Contenus violents : en Australie, un projet de loi pour sanctionner les réseaux sociaux

02 avril 2019 à 08h56
4
australie drapeau.png
Pixabay

Le pays des kangourous est décidé à sévir contre les contenus violents qui circulent en ligne. Un projet de loi pourrait instaurer des sanctions XXL à l'encontre des médias sociaux.

Pays voisin de la Nouvelle-Zélande, où a eu lieu l'attentat dramatique de Christchurch le mois dernier, l'Australie prouve qu'elle prend très au sérieux la diffusion de contenus violents sur Internet. Pour deux raisons évidentes : l'auteur de l'attaque de Christchurch, Brenton Tarrant, est originaire d'Australie, et le pays est marqué par une recrudescence des actes xénophobes, islamophobes et racistes. Pour ralentir la propagation de contenus choquants, le gouvernement Morrison veut frapper fort.

Une amende touchant au chiffre d'affaires et une peine de prison

Le cabinet du Premier ministre australien Scott Morrison a publié un communiqué de presse, le 30 mars 2019, dans lequel il dévoile un projet de loi d'importance, qui sera présenté au Parlement cette semaine. « Les grandes entreprises de médias sociaux ont la responsabilité de prendre toutes les mesures possibles pour que leurs outils technologiques ne soient pas utilisés par des terroristes meurtriers », a déclaré le chef du gouvernement australien.

Le procureur général Christian Porter, qui est l'équivalent du garde des Sceaux, a ainsi dévoilé les grandes lignes de la mesure. Et elles sont plutôt épaisses : « Le projet de loi comprendra de nouvelles infractions passibles de sanctions pénales pouvant aller jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires annuel d'une entreprise, ainsi que d'éventuelles peines de prison pour les dirigeants de médias sociaux qui n'agiraient pas pour retirer les contenus violents et odieux de leurs plateformes ».

Une obligation de signalement des contenus violents renforcée

Dans le détail, le simple fait de ne pas retirer un tel contenu sera puni de 3 ans d'emprisonnement et d'une amende, dont le montant paraît assez impressionnant. À ces deux sanctions peut s'y ajouter une troisième. Dans le cas où une plateforme ne signale pas à l'Australian Federal Police, un organisme fédéral gouvernemental australien, la diffusion de contenus violents sur son réseau, celle-ci sera condamnée à régler une amende allant de 168 000 dollars australiens (107 000 euros) pour un particulier à 840 000 dollars australiens (533 000 euros) pour une entreprise.

La loi pourrait faire trembler les grandes plateformes comme Facebook, Twitter, YouTube ou Instagram. Celles-ci ont en effet du mal à réagir en temps réel, même en faisant appel à l'automatisation par l'intelligence artificielle.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
0
Popoulo
“le pays est marqué par une recrudescence des actes xénophobes, islamophobes et racistes” : faudrait peut-être chercher la cause en tout premier lieu non ? Et est-ce que cela va fonctionner dans les 2 sens ? Vu la dénomination, j’en doute.
mcbenny
Tu veux dire que le responsable de l’islamophobie c’est le musulman c’est ça ?<br /> C’est vrai que sans l’islam, l’islamophobie n’existerait surement pas. Remarque sans “non-musulman”, ça n’existerait pas non plus.<br /> Sans imbéciles non plus.<br /> Est-ce que par principe, haïr des gens parce qu’ils appartiennent (ou semblent appartenir) à un certain groupe n’est pas une erreur en soit ?<br /> Quand à savoir lequel du musulman ou de l’islamophobe est le plus légitime en Australie, j’ai des copains à Redfern qui ont une petite idée sur la question…
K4minoU
“Une amende touchant au chiffre d’affaires et une peine de prison”<br /> Ils ont tout compris!!! =)<br /> Si on veut faire mal, il faut savoir frapper où cela fait mal…<br /> Mais bon, le débat reste le même, on avance… Au moins maintenant on sait où frapper, reste à savoir comment frapper efficacement et construire le ring qui va bien…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Une fuite dévoile des éléments du futur Google Nest Hub Max
Des eurodéputés affirment avoir voté
🔥 BforBank et Amazon : 150 euros offerts pour l'ouverture d'un compte
Les entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à quitter la Silicon Valley pour New-York
Nouveautés Gmail : planification des e-mails et Smart Compose sur plus d'appareils
En Norvège, plus de la moitié des véhicules neufs vendus en mars étaient électriques
Alexa permet désormais aux entreprises de créer des skills privées
De nouvelles fonctions intelligentes pour la version Web d'Outlook
Facebook : les quatre commandements de Mark Zuckerberg pour réguler Internet
Haut de page