refuse alors de lui verser des indemnités au-delà de trois mois d'invalidité. Pour Ronald Ashley, la situation se dégrade, tant sur le plan physique que sur le plan financier, ne pouvant plus assumer ses frais de santé.

L'homme démissionne en octobre 2016 et écrit à Jeff Bezos en personne le mois suivant. Le boss d'Amazon lui répond alors qu'il lui rétablit son statut d'employé d'Amazon. Ronald Ashley est décédé un mois plus tard d'une crise cardiaque, à seulement 53 ans.

Amazon a communiqué auprès du Guardian : « Les employés sont le cœur et l'âme de nos opérations et nous travaillons fort pour leur assurer un environnement de travail sûr, confortable et moderne, ainsi que des possibilités de mobilité ascendante ».

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
0
Subtil1
Cette entreprise gagne des milliards et elle ne sait pas prendre soin de ses employés.<br /> Les lois américaines sont parfois lamentables. Méthodes de flicage. Limite marche ou crève.<br /> « Les employés sont le cœur et l’âme de nos opérations et nous travaillons fort pour leur assurer un environnement de travail sûr, confortable et moderne, ainsi que des possibilités de mobilité ascendante » LOL.<br /> Sort de ta tour d’ivoire et retourne dans la réalité Jeff…
megadub
On oublie toujours de dire que c’est le comportement de nombreuses entreprises anglosaxonnes la santé étant un sujet très compliqué.<br /> En France, par chance, les salariés sont mieux protégés. Ma soeur travaille chez eux et malgré de nombreuses blessures (rien à voir avec le boulot) causant des arrêts et une maladie lourde, ses managers ont toujours porté une grande attention à l’aménagement de son poste.
AlexLex14
Effectivement @megadub, et tu fais bien de le souligner.
remy9991
le patron d’amazon est l’homme le plus riche du monde mais ca ne lui suffit pas. ca fait vomir.
exhortae
Le problème c’est pas Jeff Pesos mais plutôt les clients qui continuent d’acheter chez eux tout en sachant qu’ils (amazon) traitent leur employés comme de la m*rde.
nirgal76
Bah, peu importe ou on achète, tout ou presque est fabriqué en chine ou les gens sont traités comme de la m…e.<br /> Si tu pousse le raisonnement, ok, mais fait le jusqu’au bout et n’achète plus de produits qui, dans leur processus de fabrication ont rencontré ce genre de situation (tout compris, même le chauffeur routier polonais qui a livré ça pour des cloppinettes en roulant 80 heures par semaines, ou arrivé par bateau avec un équipage philippins dans des conditions à la limites de l’esclavage.
sturmic
pourtant il est gentils il est anti trump et démocrate
sturmic
de toutes façon dans 10 ans à peine, les entrepôts seront entièrement robotisé, plus de souffrance humaine, ou peut être au chômage et à la maison en regardant l’inspecteur derick sur france 3 tout l’après midi
jeroboam64
Pas sur que ce soit mieux dans certaines entreprises françaises, souvenez-vous des suicides chez orange…
Blues_Blanche
Je suis presque étonné qu’il n’y ait pas une réponses cynique d’Amazon comme ils le font pour les questions de vie privée. A savoir, c’est pas à nous de fixer les règles, mais aux états. Si on déborde, on rétablira (après).<br /> Non ce n’est pas la seule entreprise, mais c’est une de celles qui optimise chaque poste à l’excès/limite, y compris les ressources humaines (au sens propre, hein, pas comme c’est entendu dans les entreprises en général).
megadub
Blues_Blanche:<br /> Non ce n’est pas la seule entreprise, mais c’est une de celles qui optimise chaque poste à l’excès/limite, y compris les ressources humaines (au sens propre, hein, pas comme c’est entendu dans les entreprises en général).<br /> Bah oui, c’est ce qui a fait son succès en ayant une logistique super efficace. Le taylorisme moderne en somme et ça fonctionne super bien.
nirgal76
Ou 20 depuis le début de l’année dans la police. Ca dépasse largement ce qui s’est passé chez Orange
TAURUS31
Et certains trouvent le moyen de se plaindre… Qu’ils aillent travailler aux USA
tmtisfree
The Guardian : c’est un peu l’Inhumanité en France (le torchon marxiste mais sans les subventions), il ne faut pas s’attendre à autre chose qu’à une attaque partisane anti-Amazon, l’entreprise capitaliste par excellence à abattre, avec tous les subterfuges sophistiques pour enfler 1 cas récent même pas en rapport (c’est l’assureur le responsable) pour pouvoir pondre un torche-cul.<br /> Repris in extenso par le pisse-copieur local évidemment.<br /> J’attends le jour où nous aurons un papier sur l’augmentation du pouvoir d’achat que permet Amazon chez les prolétaires…
Blues_Blanche
Augmentation du pouvoir d’achat ? Au détriment de l’emploi… En gros ça phagocyte le marché en cassant les prix, mais le bilan global est un appauvrissement, sauf pour le gros taylorisateur. Les employés cassé par ce système ne pourrons pas profiter des bas prix qui resteront trop chères pour eux. Et nous, nous paierons leur chômage et soins médicaux…
sandalfo
La presse et l’opinion publique sont essentiels pour divulguer et réguler les pratiques ultra taylorisées de sociétés comme Amazon. S’il n’y avait pas de contre pouvoirs ça serait le cauchemar.
tmtisfree
Avec une presse objective et non partisane, pourquoi pas. Mais ce que l’on ressent à la lecture de ces articles torchés juste pour leur activisme, c’est la jalousie et l’envie envers une boîte qui réussit plus que de la compassion pour tous ceux, nombreux, qui ont des problèmes de santé hors Amazon.<br /> Même l’opinion publique ne s’y trompe pas : le seul véritable contre-pouvoir, c’est un consommateur qui vote avec son porte-monnaie et ils ont voté :<br /> annual-net-revenue-of-amazoncom.png1000×743 52.1 KB<br />
sandalfo
personne ne nie la formidable réussite économique que représente Amazon.<br /> Mais il faut être vigilant sur le bien être des employés. Ce n’est pas de la jalousie, c’est de la vigilance.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Hulu, Amazon Prime Video, Netflix... Des VPN pour contourner les restrictions locales
Sofar, les drones sous-marins pour découvrir les profondeurs obscures
Microsoft s'allie à OpenClassrooms pour créer une formation en ligne consacrée à l'IA
GIGABYTE sort un SSD NVME brillant de mille feux... RGB
⚡️ SSD & périphériques PC : les meilleurs bons plans Cdiscount de ce week-end !
Minecraft Java Edition s'est vendu à plus de 30 millions de copies
We. The Revolution : guillotine et moi
Visual Studios fait peau neuve dans une nouvelle version 2019
🔥 Forfait mobile : focus sur les promos Free mobile, RED by SFR, B&YOU et Sosh
Malware : méfiez-vous des torrents de Game of Thrones, prévient Avast
Haut de page