Les logiciels et les services confirment leur (petite) croissance

Par
Le 01 décembre 2014
 0
Le Syntec Numérique voit une reprise du secteur informatique dans son ensemble (conseil, logiciel et services) en 2014 et livre une vision optimiste pour l'année prochaine, où il attend une accélération.

Les services informatiques et l'édition de logiciel ont repris du poil de la bête. En 2014, le Syntec Numérique observe une reprise respective de 1% et de 2% comparé à l'année précédente. Les cinq relais de croissance portant ces secteurs sont regroupés sous l'acronyme Smacs pour social, mobilité, analytics, cloud et sécurité. Alors que l'activité conseil a fait du sur-place, l'industrie IT dans l'ensemble a progressé de 0,7% cette année.


07785959-photo-ssii-2015.jpg


Ce taux est identique à celui enregistré par cette industrie en 2012. Alors que le syndicat s'attendait à une croissance de 1% en 2013, elle ne fut que de 0,3%. Pire : le Syntec s'attendait à une hausse de 2% en 2014. Ici aussi, il fut bien trop optimiste. Malgré ces ratés, il prédit tout de même que l'activité cumulée des services, du conseil et des logiciels accélérera son développement en 2015 avec une croissance attendue à 1,5%.

Principal moteur de la croissance : l'édition de logiciels et principalement ceux disponibles à la demande, en Software-as-a-Service. En croissance de 28% sur un an en 2014, le SaaS devrait poursuivre sa lancée l'an prochain, soutenu par les industries de la pharmacie, de la chimie, de la banque et de l'assurance. Comme l'observait Gartner fin novembre, de plus en plus d'applications critiques font désormais confiance au SaaS.

Les recettes des SSII progressent


L'autre relai de croissance espéré pour l'an prochain est le service. Si le Syntec Numérique en attend une croissance moyenne de 1,5% en 2015, il convient de rester prudent car les différentes activités évoluent de façon assez différente. Le conseil est attendu en croissance de 1,8%, comme l'intégration et l'infogérance applicative. Mais la formation et le support pourraient reculer de 0,8% d'après les prévisions du syndicat.

Dans le même temps, le conseil en technologie ne devrait pas contribuer à la reprise générale. En déclin de 2% cette année, le Syntec Numérique livre une prévision optimiste selon laquelle il ne fera que stagner l'an prochain - la tendance, depuis 2013, est pourtant à une accélération de la baisse. Les carnets de commande ne cessent de se dégrader, notamment en raison du développement de l'offshore qui pèse 2,4% du marché.

Au chapitre de l'emploi, 6 000 postes ont été créés en 2013 et 35 000 recrutements sont attendus en 2014.


A lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top