Comment Gameloft veut contrer Bolloré

Thomas Pontiroli
Publié le 23 mars 2016 à 11h52

Gameloft affirme sa volonté d'indépendance. Sous le coup d'une OPA de Vivendi, qui est monté à 30 % du capital le 18 février 2016, après plusieurs mois de « prise de contrôle rampante », l'éditeur de jeux mobile a réuni ses actionnaires, mardi 22 mars à Londres, dans le but de les convaincre de faire barrage à l'assaillant.


Sur les deux prochaines années, Gameloft prévoit d'entamer « une nouvelle étape de croissance rentable », avec un objectif de chiffre d'affaires supérieur à 350 millions d'euros d'ici à 2018, dont près de 30 % provenant de sa régie publicitaire. Connectée à des plateformes d'achat programmatique - où les espaces pub sont vendus aux enchères de façon automatisée -, elle portera la croissance, avec un objectif de 100 millions d'euros de recettes.

Société en croissance

Gameloft met également en avant sa nouvelle structure. « Le plan stratégique 2015 qui s'est traduit par une réorganisation globale des équipes et une forte réduction des coûts a commencé à porter ses fruits », souligne Michel Guillemot, le PDG. Cette restructuration, qui a conduit à la suppression de 20 % des effectifs, soit 850 postes, « a pesé sur le résultat net de l'exercice mais a permis de restaurer la rentabilité opérationnelle de Gameloft dès le second semestre de l'exercice 2015 », poursuit le dirigeant, pour rassurer les actionnaires.


08361794-photo-jeux-gameloft-ios.jpg


En 2015, l'éditeur a en effet quadruplé sa perte nette, de 6,4 à 24,2 millions d'euros, mais a bénéficié d'une bonne dynamique commerciale, avec le lancement de 16 jeux, et une hausse des ventes de 13 % sur un an, à 256,2 millions d'euros. Alors que son résultat opérationnel était négatif de 11,5 millions d'euros en 2015, la société table sur sa régie publicitaire pour le faire grimper à plus de 65 millions d'euros à l'horizon 2018.

Avec ce nouveau positionnement, Gameloft se dit en mesure de poursuivre seul son chemin, au même titre que son grand frère Ubisoft - également menacé par Vincent Bolloré. Mais le milliardaire est plus que jamais décidé à avoir le dernier mot : début mars, il relevait de 20 % (à 7,20 euros par action), son offre sur l'éditeur de jeux.


A lire
Thomas Pontiroli
Par Thomas Pontiroli

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.