Teads lève 4 millions d'euros pour sa plateforme de pub vidéo

17 octobre 2013 à 16h14
0
La vidéo est l'un des formats pub les plus dynamiques en ligne. Teads, qui annonce lever 4 millions d'euros, compte bien en profiter, elle qui met à disposition un ensemble de formats pour les éditeurs.

012C000006720798-photo-teads-logo.jpg
Start-up montpelliéraine créée en 2011, Teads propose une plateforme automatisée de publicité vidéo. La jeune société annonce avoir signé un premier tour de table de 4 millions d'euros réunissant Partech Ventures et Elaia Partners. La société accueille également Pascal Gauthier, ancien directeur des opérations de Criteo, en tant qu'administrateur.

Teads développe ce que l'on appelle dans l'univers de la publicité en ligne une « supply side platform » (SSP), soit une plateforme dont le but est de commercialiser les espaces publicitaires d'éditeurs, comme des sites Internet d'actualité (Le Monde, Forbes ou encore The Economist dans le cas de Teads) auprès d'annonceurs. La spécificité de cette start-up est qu'elle s'intéresse uniquement à la vidéo, et propose plusieurs formats.

On retrouve le format classique contenu dans un flux vidéo (« in-stream »). Ce type de publicité intervient le plus souvent avant le lancement d'une vidéo. Ce dont se targue Teads c'est de proposer aussi des vidéos publicitaires à des sites qui ne comptent aucune vidéo dans leur contenu. Le format « in-read » consiste à implémenter des vidéos dans un texte. Citons encore le « in-feed » pour les vidéos incrustées dans un flux de titres d'actualité ou le « in-picture » qui fait apparaître une vidéo dans un diaporama dès la deuxième slide.

Avec cette panoplie, Teads promet aux sites éditeurs d'être à même de monétiser à peu près n'importe quel type de contenu, que ce soit des articles, des jeux, de la musique ou autre, « chaque type de contenu éditorial étant désormais monétisable via un format publicitaire vidéo qui lui est dédié », fait valoir Loïc Soubeyrand, le fondateur et PDG de la sart-up, qu'il qualifie d'« Appnexus de la vidéo ». Loïc Jaurès, directeur technique, indique que « la plateforme propriétaire peut livrer plusieurs milliards de vidéos par mois ».

0208000006720806-photo-teads.jpg
L'international et la R&D

Présent dans 25 pays, Teads entend s'internationaliser encore. Un bureau sera ouvert à Londres en novembre, avant les États-Unis et l'Australie. « Teads entre désormais dans une phase de développement commercial intensive. Nous voulons aller chercher des parts de marché sur tous ces pays. Une dizaine de personnes travailleront, en 2014, sur ce développement international », confie le fondateur à La Tribune.

Employant une trentaine de personnes, la start-up qui a toujours son siège dans le sud de la France souhaite étoffer ses effectifs. Teads doublera notamment le personnel dédié à la recherche et développement, lequel représente déjà la moitié des employés. Un accent tout particulier sera mis sur la version mobile de la plateforme. Canal où le développement de la publicité vidéo devrait être aidé par le déploiement de la 4G.

Pascal Gauthier estime que « le marché de la publicité vidéo en ligne est en plein essor, et Teads va pouvoir accompagner efficacement les annonceurs TV à investir sur le numérique et aider les éditeurs à mieux monétiser leur inventaire ». Sur le point de déployer une nouvelle version de sa plateforme, la start-up anticipe un chiffre d'affaires de l'ordre de 10 millions d'euros pour l'année 2014.


À lire également :



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Solemate Max : une nouvelle enceinte portable chez Jabra
Radiofréquences : le gouvernement ne se prononce pas sur les effets sanitaires
K’1, une clé USB minuscule mais à grande capacité
Mini Jambox : Jawbone rapetisse son enceinte nomade Bluetooth
Dailymotion étend son accord avec Canal+ au Canada et s’ouvre au Japon
Ubuntu 13.10 est disponible au téléchargement
Prix des ebooks : la justice américaine met Apple en observation pour deux ans
Mission très haut débit : de la 4G pour l'Internet fixe en zone rurale ?
TAFTA : Nicole Bricq saisit le CNNum pour affiner la position française
DAVFI, nouvel acteur français de la sécurité, avance ses pions
Haut de page