Pékin sanctionne Sina pour du contenu X sur fond de censure

01 juin 2018 à 15h36
0
Les autorités chinoises sévissent à l'encontre de la plateforme Sina après l'avoir mise en garde au sujet de contenus pour adulte. Derrière la protection des mineurs se cache la mainmise de Pékin sur Internet.

010E000007340456-photo-sina.jpg
Le portail de divertissement chinois Sina, également propriétaire de Weibo, l'équivalent de Twitter en Chine, annonce avoir reçu une double sanction de la part de l'administration d'Etat pour la presse, les publications, la radio, le cinéma et la télévision. La première est une révocation temporaire de sa licence de publication sur Internet et de transmission, la seconde est une amende de 815 000 dollars.

Ce qui est reproché à la plateforme est d'avoir diffusé du contenu pour adulte à l'heure où le pays mène une campagne active contre ce phénomène. Selon un communiqué publié fin avril par le Bureau national contre les publications illégales et pornographiques, vingt articles et quatre vidéos postées sur Sina.com contiennent des contenus jugés « obscènes » et ont fait l'objet de « nombreuses dénonciations publiques ».

Les autorités chinoises considèrent que « certains de ces articles ont reçu des millions de clics, ce qui peut mettre en péril la morale sociale et nuire gravement à la santé physique et mentale des mineurs ». D'ajouter que Sina, « en tant que portail majeur du Net, compte un grand nombre de jeunes utilisateurs et doit prendre ses responsabilités dans la protection des mineurs ». Une considération dont ne s'émeut pas autant Twitter qui, s'il a fait le ménage sur sa plateforme vidéo Vine, laisse fleurir ce type de contenu dans ses pages.

Décidé à récupérer ses licences d'exploitation, Sina.com affirme vouloir « coopérer pleinement avec les autorités compétentes ». Cette sanction intervient quelques jours après l'annonce du gouvernement de vouloir restreindre les droits de publication de Sina après la découverte de contenus pornographiques.

Un parfum de censure

Si l'intention de protéger les plus jeunes du contenu explicite est louable, cette sanction intervient dans un contexte de censure galopante des messages publiés sur Weibo, un espace où essaient de s'exprimer librement internautes et opposants au pouvoir politique. Selon le spécialiste des réseaux sociaux chinois Maxime Rolandez, le gouvernement emploie plus de 250 000 personnes pour surveiller Internet.

Lorsque des émeutes meurtrières ont éclaté à Shishou en 2009, les internautes se sont exprimés sur Fanfou et Taotao, deux réseaux sociaux à succès. Rapidement, les autorités ont demandé aux plateformes de mieux contrôler ce contenu. Devant la prolifération des messages et la difficulté technique de tout contenir, les autorités ont finalement décidé de fermer les deux sites, trois jours après. Depuis, Weibo a vu le jour, mais il intègre un filtrage des messages en amont assuré par des « commissaires de disciplines spécialisés ».

En 2011 Weibo a permis à 12 000 opposants à une usine polluante d'organiser une manifestation, et de conduire à sa fermeture. Cela a aussi été l'occasion pour Sina d'expérimenter pour la première fois la censure de manière géolocalisée en rendant impossible la publication de messages depuis un certain lieu. L'année d'après, la maison-mère du réseau social a obligé ses membres à renseigner leur véritable identité.

L'effet voulu est de limiter la contestation en exposant les contradicteurs de façon publique. Weibo a aussi enclenché un système de filtre de mots non-désirés activable suite à un événement, comme l'affaire du cannibale du Yunnan ayant fait onze victimes en 2011. Citons encore le « permis à points » instauré par Weibo en 2012 afin de limiter les messages jugés non-conformes. L'ex-directeur de Google Chine lui-même, Kai Fu Lee, suivi par 23 millions de personnes a été radié début 2013 suite à un message controversé.

Engagé dans un nettoyage du Net, Pékin aurait mené à la fermeture de plus d'une centaine de sites Internet, selon l'agence Xinhua, et à la suppression de plus de 3 000 comptes sur les réseaux sociaux et les forums.


A lire également :
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Pour les experts en sécurité, les accéléromètres permettent de suivre les utilisateurs
Cartographie : la plateforme Here prochainement disponible sur iOS et Android ?
Télécoms : la situation du marché s'est dégradée, estime la FFT
L'éditeur King attaque un groupe de rock toulousain en justice (màj)
PersonalAudio revendique ses brevets sur la création du podcast
Stephen Hawking met en garde face aux dangers de l'intelligence artificielle
SFR victime lundi d'une panne nationale d'Internet mobile (màj)
L'EFF lance Privacy Badger pour bloquer la publicité ciblée
XBMC 13.0 Gotham est disponible : 3D, UPnP et Android à l'honneur
Nokia lance un fonds de 100 millions de dollars pour les voitures connectées
Haut de page