L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+

02 décembre 2019 à 08h01
0
google+

L'employé, en fin de période d'essai, avait publié de façon anonyme un avis extrêmement critique sur la page Google+ de l'établissement. La justice l'a condamné pour « dénigrement. »

Le tribunal de grande instance de Nanterre a rendu une décision, le 21 novembre 2019, qui est venue condamner un ancien salarié d'une auto-école pour dénigrement à l'encontre de ce même établissement. L'homme avait posté, sous couvert d'anonymat, un long avis peu élogieux sur la page Google My Business (ex-Google+) de l'auto-école de Levallois-Perret, près de Paris. Voyons comment les juges en sont arrivés à sanctionner l'auteur du commentaire.

L'auto-école a réussi à obtenir de Free les coordonnées de l'auteur de l'avis

Remontons au mois de janvier 2016. L'auto-école Newton Levallois constate qu'un avis très négatif est posté sur le réseau social Google+. Dans ce dernier, un internaute fait état d'une hypocrisie de l'établissement, qui derrière des « locaux très jolis, très tape à l'œil avec un prix attractif 45 euros l'heure de conduite », ne cherche selon lui qu'à faire poser des heures supplémentaires pour juste « avoir le permis sans que vous sachiez conduire ». Outre les dénonciations d'incompétence des moniteurs et de recherche du profit au détriment des intérêts et besoins des apprentis conducteurs, en résumé, l'avis conseille fortement à ses lecteurs de passer leur chemin.


Le message intrigue forcément l'auto-école, qui ne comprend pas l'acharnement. Elle obtient alors, par une requête du 1er février 2016, l'autorisation de demander à Google de lui communiquer les données d'identification du titulaire du compte Google+ auteur de l'avis incriminé. Quelques mois plus tard, une nouvelle ordonnance permet à l'auto-école d'obtenir les coordonnées du titulaire et son adresse IP auprès de Free, son opérateur.

Le TGI retient le dénigrement et condamne l'ex-salarié

Il se trouve que l'auteur du commentaire était en réalité un salarié, alors à la fin d'une période d'essai qui s'était achevée dans un climat très conflictuel. Il avait dans un premier temps indiqué ne pas être à l'origine de l'avis posté, invoquant un accès frauduleux à son ordinateur.

Dans sa décision rendue le 21 novembre, le TGI de Nanterre a alors rappelé que si l'accusé ne rapporte pas la preuve que son adresse a été piratée ou utilisée par un tiers, il est présumé être à l'origine de la rédaction et de la publication de l'avis, par ailleurs rédigé sous le pseudonyme « Avocat droit du travail ». Et c'est bien ce que les juges indiquent dans la décision.


Alors que l'auto-école réclamait la diffamation, le tribunal a retenu la qualification de dénigrement, étant en présence d'une divulgation d'une information de nature à jeter le discrédit sur un concurrent. L'auteur de l'avis a en effet un frère considéré comme un concurrent de l'auto-école dénoncée sur Google+. Dans le cas où le commentaire cherche à faire fuir la clientèle, le dénigrement peut être retenu.

Notons, pour l'anecdote, que l'auteur de l'avis a été condamné à verser la somme de 1 000 euros à l'auto-école, à titre de dommages et intérêts.
Modifié le 02/12/2019 à 10h55
53
33
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top