Uber : après les chauffeurs, les livreurs ?

Par
Le 07 septembre 2015
 0
Après avoir conduit plusieurs tests dans certaines villes américaines, Uber pourrait passer à l'offensive. La société devrait mettre en place un service de livraison de produits à domicile.

Le spécialiste du transport avec chauffeurs n'entend pas se cantonner à cette seule activité. Dans son département dédié à la Recherche, Uber mène des expériences portant sur les véhicules sans conducteurs et plus près du quotidien, tente de mettre un pied dans le domaine de la livraison à domicile.

La société américaine devrait annoncer prochainement la signature d'un partenariat avec une douzaine d'enseignes de vente mais également des marques de vêtements de mode. L'idée est de mettre en place un service de livraison express pour certains produits sélectionnés.

Ce type d'opération n'a pas vocation à révolutionner le modèle de la livraison mais doit permettre à Uber d'ajouter une image de marque à son service. Selon Re/Code, Uber devrait nouer des partenariats avec des marques de luxe ou des magasins situés dans la zone permise par ce type de livraison.

0258000008033262-photo-uber-livraison.jpg

Le casse-tête de la livraison à domicile


Depuis à présent une année, Uber mène des tests visant à proposer à ses utilisateurs une sorte d'épicerie de quartier accompagnée d'un service de livraison à domicile. Dans certains quartiers définis de Washington ou de San Francisco, l'application permet de commander des produits d'utilisation courante contenus dans une liste (produits d'hygiène, de soin, de beauté ou pour les bébés...). L'objectif est alors de pouvoir recevoir ces biens le plus rapidement à son domicile.

Le fonctionnement de l'option « Corner Store » est similaire à celui du service de VTC. Le temps de livraison dépend de la disponibilité du livreur, de sa zone d'intervention et des produits qu'il détient en stock... Jusqu'à présent aucune extension de cette fonctionnalité n'a été programmée en Europe. Ce volet devrait dépendre d'éventuels partenariats signés avec des enseignes de vente.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top