Les FAI étaient "à genoux devant Bouygues"

Thomas Pontiroli
15 mai 2016 à 19h31
0

Rarement les opérateurs télécoms se seront autant entendus qu’en ce début 2016, où ils ont tout tenté pour ramener le marché à trois opérateurs. Retour sur « l’après » de cet échec retentissant.


Cette actualité a rencontré un certain succès durant la semaine. Nous la republions aujourd'hui afin que ceux qui ne l'aient pas lue puissent le faire.

Dans la semaine qui a suivi l'échec de la méga-fusion des télécoms en France, les discussions ont continué dans le plus grand secret, rapporte le JDD. Orange, SFR et même Free et l'État se sont pliés en quatre pour tenter de convaincre Martin Bouygues de revenir sur sa décision, tombée comme un couperet vendredi 1er avril au soir.

Déçus que cette fusion ne puisse avoir lieu, tous les acteurs de la consolidation ont fait un dernier effort afin d'enlever les éléments de blocage qui, selon certains, étaient « des points de détail à l'échelle de l'opération ».
Ainsi Orange, qui se portait acquéreur de Bouygues Telecom, lui a proposé de prendre la plus grosse part de la pénalité en cas d'échec du rachat. SFR, de son côté, proposait de supporter davantage les garanties de passif.

Même Xavier Niel avait assoupli ses conditions



Xavier Niel, qui aurait multiplié les clauses suspensives afin de pouvoir se retirer à tout moment, et l'État - le ministre de l'Économie Emmanuel Macron en tête -, actionnaire inflexible d'Orange, ont aussi mis de l'eau dans leur vin. Free a finalement accepté de lever les conditions suspensives sur le transfert des antennes relais, selon le JDD. Quant à l'État, il était même prêt à ramener le gel de la participation de Bouygues à deux ans et demi.

03E8000008370972-photo-martin-bouygues.jpg
Martin Bouygues avait mis fin au duopole Itineris/SFR sur les télécoms en 1994 - Crédit : BT.


L'impression que Bouygues a « baladé »  tout le monde



« Martin Bouygues aurait pu nous demander n'importe quoi. On était à genoux devant lui », témoigne un cadre d'un des opérateurs au journal. « Il n'y avait plus d'obstacles, assure un des négociateurs. J'ai vraiment cru que l'opération aboutirait. » Que trois opérateurs et l'État aillent à Canossa ne suffira pas. Martin Bouygues refusa tout net ce nouveau paquet. Un proche arguant que « la confiance avec Xavier Niel a été rompue ».


Ce nouveau revers, alors que toutes les planètes étaient finalement alignées, a étonné les parties prenantes du dossier. Un proche d'Orange se demande même « si Bouygues ne nous a pas baladés depuis le début ». Une hypothèse est que Bouygues attend la présidentielle de 2017 pour reprendre les parts de l'État dans Orange.


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top