Affaire Volkswagen : vers des enquêtes sur les logiciels anti-pollution

Par
Le 22 septembre 2015
 0
Le constructeur automobile allemand a été reconnu coupable de tricherie en développant un algorithme, compris dans un logiciel embarqué, détectant certains tests anti-pollution. Volkswagen a pu faire croire, à tort, que plusieurs de ses modèles étaient peu polluants.

Volkswagen reconnait avoir installé, sur plusieurs de ses modèles de voitures diesel, un système permettant de mettre en échec certains tests anti-pollution. Un algorithme a été inséré dans un logiciel embarqué dans ce but précis. Lorsque des organismes habilités opéraient des tests de pollution, cette partie du logiciel s'activait et lançait un mode permettant de limiter momentanément les rejets.

Les autorités américaines de protection de l'environnement ont mené des tests parallèles (.pdf) et se sont aperçus de la tromperie. Après avoir été confrontée à une différence importante de résultats entre les tests, la marque allemande a été contrainte de reconnaître ses actes.

Au total, pas moins de 482 000 véhicules circulant aux Etats-Unis (11 millions dans le monde) sont concernés par cette fraude. Les modèles Jetta, Coccinelle, Audi A3, Golf tous de la période 2009 à 2015 ainsi que les Passat (2014-2015) embarquent ce logiciel modifié. De par l'envergure de la manœuvre, Volkswagen risque de devoir payer une amende record allant jusqu'à 16 milliards d'euros.

0258000004806372-photo-volkswagen-nouvelle-coccinelle.jpg
Parmi les modèles concernés par la tricherie, on retrouve la Coccinelle, la Jetta, l'Audi A3, la Golf et la Passat en versions diesel.


Des investigations partout dans le monde


Ces conclusions affichées aux Etats-Unis font naître l'inquiétude en Europe mais aussi en Asie, territoires sur lesquels le groupe est implanté. En Allemagne, des tests approfondis vont être conduits sur l'ensemble des modèles Volkswagen. Les autorités du pays ont cependant tenu à rappeler que les problèmes ne concernaient pas la qualité intrinsèque des voitures de la marque mais uniquement les modèles diesel.

En France, le ministre des Finances a demandé à ce qu'une investigation européenne soit menée. Michel Sapin souhaite également que cette attention puisse être portée sur l'ensemble des constructeurs automobiles, y compris français.

En Corée du sud, une enquête va être rapidement diligentée par les autorités. Entre 4 000 et 5 000 véhicules diesel Volkswagen et Audi devraient être inspectés. Dans le cas où les tests indépendants prouveraient encore une fois la tricherie du constructeur, des rappels de véhicules pourraient être programmés.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top