Uber : 5 milliards de dollars en 4 ans pour imposer sa vision

Thomas Pontiroli
22 janvier 2015 à 14h38
0
Les capitaux affluent comme jamais pour l'appli de VTC Uber, que les investisseurs les plus prestigieux gavent depuis une année, à coups de milliards. Révolution ou bulle, la société est attendue au tournant.

La pression mise sur le dos d'Uber est immense. Rarement les investisseurs auront autant cru en une entreprise Web, au point de l'arroser de millions de dollars et maintenant, de milliards. Après avoir attiré le géant chinois Baidu et 600 millions de dollars dans son champ gravitationnel en décembre 2014, l'application de VTC a reçu en ce début 2015 une généreuse étrenne de 1,6 milliard de dollars de la banque Goldman Sachs.


0230000007868091-photo-travis-kalanick-uber.jpg
Travis Kalanick, PDG et fondateur d'Uber - Crédit : DR.


Ça n'est pas comme si la société de Travis Kalanick était à court de liquidités, elle qui levait quand même 2,4 milliards de dollars lors de deux opérations en juin, avec notamment le concours de Google, et avec celui de l'Etat du Qatar au début décembre. Soutenu par une quarantaine d'investisseurs, y compris le fondateur d'Amazon Jeff Bezos et l'influent fonds BlackRock, Uber aura reçu près de 5 milliards de dollars en 4 ans.

Cette somme gargantuesque est à la hauteur des espérances des investisseurs, acquis au discours de Travis Kalanick, le fondateur de la société - il a eu cette idée en France en 2009 alors qu'il ne parvenait pas à commander un taxi. Quatre ans plus tard et après moult batailles judiciaires en France, Espagne, Inde... son inimitié est consommée. Il donnait le ton en octobre : « Notre adversaire est un connard, qui s'appelle Taxi. »

D'abord les taxis, puis les voitures ?

Au-delà de l'esprit frondeur du PDG, et des scandales de toutes sortes qui ont émaillé son parcours, Uber continue d'étendre son champ d'action. Le service revendique une présence dans 277 villes dans le monde, c'est cinq fois plus qu'il y a un an. Financièrement, la société serait rentable sur ses principaux marchés, et surtout à San Francisco - son berceau -, où ses recettes seraient trois fois supérieures à celles des taxis.

Ces derniers, Uber voudrait les remplacer pour au moins deux raisons : il est (parfois) moins onéreux et son appli gérant la commande, son suivi et le paiement, est très pratique. Ce qui émoustille pourtant les actionnaires va plus loin que cette perspective. Pour certains analystes comme Adam Jonas de Morgan Stanley, la voiture personnelle - jugée sous-utilisée, coûteuse, polluante et encombrante - est amenée à reculer au profit d'un modèle où l'on commande une auto en fonction de ses besoins. C'est justement le métier d'Uber.


A lire également :




Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
OVNI : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
Analogue présente un DAC audio/vidéo pour brancher vos vieilles consoles sur une TV moderne

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top